Influenceurs Le dico Idéathèque Couveuse Panorama

45 ans, l’âge du déclin neuronal

samedi 7 janvier 2012, par Les influences.fr

Selon l’Inserm, c’est à partir de 45 ans que nos capacités cognitives commencent à décliner

Il était convenu que le déclin de la cognition se manifestait chez l’être humain après ses 60 ans. Une équipe de recherche de l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale), conduite par Archana Singh-Manoux, vient de faire ressortir que cette dégradation se faisait beaucoup plus tôt. Selon l’étude publiée dans le British Medical Journal, notre mémoire, nos capacités de raisonnement et de compréhension s’émoussent dès l’âge de 45 ans." Des études cliniques montrent une corrélation entre la présence de plaques amyloïdes dans le cerveau et la sévérité du déclin cognitif. Or, ces plaques amyloïdes semblent exister dans le cerveau de jeunes adultes", font valoir les initiateurs de l’étude.

L’étude réalisée par l’Inserm et l’University Collège London constitue une sorte de première, tant les recherches à grande échelle étaient rarissimes. Elle concerne une cohorte de 7 000 personnes agées de 45 à 70 ans durant une décennie. Les fonctions cognitives de chaque personne ont été évaluées trois fois durant cette période, à l’aide de tests de mémoire, de vocabulaire, de raisonnement et d’éloquence.

Conclusions : à l’exception du vocabulaire, toutes les autres ressources cognitives baissent significativement au fur et à mesure de la progression en âge. Chaque tranche d’âge est un marqueur de ce déclin.
Pour les hommes de 45-49 ans étudiés, la baisse de performances cognitives atteignait 3,6% et pour les 65-70 ans, 9,6%. Idem pour les femmes quadras, mais un peu moins que les seniors pour les plus âgées avec 7,4%

"Alors que l’espérance de vie continue à augmenter, comprendre le déclin cognitif lié à l’âge est l’un des défis du 21ème siècle"

Ce"rajeunissement" du déclin neuronal ouvre une brèche dans la prise en compte des dégénerescences les plus sérieuses, et dans des détections et des traitements à démarrer nettement plus en amont.

"Alors que l’espérance de vie continue à augmenter, comprendre le déclin cognitif lié à l’âge est l’un des défis du 21ème siècle" a souligné la chercheuse Archana Singh-Manoux. Des pistes intéressantes et complexes pour la recherche, autant que pour les industries pharmacologiques et les sociétés bio-tech. Le 21e siècle sera neuronal ou ne le sera pas.


Repères :

Source : www.inserm.fr


Poster un nouveau commentaire
Disponible en librairie ou sur notre boutique

Boutique
Nous ! | | CGU | Archives | Administration
Copyright © 2009 - 2016 Cicero| Tous droits réservés
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.