Accueil Influenceurs Idéathèque Couveuse Panorama



Dans les volutes de Fort Bayard

dimanche 17 novembre 2013, par Bertrand Matot

Tags : Chine , Fort Bayard , Opium

Quand la Banque française de l’Indochine et Paul Doumer administraient le commerce national de l’opium

Fort Bayard (dont le nom fut inspiré du « Chevalier sans peur et sans reproches ») a été une concession française au sud de la Chine de 1898 à 1945. Ce port colonial, grand rival de Hongkong, cachait un secret : être la plaque tournante du commerce de l’opium à destination de l’Europe et l’Amérique du Nord. On l’a oublié mais un tiers des revenus de la colonisation française provenait du commerce officiel de cette drogue. Fort Bayard fut géré par la Banque française de l’Indochine, et fut placé notamment sous la responsabilité de Paul Doumer, un temps administrateur général de l’Indochine (1897-1902). Ce commerce d’Etat devait être suffisamment lucratif pour résister aux assauts des Triades, des pirates, des épidémies de choléra et des typhons, sans oublier deux guerres mondiales, la révolution chinoise ainsi que les concurrences anglaises et japonaises. De nombreux écrivains, voyageurs vinrent y chercher l’inspiration et s’adonnèrent à la "divine drogue" dans les fumeries officielles.

JPEG - 82.7 ko
Hôtel du résident supérieur de nos jours

En 2013, Fort Bayard est un must pour les Chinois : le symbole du romantisme français

En 2013, l’architecture coloniale de la ville, qui a pris le nom de Zhanjiang, reste miraculeusement préservée et les Chinois s’intéressent à ce patrimoine, quintessence du romantisme et de la canaillerie française. Une exposition sur l’histoire de Fort Bayard se déroule actuellement dans l’ancien palais du gouverneur français. L’exposition rencontre un vif succès.


Repères :


Poster un nouveau commentaire

idees numero 1

La revue papier.
Soutenez-nous, commandez-le
à votre libraire, faites-le connaître,
ou abonnez-vous en cliquant ici.

Nous ! | | CGU | Archives | Administration
Copyright © 2009 - 2016 Cicero| Tous droits réservés
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.