Accueil Influenceurs Idéathèque Couveuse Panorama

Des médias encore à la botte du pouvoir

vendredi 30 août 2013, par Arnaud Vojinovic

La Corée du Sud s’enfonce de jour en jour dans une crise parlementaire qui laisse présager une reprise tendue de la session début septembre. Si les médias se font longuement l’écho de cette crise, c’est le blackout sur les mouvements de rue qui agitent les environs de la mairie de Séoul et les villes de province chaque samedi depuis maintenant deux mois.

Chaque Lundi matin, il n’est pas nécessaire de zapper frénétiquement pour faire défiler la centaine de chaînes du câble dont deux d’infos en continu et pas moins d’une dizaine de journaux d’informations, aucun sujet d’actualité ne traite des manifestations du week-end. C’est un véritable blackout médiatique. Il en est de même du côté de la presse papier (à l’exception de The Hankyoreh, journal d’opposition et de The Korea Times en langue anglaise), aucun article ne traite des veillées aux chandelles qui se sont tenues à travers le pays durant le week-end. Pourtant cela fait deux mois que le pays s’enfonce dans une crise politique et que les Coréens descendent dans la rue pour demander au gouvernement d’assumer les agissement du NIS.

En effet mi-juin la justice en inculpant l’ancien directeur des services secrets coréens (le NSI), Won Sei-hoon, a confirmé les soupçons d’implication des services secrets dans l’élection présidentielle de décembre 2012 qui a vu l’arrivée au pouvoir de la fille de l’ancien dictateur, Park Geun-hye. Durant l’été, chaque jour réserve son lot de révélations sur l’affaire : l’implication de 60 agents du NSI postant sur Internet des messages défavorables au candidat de l’opposition [1], le faisant passer pour un pro nord-coréen, l’implication d’un tiers qui aurait reçu 80 000 $ pour poster aussi des messages sur les forums, la tentative de la police d’étouffer l’affaire quand celle-ci a commencé à se faire jour etc.

JPEG - 48.8 ko
Séoul, le 24 août (source : The Hankyoreh)

C’en est trop pour les Coréens. Tandis que le Parti démocrate, principal parti d’opposition demande des comptes, la création d’une commission parlementaire et une prise de position de la présidente Park Geun-hye, les associations étudiantes, civiques et religieuses commencent les premières veillées aux chandelles fin juin. Park Geun-hye repousse toute discussion ne se sentant pas concernée par les agissements du NIS et laissant le soin au parlement de régler cette question. De son côté, le NIS se lance dans une stratégie de contre-feu pour détourner l’attention en rendant publique des échanges entre Kim Jong-il et Roh Moo-hyun lors du sommet inter-coréen de 2007. Cela devient le feuilleton de l’été et empêche le début des travaux de la commission parlementaire. Quand celle-ci arrive enfin à siéger, les témoins, s’ils répondent aux convocations, refusent de prêter serment. C’est une véritable pantalonnade. Le Parti démocrate excédé abandonne le parlement et s’installe sous des tentes devant la mairie de Séoul et depuis les députés y dorment même. Du jamais vu. Des conférences de presse quotidiennes sont tenues et la semaine se ponctue par une manifestation de militants devant la mairie. Cette embryon de manifestation est vite rejoint par un long cortège de manifestants qui viennent des quartiers nord. Ce cortège réuni de multiples organisations qui cristallisent la grogne sociale. À la nuit tombée, les veilleurs bougie à la main s’installent sur la place de la mairie. À partir de la mi-août ces veillées prennent une autre dimension quand les forces de l’ordre décident de déloger les manifestants avec un mélange d’eau et de gaz lacrymogène à partir de 21 heures.

JPEG - 29.1 ko
Séoul, le 24 août (source : The Hankyoreh)

Si les médias se font largement l’écho des échanges vifs entre les deux partis politiques, verni démocratique oblige, l’autocensure est générale en ce qui concerne les manifestations de rue et les veillées. Pourtant Séoul n’est pas la seule ville concernée. Busan (deuxième ville du pays), Daegu (le berceau du dictateur Park), Ulsan (la ville la plus riche du pays) et bien d’autres encore accueillent aussi des veillées aux chandelles. 100 000 manifestants seraient descendus dans la rue le week-end dernier dont 30 000 à Séoul. Des initiatives personnelles viennent se rajouter à ces veillées comme la grève de la faim d’un député à l’entrée du siège du NIS. Devant le refus du pouvoir de traiter sérieusement cette affaire, les associations religieuses se font de plus en plus pressantes. Là encore les initiatives sont nombreuses à travers tout le pays avec comme point d’orgue la signature par plus d’un tiers des religieux catholiques (4 502 signataires sur les 11 736 religieux que compte le pays) d’un manifeste pour demander à la présidente Park de s’excuser de l’action du NIS lors des élections et d’aider à ce que justice soit faite. « Il est extrêmement troublant que les (principaux) média soient muselés par l’argent et que le gouvernement fausse les situations importantes et urgentes auxquelles doit faire face notre société ».
Les blogs sont là encore les seuls témoins de cette revendication populaire légitime pour la non interférence des services secrets dans la vie politique du pays.


Repères :

A lire sur Lesinfluences.fr :


[1Un pseudo d’un bloggeur du NIS a été identifié : « Décapitation de gauchiste ». Le pseudo résume à lui seul la nature des interventions.


Poster un nouveau commentaire
Nous ! | | CGU | Archives | Administration
Copyright © 2009 - 2016 Cicero| Tous droits réservés
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.