Accueil Influenceurs Idéathèque Couveuse Panorama

53% : une victoire du lobby des OGM en Californie

vendredi 9 novembre 2012, par Monsieur Septime

Tags : Monsanto , OGM

Pourquoi la firme Monsanto a consacré 7 millions de dollars à sa communication en Californie

GIF Politique. Si Barack Obama a été réélu pour un second mandat, les OGM ont préservé eux aussi leur souveraineté volontairement confidentielle dans l’alimentation étasunienne. L’Etat de Californie avait posé la question de rendre obligatoire ou non l’étiquetage sur les aliments de la présence d’ OGM. La décision était soumise à référendum et 53% des électeurs ont marqué leur opposition à cette mesure d’étiquetage.

Alors que la victoire du « Oui » avait le vent en poupe, le Chicago Tribunes, dans son édition du 11 octobre, nous apprennait que la campagne télé qui déferlait depuis 15 jours sur les écrans pour convaincre les consommateurs de voter « Non » avait coûté la bagatelle de 34,6 millions dollars au consortium d’industriels pro OGM, dont Monsanto à hauteur de 7 millions de dollars et DuPont pour 5 millions de dollars. Le message pro-OGM est simple : l’étiquetage entraînera un surcoût pour le consommateur et des poursuites judiciaires nombreuses et inutiles.

Spectaculaire renversement de tendance observé : Après deux semaines de campagne télévisuelles intensives les partisans du « Oui » sont passés de 66% à 48%, et les « Non » de 22 à 40%. Disposant d’un budget de communication d’à peine 5 millions de dollars, le camp du « Oui » redoubla d’effort pour faire campagne s’appuyant sur le buzz et le bon sens : le droit de savoir ce que l’on consomme (« Right to know »). C’est tout le paradoxe américain : alors que tous les pays d’Europe, et même la Chine, signalent désormais leur produits OGM, le citoyen américain doit se battre pour ce droit fondamental à l’information, qu’une forte majorité d’électeurs vient de récuser.


Poster un nouveau commentaire
Nous ! | | CGU | Archives | Administration
Copyright © 2009 - 2016 Cicero| Tous droits réservés
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.