5 février 1983 : "Je ne suis pas Klaus Barbie"

Le 5 février 2012

#Crimes contre l’humanité #Klaus Barbie #Sorj Chalandon

Après des années de cache-cache ou s’entremêlent services secrets américains, passeur du Vatican, généraux sud-américains et narco-trafiquants qui auront favorisé son impunité et sa notabilité, le citoyen Klaus Altmann est déclaré persona non grata à La Paz.
Le 4 février à midi, le gouvernement bolivien expulse soudainement le naturalisé Klaus Altmann alias Klaus Barbie vers la Guyane française, où il est arrêté par la police nationale. Une opération légale qui autorise son transfert en France, ou plutôt son retour vers le passé. C’est à l’aube du 5 février 1983, que « le boucher de Lyon », inculpé de crime contre l’Humanité, retrouve la ville de ses suppliciés, mais cette fois en tant que détenu de la prison de Montluc. "Je ne suis pas Klaus Barbie" constitue sa ligne de défense.

Le lundi 11 mai 1987, le chroniqueur judiciaire de Libération, Sorj Chalandon, assiste à ce procès exceptionnel du criminel de guerre. "Il entre. Vieillard fantomatique en costume noir. D’un geste, il tend ses poignets entravés. Un policier le libère de ses liens et l’invite à s’asseoir. Cet homme n’est pas Klaus Barbie. (...) Ce n’est pas celui qui parle en détachant chaque mot, qui sourît, qui laisse traîner le mépris en bord de lèvres, affirmant que ce procès serait une mauvaise chose pour la France. (...) Cette impression furtive n’a duré qu’un instant. Quelques secondes d’étonnement devant cette figure grise arrivée en pleine lumière. Un moment de silence glacial après tous les cris, tous les écrits, toutes les menaces, tous les drames réveillés, toutes les douleurs revenues en surface. Et puis, de nouveau, Klaus Barbie."

Klaus Barbie (1913-1991) s’éteint quelques années après le procès dans un lit d’infirmerie de la prison lyonnaise et ancien foyer de ses crimes.



Repères :

Relire :
Crimes contre l’humanité, de Sorj Chalandon et Pascale Nivelle, Plon-Libération. (Sortie : avril 1988)



Poster un nouveau commentaire


Le Caoua des idees L'article du jour
Paradoxe, alors qu'une industrie s'inspirant de la nature est en train de se développer, le changement climatique et le saccage de la planète détruisent le plus grand gisement naturel d'idées. Lire l'article

ABONNEZ-VOUS, C’EST NOTRE TOURNÉE !

Le Caoua des idées est notre projet de quotidien numérique des idées, disponible par abonnement, que nous lancerons en mars 2019.

En attendant, abonnez-vous gratuitement à notre newsletter : au fil des jours, vous bénéficierez en premium de nos contenus et découvrirez l’état d’esprit d’un beau projet éditorial.