Accueil Influenceurs Idéathèque Couveuse Panorama

Bookmark and Share

Il a étudié 1800 rébellions françaises

mercredi 8 juillet 2009

De la période qui sépare la Fronde jusqu’à la révolution de 1789, l’historien Jean Nicolas a étudié des centaines d’émeutes populaires. Ce qu’elles peuvent nous enseigner sur la crise économique et sociale actuelle est que la rébellion est une vraie exception française. La rentrée sera chaude ?

Il suffisait de lire les archives de justice comme l’historien Jean Nicolas durant une quarantaine d’années. Elles regorgent de micro-émeutes débordant la réalité, débouchant sur des modes de protestation de plus en plus construits. Jean Nicolas en a étudié mille huit cent entre 1661 et 1789, mais il estime en avoir laissé de côté un bon millier. « Ces archives, d’une richesse incroyable, mais très mal classées, proviennent de la police, de la maréchaussée, de la justice ou encore des recours des procureurs et des mémoires défensifs des avocats », explicite le spécialiste à IDEE A JOUR.

« La rébellion n’est pas contre le pouvoir, elle est une protestation contre un pouvoir qui franchit ses limites, précise t-il. Ensuite, elle peut changer de nature, d’affectivité et déboucher vers une remise en cause radicale de ce pouvoir, c’est-à-dire la révolution. La France rébellionnaire est une réalité vivante et profonde, elle constitue même un mode collectif qui a fait du heurt et de la rupture le principe même du changement dans ce pays. » Une exception française en somme dont on peut fixer l’extrait de naissance vers les années 1660, entre la Fronde et la révolution de 1789.
Auparavant, existaient les jacqueries, les croquants, les va-nu-pieds, fort nombreux, fort actifs. Mais ils constituaient autant de mouvements « conservateurs », pré-libertariens, tournés contre cette autorité monarchique en train de se consolider et qui empiétait notamment fiscalement sur leurs droits traditionnels. Après la Fronde, la rébellion change sensiblement de nature.

Des historiens allemands, comparant cette période, se sont dit surpris par l’intensité et de la multiplication des mouvements rébellionnaires à la française. « C’est une époque sous tension. Le régime monarchique est le règne de l’intranquillité par excellence, contrairement à ce que l’on imagine aujourd’hui, décrit Jean Nicolas. Les gens vivent dans une forme permanente d’anxiété. Ils ont le souci de survivre. La mendicité et l’errance s’étendent. Les peurs de l’époque sont celles de la précarisation, de l’échec des ambitions individuelles, notamment des petits clercs qui n’est pas sans rappeler la crise actuelle de l’université. Les salariés non qualifiés, cette armée des hommes de peine, suscitent également beaucoup d’inquiétude. »

« J’avoue que j’ai tremblé toutes les fois que j’ai vu la portion basse de ce peuple en émotion ! » écrira en 1788, le chroniqueur Restif de la Bretonne.

Les élites de 2009 se comportent comme les élites de 1789

Les ancêtres des « Conti » et autres licenciés protestataires qui ont défrayé la chronique sociale du premier semestre 2009 se croisent dans des conflits pour le pain, la grève à la fabrique, le refus de droits seigneuriaux, les taxes sur le sel et le tabac. Eclatant un peu partout par dizaines, mais encore de basse intensité, « ces mouvements cellulaires » auront fini par cristalliser en phénomène politique.

Par exemple, cette affaire locale élémentaire. Des paysans, protestant contre les droits seigneuriaux abusifs, arrachent les insignes du seigneur de son ban à l’église. Traînés en justice, ils vont alors quérir les services d’un célèbre avocat. Ce ténor de Grenoble lui va se référer à Montesquieu et aux Lumières devant les juges.
Ce phénomène de protestation devient politique, ce que refusent de voir la majorité des grandes élites.

JPEG - 23.7 ko
Scène de la Grande Peur, "ADN de la rébellion à la française" selon l’historien Jean Nicolas

« L’ADN de la Grande rébellion historique qui a revêtu un caractère historique fabuleux a été la Grande Peur », marque t-il. L’attaque et le brûlage des châteaux dûs à la panique et à la rumeur d’un complot aristocratique auront constitué dans leur désorganisation, l’événement clé débouchant sur l’abolition des privilèges et la déclaration des droits de l’homme et du citoyen (juillet-août 1789).

« Sans gauchir la réalité, nous sommes avec ces rébellions, au vif du sujet. Il ne s’agissait plus de pain, plus d’octroi et de barrières douanières, mais au cœur du problème, la contestation du privilège. » En 2009, cette question égalitaire devant les situations revient sur le devant de la scène française et dans les débats, mais elle ne l’avait jamais vraiment quitté selon Jean Nicolas. « 

L’historien qui a étudié le grand aveuglement des élites de 1789 ne peut s’empêcher tout de même « de faire un rapprochement avec le comportement de nos élites financières et bancaires contemporaines en temps de crise ».


Repères :

La rébellion française (1661-1789), de Jean Nicolas, Folio histoire, 1064 pages, 12,10 €.


Par Boble 2 mars 2012 : Il a étudié 1800 rébellions françaises

h bien moi celà ne me rassure pas d’apprendre que la rébellion est dans les gènes français : c’est plutot le signe d’une profonde immaturité politique et démocratique rémanente qui fait de ce triste pays le plus agressif et invivable d’Occident en ce sens que les relations inter-humaines ,sociales sont constamment gauchies par la violence verbale et comportementale..........il suffit de voir comment les "français" se comportent sur les routes !

Immaturité : du psychologisme bon pour Elle
Magazine et le Figaro du dimanche.

Les investisseurs qui expulsent à
tour de bras les locataires depuis des années les
verront sous peu dans la rue.

En plus du précariat et du chômage imposés, des salaires de merde, les gens sont contraints de revenir chez leurs parents
alors qu’ils ont les cheveux blancs,
à se nourrir de plus en plus
mal parce qu’ils payent
des hypothèques ridicules et des
loyers exorbitants.

Ça suffit.

- Ras le bol

Répondre a ce message
Par BOAZ06le 11 juillet 2009 : Il a étudié 1800 rébellions françaises

je pense que sans être un " médium ", Jean Nicolas a bien traduit l ’ horizon qui se profile en France métropolitaine ! On a déjà eu un avant-goût et léger aperçu avec les DOM/TOM , les Conti , les étudiants , le défilé ou on était trois millions ! ! Ça va chauffer sous peu .... et je le souhaite ardemment !Pourtant je suis Européen , partisan de l Europe des peuples et des nations ! Je suis pour un fédéralisme européen qui respecte les particularités historiques , culturelles , cultuelles et linguistiques ! La crise mondiale donc européenne peut se transformer ici en une révolution générale dans l ’ état de sous-hommes que nous a réduit le ( petit) napoléon-bonapartiste Sarkozizi !Celui qui nous dirige à la hussarde hongroise mérite une bonne leçon , et ceux qui le suivent et l ’ approuvent.... idem !
UN EX-SOIXANTEHUITROPTARD

- Toujours en avant , jamais on meurt !

Répondre a ce message

    Par Guidettele 12 juillet 2009 : Il a étudié 1800 rébellions françaises

    Sempre en davant ! May morrirem ! Visca Catalunya !

    Répondre a ce message
Par Guidettele 11 juillet 2009 : Il a étudié 1800 rébellions françaises

Ce qui m’a frappé après la lecture de cet article remarquable, c’est qu’il apporte la preuve que Sarkozy n’est pas un français pur-jus, et sa part hongroise l’emporte sur l’autre au point d’avoir éradiqué de ses gènes cette notion innée de la rébellion. S’il était vraiment français, il se méfierait et n’imposerait pas "sa" volonté avec une arrogance aussi dangereuse pour ses prérogatives qui, l’a t-il oublié, ne lui ont pas été octroyé de droit divin mais bien par le suffrage universel, c’est d’ailleurs une grand différence avec l’époque des révolutionnaires.
Je ne suis pas une intellectuelle, loin de là, mais je sens, de façon épidermique, que quelque chose ne va pas tarder à exploser en France, une chose violente et irréversible que Sarkozy et la plupart de ses conseillers, ces derniers trop courtisans pour rester lucides, sont incapables de voir arriver ... y a-t-il encore un français à l’Elysée ?


Répondre a ce message
Par Nicotinele 11 juillet 2009 : Il a étudié 1800 rébellions françaises

Excellent. Pour mieux comprendre cet air que nous respirions durant les 3 dernières grandes manif’ nationales, je vais acheter ce bouquin. Car en arpentant le bitume, j’ai cru renifler comme une odeur de jacquerie : nombreux étaient ceux qui défilaient par dégoût du pouvoir en place et non pas sur les thèmes syndicaux. Et puis ça rassure de savoir que la rebellion est inscrite dans nos gènes. Merci pour cet article.

- 1789 / 2009 ?

Répondre a ce message

    eurofan,  le 11 juillet 2009 : Il a étudié 1800 rébellions françaises

    eh bien moi celà ne me rassure pas d’apprendre que la rébellion est dans les gènes français : c’est plutot le signe d’une profonde immaturité politique et démocratique rémanente qui fait de ce triste pays le plus agressif et invivable d’Occident en ce sens que les relations inter-humaines ,sociales sont constamment gauchies par la violence verbale et comportementale..........il suffit de voir comment les "français" se comportent sur les routes !

    Répondre a ce message

      robes gaillines,  le 11 juillet 2009 : Il a étudié 1800 rébellions françaises

      t as ka retourner chez toi !

      Répondre a ce message
Par Albanle 9 juillet 2009 : Question ...

« L’ADN de la Grande rébellion historique qui a revêtu un caractère historique fabuleux a été la Grande Peur », marque t-il. L’attaque et le brûlage des châteaux dûs à la panique et à la rumeur d’un complot aristocratique auront constitué dans leur désorganisation, l’événement clé débouchant sur l’abolition des droits, de la déclaration des droits de l’homme et du citoyen (juillet-août 1789).

L’ abolition des droits ? ou plutôt des

privilèges ?

Merci pour cette article-


Répondre a ce message

    Par Arnaudle 9 juillet 2009 : Question ...

    Effectivement. C’est corrigé. Merci.

    Arnaud

    Répondre a ce message
    Par poulainle 11 juillet 2009 : La question des droits de l’homme

    Arrêtons de parler des DROITS de l’homme sans parler de ses DEVOIRS.

    Je suis persuadé que les discours sur ce sujet seraient différents et à terme plus efficaces si on associait SYSTEMATIQUEMENT l’un et l’autre.

    Alors bienvenu aux " Droits et devoirs de l’homme "

    Répondre a ce message

      Laurent,  le 17 juillet 2009 : La question des droits de l’homme

      La déclaration des droits de l’homme confère des devoirs les uns envers les autres. Il s’agit donc bien uniquement des droits de l’homme et uniquement de cela. Pour s’en persuader, il suffit de relire la déclaration.

      Répondre a ce message
Par Jean-Noëlle 9 juillet 2009 : Il a étudié 1800 rébellions françaises

Le pire aveuglement de nos élites est le mépris dont elles nous accablent, n’hésitant pas à mentir,à se contredire d’un dossier à l’autre en fonction de ce qui sert leur propos.
L’aveu sur le temps de cerveau disponible est un bel exemple du mépris dans lequel elles nous tiennent, si persuadées de pouvoir continuer à nous manipuler. Le traité de Lisbonne devrait nous ouvrir les yeux sur la conception de la démocratie en vigueur !
Comme dit l’adage des Anciens "Zeus rend fous ceux dont il veut la perte"... J’esère que nous n’en serons pas les dommages collatéraux !


Répondre a ce message
Par PUERTA Y LUZle 9 juillet 2009 : Il a étudié 1800 rébellions françaises

J’ai noté depuis 2008 un changement profond dans la formulation des revendications en bas totalement antagoniques aux revendications formulées par le haut (politiques, institutions et syndicats).
dernier en date, chez CONTINENTAL. Les salariés ne retrouvent pas leurs comptes avec les 50 000€ signés entre la Direction et les syndicats (dont la CGT majoritaire dirigée par un salarié appartenant à l’organisation LUTTE OUVRIÈRE), ils continuent à exiger le maintien de l’emploi sur place et s’adressent par petits groupes aux élus locaux ou aux autres entreprises en grève... C’est à l’évidence une exigence politique qui si elle s’étend, montera jusqu’aux sommets.
Merci pour votre travail, un salarié du ménage.


Répondre a ce message
Poster un nouveau commentaire
Nous ! | | CGU | Archives | Administration
Copyright © 2009 - 2016 Cicero| Tous droits réservés
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.