Accueil Influenceurs Idéathèque Couveuse Panorama



Carla Bruni-Sarkozy, "Female force"

lundi 22 novembre 2010

Il est de tradition dans la bande dessinée américaine, d’enrôler les hommes politiques auprès des super-héros.

Ça ne pouvait se passer qu’à Washington D.C, la ville la plus politique du monde : la maison d’édition américaine Bluewater vient de publier un comics de 32 pages dédié à Carla Bruni-Sarkozy. La première dame française rejoint au tombeau de papier des notoriétés féminines telles que Michelle Obama, Hillary Clinton ou encore Margaret Thatcher. Immortalisée dans cette collection intitulée "Female Force", elle figure en une sorte de bad girl made in France, type Joséphine de Beauharnais. Sur la couverture au fond tricolore, elle est dessinée les épaules nues, et les mains chastement croisées sur une robe de soirée violette, évoquant celle-là même qui, en février dernier, avait fait jaser la presse anglo-saxonne car elle laissait transparaître sa poitrine, ce qui constitue encore un tabou aux Etats-Unis.

A noter que c’est la fascination pour l’"histoire très intéressante" de l’ancien mannequin, selon les propos de l’éditeur Darren Davis, qui fait qu’elle se retrouve dans cette collection d’hagiographies politiques. De sa naissance en Italie à son mariage à l’Elysée en 2008 avec Nicolas Sarkozy, le biopic retrace en express, une existence de luxe constellée d’amants people (Eric Clapton, Vincent Perez ou encore Laurent Fabius). Pour l’éditeur de Bluewater, Carla Bruni-Sarkozy est une héroïne de comics idéale et influente : "Elle a de la volonté et de l’ambition. En lisant ça, les filles vont voir qu’elles peuvent tout faire et devenir ce qu’elles veulent".

Le comics politique, une tradition américaine

Qu’un personnage politique -ou en l’occurence ici assimilée- figure dans un comics est une tradition américaine.
De fraîche date, Joe Quesada, rédacteur en chef de la Marvel, avait eu le nez creux en 2009. Dans "Spidey meets the president", publié six jours avant l’investiture du 44e Président des Etats-Unis, le superhéros Spider-Man avait sauvé le tout nouveau tout beau Barack Obama du complot d’un imposteur. La Marvel entendait rendre un hommage appuyé au "premier geek de la Maison-Blanche", le candidat Obama ayant avoué son affection pour Spider-Man et Superman. Les demi-dieux de la politique et de la bande dessinée partagent le même Olympe.

Les comics constituent un puissant média de notoriété. Un autre dessinateur américain, le cartoonist Spain Rodriguez, a dédié en 2009, une épaisse hagiographie underground au Che et à son digne successeur, à ses yeux, Hugo Chavez.


Repères :

www.bluewaterprod.com

Lire sur notre site
Les tétons de Carla Bruni choquent l’Amérique


Par luc nemethle 7 janvier 2011 : voi ch’entrate, lasciate ogni dignità...

on espère pour le lecteur américain qu’il aura eu droit au secret bien gardé de ce qui fait la "Female force", et que sa détentrice a négligemment laissé échapper au détour d’une interview à un tabloïd (authentique) : la pôv’ chérie soigne sa courante en buvant du champagne...


Répondre a ce message
Poster un nouveau commentaire

idees numero 1

La revue papier.
Soutenez-nous, commandez-le
à votre libraire, faites-le connaître,
ou abonnez-vous en cliquant ici.

Nous ! | | CGU | Archives | Administration
Copyright © 2009 - 2016 Cicero| Tous droits réservés
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.