Accueil Influenceurs Idéathèque Couveuse Panorama

Allah n’a pas le droit de presse au Maroc

dimanche 5 février 2012

Le Maroc, après la Tunisie, vient d’interdire de diffusion Le Nouvel Observateur dans lequel figurait Allah représenté par la créatrice du film Persépolis

Le dossier du Nouvel Observateur de la semaine du jeudi 2 février 2012 est consacré aux salafistes tunisiens contre les femmes. Parmi les illustrations de l’enquête figure la vignette déclarée impie par les intégristes du dessin animé Persépolis de Marjane Satrapi : une petite fille calée dans la grande main d’Allah himself et en train de converser avec son dieu. La diffusion du film sur la chaîne de télévision Nessma, le 7 octobre dernier, s’était soldée par un flop d’audience de 1% mais une fureur géante des salafistes. Qui prirent d’assaut les locaux de la chaîne. Incendièrent la maison de son directeur Nabil Karoui. Tabassèrent et tentèrent de violer la nounou. Une armada d’avocats islamistes et une class action (action collective) de plusieurs milliers de téléspectateurs indignés, avec le bon vouloir du procureur, souhaitent depuis que Nessma expie et paie très chèrement la diffusion de l’image blasphématoire. Le procès qui s’est tenu le 23 janvier a été le théâtre d’échanges intenses et d’horions entre salafistes et intellectuels soutenant la chaîne.

Le prophète Mahomet ne doit pas être dessiné

Or voilà que le compte-rendu de cette histoire et la reproduction de l’image interdite dans le dossier du Nouvel Observateur déclenchent à son tour un mouvement de censure au Maroc. Pour justifier cette interdiction, le ministre de la communication Mustapha Khelfi s’abrite derrière une décision de l’ONU : "Elle interdit toute atteinte aux religions." Dans la foulée, le hors-série "50 clés pour comprendre l’Islam" du magazine catholique Le Pélerin a été interdit de diffusion par Rabat, car il contenait une réprésentation du prophète Mahomet. Cette même mésaventure avait frappé également L’Express qui dans son dossier sur le même sujet, s’était ingénié à représenter le prophète. Le ministère a indiqué qu’ "il prépare un programme pour communiquer avec les éditeurs français afin d’éviter ces incidents contre-productifs."


Poster un nouveau commentaire
Nous ! | | CGU | Archives | Administration
Copyright © 2009 - 2016 Cicero| Tous droits réservés
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.