Accueil > Blogs & Opinions > Notes coréennes > Bernard Werber, superstar en Corée


Bernard Werber, superstar en Corée

Le 3 mars 2016, par Arnaud Vojinovic

Bernard Werber déplace les foules en Corée du Sud. Véritable phénomène d’édition, il est aujourd’hui la locomotive du secteur.

#Bernard Werber

Depuis la première traduction de Les Fourmis en 1993, chaque roman de Bernard Werber est un phénomène d’édition en Corée du Sud. Avec 7,5 millions de livres vendus pour 19 romans, la péninsule coréenne représente le tiers du total des ventes de l’auteur ; 1,2 millions exemplaires vendus pour L’Arbre des possibles s’il ne fallait citer qu’un chiffre.

Lors d’un de ses voyages en 2013, il expliquait au cours de la traditionnelle conférence de presse : « la Corée est plus tournée vers le futur que la France et les Coréens sont plus enclins à l’aventure technologique. (...) en tant qu’écrivain de science-fiction, je me sens mieux compris en Corée que dans mon propre pays. L’attention de la presse française est bien différente de celle que je reçois ici ».

Touché par cette reconnaissance qui ne s’est jamais démentie au fil des années, Bernard Werber a toujours pris soin de glisser un personnage coréen dans ses œuvres. Eun-bi, Kim Te-bin, Charlotte, Hypatie etc... Il va jusqu’à faire appel à un illustrateur célèbre, Kim Jung-gi, pour la version coréenne de « Troisième humanité ». Et son public ne reste pas insensible à cette attention portée. Ce qui l’a le plus bluffé : faire une conférence devant 5 000 personnes en 2013.


Tournée en Corée, septembre 2009 par BWerber

Cet engouement, loin d’être un feu de paille, s’inscrit dans le temps. Selon la librairie de référence, Kyobo (2,3 millions de livres au catalogue) située en plein centre de Séoul, il est l’auteur qui a vendu le plus de livres en Corée du sud pendant la décennie écoulée (2006-2016). Dans ce dernier top10 publié le 29 février dernier, il trust la première place et ce depuis de nombreuses années.

1) Bernard Werber (France)
2) Haruki Murakami (Japon)
3) Keigo Higashimo (Japon)
4) Guillaume Musso (France)
5) Shin Kyung-sook (Corée). Connue en France pour Prends soin de maman, Li Chin et La Chambre solitaire. En 2015 son succès a été entaché par une affaire de plagiat.
6) Kim Jin-myung (Corée)
7) Gong Jee-young (Corée). Reconnue aussi bien en Corée qu’en France, Nos jours heureux et l’Echelle de Jacob sont publiés chez Philippe Picquier.
8) Paulo Coelho (Brésil)
9) Jo Jung-rae (Corée)
10) Joanne K. Rowling (Grande-Bretagne)

Pourtant c’est un classement en demi-teinte qui souligne la morosité du secteur. Depuis de nombreuses années, il n’y a pas eu de véritable succès d’édition pour les auteurs coréens ; lectorat et auteurs préférant de plus en plus un format numérique [1].



[1L’édition numérique s’impose comme le format incontournable pour une nouvelle forme de littérature : Bookpal fait payer ses lecteurs



Poster un nouveau commentaire


Le Caoua des idees L'article du jour
Paradoxe, alors qu'une industrie s'inspirant de la nature est en train de se développer, le changement climatique et le saccage de la planète détruisent le plus grand gisement naturel d'idées. Lire l'article

ABONNEZ-VOUS, C’EST NOTRE TOURNÉE !

Le Caoua des idées est notre projet de quotidien numérique des idées, disponible par abonnement, que nous lancerons en mars 2019.

En attendant, abonnez-vous gratuitement à notre newsletter : au fil des jours, vous bénéficierez en premium de nos contenus et découvrirez l’état d’esprit d’un beau projet éditorial.