Accueil Influenceurs Idéathèque Couveuse Panorama

Bookmark and Share

Chaos

vendredi 26 octobre 2012, par Audrey Minart

Chaos… Ou plutôt « Khaos ». C’est le titre que la documentariste Ana Dumitrescu a donné à son documentaire sur « les visages de la crise grecque  », qui est sorti en salles le 10 octobre.

Dans ce périple mené à travers la Grèce, au-delà des dalles athéniennes déjà foulées par les journalistes du monde entier depuis quelques mois, Ana Dumitrescu, d’origine roumaine, n’a pas souhaité « pré-construire  » un quelconque récit documentaire. Plutôt réaliser un «  travail complémentaire » à celui des « journalistes news » qui n’ont que trop peu de temps à passer sur place. C’est donc par le hasard des rencontres que son film, financé en toute indépendance, nous entraîne dans les dédales d’une crise grecque qui s’infiltre par toutes les fissures d’un pays prêt à s’effondrer. Interviews à profusion. Variant de personnalités telles que le résistant Manolis Glezios, l’économiste Savas Robolis, aux graffeurs politiques, en passant par un cardiologue, une professeure, un restaurateur, un marchand de souvenirs ou un loueur de yachts, mais également un prêtre, une fermière, un producteur de coton, une étudiante…

GIF - 3.2 ko

Autant de visages incarnant, au delà de la virtuelle figure de cette « Troïka » (FMI, BCE et Union Européenne) tant haïe par le peuple grec et de ces fameux créanciers, cette « crise », ce « chaos  », dont on lit partout le nom sans jamais vraiment savoir comment leur donner un visage.

Pourquoi le « Chaos » ? « L’idée n’était pas de faire dans le sensationnel.  » La réalisatrice rapproche la situation de la Grèce avec les trois phénomènes de la fameuse théorie du chaos : l’effet dominos, l’effet papillon, et la transformation du boulanger. Si les deux premiers sont connus de tous, la troisième désigne un mélange analogue au pétrissage : le boulanger étire la pâte jusqu’au point de rupture, puis la replie en deux afin qu’elle retrouve sa dimension initiale. « Le chaos n’est pas uniquement négatif. Cela peut être une fin… ou un début. Peut-être ne sommes-nous qu’au début de la fin d’une ère ? » se demande encore la réalisatrice.


Poster un nouveau commentaire

idees numero 1

La revue papier.
Soutenez-nous, commandez-le
à votre libraire, faites-le connaître,
ou abonnez-vous en cliquant ici.

Nous ! | | CGU | Archives | Administration
Copyright © 2009 - 2016 Cicero| Tous droits réservés
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.