Denis Robert : « Dans l’ère industrielle de la prédation financière »

Le 23 octobre 2018, par Philippe Lecardonnel

Avec « Les Prédateurs », Denis Robert et Catherine Le Gall dissèquent comment les milliardaires font les poches de nos finances publiques.

Pouvoirs. Un livre de Denis Robert n’est jamais une simple enquête, si fouillée soit-elle, et celle-ci n’y déroge pas, mais un récit véritable (comme le firent Truman Capote avec De sang froid ou Simenon et sa Recherche de l’homme nu ) qui nous offre sa vision de la société.Ce qui, cette fois, lui mit la puce à l’oreille est le fait que les deux seuls hommes d’affaires étrangers qui furent invités par Nicolas Sarkozy à la soirée du Fouquet’s le soir de son élection, étaient Albert Frère, milliardaire belge, et Paul Desmarais, milliardaire canadien. Les deux compères, propriétaires de Quick, la chaîne de hamburgers, cherchaient à s’en débarrasser. En 2004, ils tentèrent de la vendre pour 300 millions d’euros. En vain.

JPEG - 22.6 ko
Catherine Le Gall et Denis Robert, Les Prédateurs, des milliardaires contre les États, Cherche Midi ed., 288 p., 22 €. Publication : octobre 2018.

Dix-huit mois plus tard, alors qu’aucun des fondamentaux de l’entreprise n’avait évolué, la Caisse des Dépôts et des Consignations leur rachètent 760 M€ et fait tout pour ne pas apparaître dans le montage financier. Fort de ce magot, les deux compères vont monter en puissance au sein du capital de Suez, entreprise ultra endettée, passant de 2% à 10 %, pariant sur le fait que GDF sera privatisé et racheté par Suez alors même que le candidat Sarkozy jure que GDF est un « bijou » qu’il n’est pas question de céder au privé. Une fois élu en mai 2008, GDF et Suez fusionnent dès le mois de juillet pour donner ENGIE. L’Etat se retrouve minoritaire et nos deux vampires d’empocher une plus-value de plus d’un milliard ! Une enquête implacable, hyper technique et précise, que le talent narratif des auteurs permet de dévorer comme un polar.

Quelle a été la réaction d’Albert Frère ?
Aucune jusque-là. Il aurait dit à des journalistes belges qu’il demanderait la saisie du livre. Rien à signaler pour l’instant. J’ai peu de craintes, nous avons été très scrupuleux dans la relation des faits. Mais, comme il peut être sujet à un coup de sang, comme Vincent Bolloré, tout est possible.

Et la Caisse des Dépôts et Consignations ?
Juste un communiqué lénifiant selon lequel ils vont étudier le livre avec attention.

JPEG - 70.8 ko
« Le danger c’est que, constatant la faiblesse des réactions des politiques en place quand on dévoile ce type de scandale, les électeurs se détournent d’eux et votent pour l’extrême droite. »

Après 33 ans d’enquêtes sur l’argent sale (Denis Robert a commencé par enquêter sur les supermarchés Cora en 1995, NDLR) et la faiblesse des politiques, qu’avez-vous vu évoluer ?

Une société qui s’essouffle et qui s’appauvrit face à une industrialisation de la prédation financière. Il est loin le temps des pots de vin en liquide et des mallettes baladeuses, tout se fait à l’abri des écrans : ceux de la finance internationale et leurs cascades de sociétés-écran Au final, ce sont toujours les salariés et les contribuables qui paient l’addition.
Le danger c’est que, constatant la faiblesse des réactions des politiques en place quand on dévoile ce type de scandale, les électeurs se détournent d’eux et votent pour l’extrême droite. Dans le cas de la vente de GDF à Suez, on n’est pas dans l’illégal mais dans le parfaitement immoral. Et ce sont toujours les banques d’affaires qui sont à la manœuvre (Rothschild en premier lieu, Lazard ensuite). Leur but est de construire un Meccano financier qui permet de masquer le véritable acheteur (La Caisse des Dépôts pour Quick), de réduire la facture fiscale à la limite de la légalité et de laisser l’argent privé s’emparer à bas coût des entreprises d’Etat. Résultat, le prix du gaz pour les particuliers a doublé et a été indexé sur le prix du pétrole. La cession, aujourd’hui, d’ADP et de la Française des Jeux ressort de la même logique. Et la nomination par Emmanuel Macron à la tête de la Caisse des Dépôts d’Éric Lombard, un ancien banquier de Paribas, laisse tout à craindre.

Quelles questions restent en suspens ?
Une seule : pourquoi la France, un pays aussi riche, continue-t-elle de fabriquer autant de pauvreté ?

Lire également Denis Robert : Pourquoi je pourrais me présenter aux Européennes.

Que lisez-vous en ce moment ?

« Je lis deux livres en même temps. Le premier est lié au documentaire que je suis en train de réaliser. Il s’agit du récit de Joby Warrick, Sous le drapeau noir , une enquête passionnante sur la naissance de Daesh (prix Pulitzer 2016). Le second est hilarant, Wilt 1 de Tom Sharpe. L’auteur raconte comment il est accusé d’avoir buté sa femme parce qu’il serait tombé en pamoison pour une poupée gonflable. Les deux se complètent bien… »




Poster un nouveau commentaire


Le Caoua des idees L'article du jour
Paradoxe, alors qu'une industrie s'inspirant de la nature est en train de se développer, le changement climatique et le saccage de la planète détruisent le plus grand gisement naturel d'idées. Lire l'article

ABONNEZ-VOUS, C’EST NOTRE TOURNÉE !

Le Caoua des idées est notre projet de quotidien numérique des idées, disponible par abonnement, que nous lancerons en mars 2019.

En attendant, abonnez-vous gratuitement à notre newsletter : au fil des jours, vous bénéficierez en premium de nos contenus et découvrirez l’état d’esprit d’un beau projet éditorial.