Accueil Influenceurs Idéathèque Couveuse Panorama



Espèces de revue !

mercredi 15 février 2012, par Les influences.fr

Entretien avec Cécile Breton, la fondatrice de la revue Espèces, dédiée à l’histoire naturelle

Un joli grand requin blanc tournicote sur la couverture du n°2 de la revue trimestrielle Espèces en vente depuis décembre. Dans cette revue de 82 pages, habilement maquettée, on découvre l’ingénieuse nature prête à toutes les adaptations, un reportage sur l’industrie insectivore pour lutter contre la malnutrition, un focus sur la mémoire chez les bêtes ou encore une analyse très intéressante sur la deuxième mort annoncée de l’île de Pâques. Dans le marché plutôt encombré de la presse scientifique, Espèces espère survivre et même progresser en modulant la scientificité des contributeurs du sérail à une approche écologiste et décontractée. La rédaction de ce journal de structure associative est basée à Avapessa, en Corse. A la tête de cette entreprise, Cécile Breton qui ne craint ni Darwin ni personne.

Lesinfluences.fr : Quelle envie personnelle vous a poussé à lancer une revue en kiosques ?

Cécile Breton : Pas la conjoncture, c’est certain ! L’association qui édite Espèces, édite aussi depuis 2005 une revue sur le patrimoine historique et naturelle de la Corse : Stantari (www.stantari.net) qui a trouvé son public. L’objet de notre association est de favoriser la diffusion scientifique et de rétablir le lien entre le milieu scientifique et le grand public, notamment dans la compréhension des problèmes environnementaux, dont le traitement est trop souvent déconnecté des données objectives.
Mais faire une revue d’histoire naturelle (pour moi qui suis grande consommatrice de vulgarisation scientifique), était depuis longtemps un vieux rêve.

Quelle est la petite différence d’Espèces sur laquelle vous compter jouer dans un marché de presse scientifique plutôt saturé ?

C.B : Nous sommes une sorte d’intermédaire entre la presse scientifique en kiosque, qui doit traiter un grand nombre de sujets dans un espace restreint, la presse écologiste (nous ne sommes pas une presse d’opinion, nous tentons de donner un l’information la plus objective possible pour que le lecteur puisse s’en forger une), et les publications scientifiques. Les articles sont longs, détaillés, en majorité directement écrits par les scientifiques, nous nous sommes dotés d’un conseil scientifique qui relit les articles. Espèces est aussi largement illustrée, vulgarisée, variée dans ses sujets et bourrée d’infos et d’actualités... et nous y ajoutons un peu d’humour : on peut être sérieux sans se prendre au sérieux.

"Si nous avions eu un véritable "business plan" nous n’aurions jamais monté cette revue !"

Quel est votre point d’équilibre, et quel est votre modèle économique ?

C.B : J’aime répéter que si nous avions eu un véritable "business plan" nous n’aurions jamais monté cette revue ! Les scientifiques trouvent dans cette revue un espace d’expression à plus large diffusion que la littérature dite "grise" et nous leur apportons notre expertise éditoriale, nous les aidons à donner à leur discours l’attrait d’un article de journaliste et nous enrichissons l’iconographie. C’est donc un échange de bon procédé, c’est peut-être notre "modèle économique" : le troc. Pour l’instant, la revue survit aussi grâce à la bonne volonté de bénévoles.
Pour que nous puissions pérénniser notre action, il faudrait que la vente en kiosque atteigne les 6000 exemplaires (notre tirage est de 15000 ex.) et que les abonnements qui sont "bien partis" puisque nous avons déjà 700 abonnés, continue leur progression.

Si "Espèces" était un animal ?

C.B : Un ornithorynque sans hésitation ! C’est le seul animal qui, en soi, est un véritable "cabinet de curiosité"


Repères :

Poster un nouveau commentaire

idees numero 1

La revue papier.
Soutenez-nous, commandez-le
à votre libraire, faites-le connaître,
ou abonnez-vous en cliquant ici.

Nous ! | | CGU | Archives | Administration
Copyright © 2009 - 2016 Cicero| Tous droits réservés
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.