Influences Veille Microcosme Couveuse Culture 100% Bio Blogs&Opinions

Bookmark and Share

Elisabeth Roudinesco, vive polémique avec Esther Benbassa

lundi 29 juin 2009, par Emmanuel Lemieux

La psychanalyste estime dans une tribune à Libération que Vincent Geisser et son comité de soutien ne sont pas honnêtes dans leurs arguments. Esther Benbassa lui répond vivement dans IDEE A JOUR, ainsi qu’à Caroline Fourest.

JPEG - 24.5 ko
Elisabeth Roudinesco (Gabriel pour L’Agence Idea)

« Si la pétition avait été plus « voltairienne », je l’aurais signée : ce n’était pas le cas ; elle est manichéenne et contraire à l’idée que l’on doit toujours requérir le « consentement éclairé » des personnes auxquelles on s’adresse et donc les informer avec le maximum d’objectivité. » Ainsi claque la conclusion de la tribune, publiée le 25 juin dernier dans la chronique Rebonds de Libération, et signée par Elisabeth Roudinesco.

La psychanalyste reproche au comité de soutien de Vincent Geisser, enseignant-chercheur, membre de l’Institut de recherches et d’études sur le monde arabe, et qui doit passer en conseil de discipline du CNRS ce 29 juin, de manquer singulièrement d’objectivité sur leur protégé. Rappelant ses prises de position en faveur de l’islam radical et sa posture (La Nouvelle Islamophobie, La Découverte, 2003), Elisabeth Roudinesco estime que l’on n’a pas à verser des larmes de crocodile sur Vincent Geisser, chercheur qui ne constitue pas un modèle d’intellectuel laïc et démocrate. Elle met en cause Esther Benbassa, à l’initiative d’une pétition en faveur du chercheur.

« Esther Benbassa a cependant omis dans son appel de mentionner que Geisser n’est pas seulement un chercheur mais aussi un défenseur officiel en France de l’islamisme radical, largement contesté pour la dangerosité de ses propos notamment par les représentants de l’islam des Lumières, Fethi Benslama et Abdelwahab Meddeb, qui lui reprochent de les présenter comme des « ennemis de l’islam vendus à l’Occident » et de favoriser ainsi la cause de l’extrémisme religieux. Tous deux se sont manifestés dans des mails auprès d’Esther Benbassa pour que leur protestation soit simplement entendue. »

Néanmoins, elle trouve la procédure du conseil de discipline pour le moins « discutable » car « elle met en cause l’indépendance qui a été reconnue aux professeurs d’université par le Conseil constitutionnel dans une décision (83-165) du 20 janvier 1984 et qui a été ensuite étendue à bon nombre de chercheurs. Mais il semble que jusqu’à présent elle n’a pas été contestée au sein du CNRS : ceci est à vérifier. »

« Elisabeth Roudinesco et Caroline Fourest jugent et condamnent dans l’ignorance »

Sollicitée par IDEE A JOUR, Esther Benbassa répond vivement à Elisabeth Roudinesco en particulier et à ses détracteurs en général.
Indiquant qu’elle a réuni sur la pétition de soutien, 5 000 signatures à ce jour, la directrice de recherches à l’Ecole Pratique des Hautes-Etudes précise que « nombre de membres du comité de lancement, de signataires et moi-même ne partageons pas, loin de là, toutes les prises de position de notre collègue. Nous considérons seulement qu’exiger de lui le respect d’un devoir de réserve, qu’accepter qu’un fonctionnaire de la défense, logé au Centre national de la recherche scientifique, juge sa recherche sur l’islam sans en avoir la moindre compétence constitue un précédent gravissime et une menace pour la démocratie elle-même. D’autres que Vincent Geisser ont été la cible du même harcèlement, jusqu’à un chercheur en sciences dures dont le blog, hébergé par un serveur CNRS, a été censuré parce qu’il évoquait cette affaire. »

Esther Benbassa insiste : « Un bon chercheur ne sera-t-il désormais plus qu’un chercheur docile, ressassant une science inoffensive, et se pliant aux diktats des sots et des puissants ? »

Elle reprend également Elisabeth Roudinesco sur Fethi Benslama et Abdelwahab Meddeb : « Ces Représentants de l’islam des Lumières comme elle les nomme, ont eux signé notre appel, et je leur rends solennellement hommage sur ce point, parce qu’ils ont eu la sagesse et le courage de signer en faveur d’un homme qu’ils considèrent comme un adversaire. Eux savent, comme nous, le prix de la démocratie et de la liberté de penser – y compris de penser contre eux. »

« Vincent Geisser n’est pas un islamiste, même si l’ingénieur général Joseph Illand estime le contraire. Mme Roudinesco, dont le domaine de compétence est assez éloigné du sien, ne l’a jamais lu sérieusement, affirme Esther Benbassa. La rumeur faisant office de jugement scientifique, voilà où nous en sommes en effet. Le laboratoire de V. Geisser, la commission 33 du CNRS, instance d’évaluation légitime, ont dûment protesté contre cette dérive. Mme Roudinesco qui, si elle se prévaut d’un titre universitaire, n’appartient pas, à ma connaissance, au corps des chercheurs ni à celui des enseignants-chercheurs de la fonction publique, ne pourrait d’ailleurs pas siéger dans de telles instances. Intellectuelle jamais évaluée par sa tutelle, elle jouit d’une indépendance sans risque, à la différence de Vincent Geisser. Comme Mme Fourest dans Le Monde, Mme Roudinesco dans Libération juge et condamne dans l’ignorance. »

De son côté, contacté par IDEE A JOUR, Vincent Geisser qui sera défendu devant le conseil de discipline par l’avocat et ex-président de la Ligue des Droits de l’Homme Michel Tubiana, estime : « même si je sors blanchi de cette instance, les préjugés ne me lâcheront plus ».


Repères :

Lire l’intégralité de la tribune d’Elisabeth Roudinesco :
Libération
Rubrique Veille
Pour suivre l’intégralité du dossier :
Vincent Geisser
Joseph Illand harcelait-il Vincent Geisser ?
Esther Benbassa s’inquiète pour la liberté intellectuelle au CNRS
Esther Benbassa interpelle Valérie Pécresse… qui lui répond
Rubrique Figures : 
Portrait d’Esther Benbassa


le 14 juillet 2009 : Elisabeth Roudinesco : Philosophe ? Indépendante ?

Elisabeth Roudinesco est tellement philosophe que son HdR (habilitation à diriger des recherches) est en HISTOIRE, l’autorisant par là même à diriger des thèses depuis 1991 (chose qui est difficilement réalisable en dehors des institutions universitaires reconnues, "à ma connaissance"...).

Et, elle est tellement "indépendante", qu’on se demande pourquoi elle est directrice de recherche au Département d’histoire de l’Université Paris VII-Denis Diderot et qu’elle y tient, depuis 18 ans, un séminaire en histoire.

En conséquence de quoi, elle appartient donc "au corps des enseignants-chercheurs de la fonction publique", loin s’en faut...

Pas besoin d’aller très loin pour trouver des informations simples et fiables...

http://www.univ-paris-diderot.fr/eesc/page%20liste%20labo%20et%20hdr.html

http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89lisabeth_Roudinesco


Répondre a ce message

    Par Arnaudle 15 juillet 2009 : Elisabeth Roudinesco : Philosophe ? Indépendante ?

    Elisabeth Roudinesco est tellement philosophe

    Oups c’est une erreur de notre part. J’ai corrigé.
    Merci pour ces précisions sur son expérience.

    Répondre a ce message
    le 2 novembre 2011 : Elisabeth Roudinesco : Philosophe ? Indépendante ?

    Cela m’a paru très étonnant aussi mais Elisabeth Roudinesco n’a jamais eu de poste à l’Université Paris VII-Denis Diderot, ni dans aucune autre instititution universitaire française (elle a été vacataire à l’EHESS et l’EPHE), même si elle a fait soutenir des doctorats dans cette Université. Donc on peut effectivement la qualifier de chercheuse "indépendante" associée à une équipe de recherche de l’Université Paris VII-Denis Diderot (le titre qu’elle se donne "directrice de recherche au Département d’histoire de l’Université Paris VII-Denis Diderot" est une invention inspirée du fait qu’elle est HDR).

    Elle tient, depuis 20 ans maintenant, un séminaire doctoral d’histoire de la psychanalyse qui a été hébergé par l’EHESS, l’EPHE, l’ENSBA et, depuis la rentrée 2011, à l’ENS.

    Son seul lien institutionnel avéré avec l’Université Paris VII-Denis-Diderot est : membre associé (non titulaire) du laboratoire ICT (Identités, Cultures, Territoires), équipe d’accueil de l’Université Paris Diderot - Paris 7.
    http://www.ict.univ-paris-diderot.fr/fr/membres?filtre=associ%C3%A9

    A ce titre elle n’a pas de tutelle et n’est jamais évaluée.

    Répondre a ce message
Par Quétel Claudele 2 juillet 2009 : Elisabeth Roudinesco, vive polémique avec Esther Benbassa

directeur de recherche honoraire au CNRS, j’ai eu l’occasion d’observer de l’intérieur cette institution aujourd’hui exsangue.Or elle est à la fois brejnévienne dans son fonctionnement et fort peu répressive (hors des coups bas des commissions). Je voudrais savoir combien de fois s’est réuni le conseil de discipline du CNRS depuis la création de ce dernier au lendemain de la guerre.
CQ


Répondre a ce message
Poster un nouveau commentaire
Don Quichotte de Wozniak
En librairie


«  Un traité d'antimondialisation qui explique clairement pourquoi
il n'est de vin juste que géographique
et non technologique  » 
Marianne
Nous ! | | CGU | Archives | Administration
Copyright © 2009 - 2014 Cicero| Tous droits réservés
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.