Il recrute pour une Europe neuve

Le 6 juin 2009

Olivier Ferrand, président du think tank Terra Nova, appelle les jeunes générations de politiques et d’intellectuels à se saisir du chantier européen. Vous voulez une Europe comme une grosse Suisse, tapez 1, comme un hypermarché mondialisé, tapez 2, comme une machine à rêve possible et durable, tapez 3.

#Bronislaw Geremek #Europe #José-Manuel Barroso #Michel Barnier #Olivier Ferrand
JPEG - 18.9 ko
Olivier Ferrand (Claude Germerie pour L’Agence Idea)

« L’Europe m’a rendu un peu schizophrène lorsque j’étais fonctionnaire ! Fonctionnaire au Trésor, chargé de négociations financières internationales, puis européennes, l’Europe m’exaspérait. Une fois, conseiller aux affaires européennes chez Jospin à Matignon, ou encore conseiller politique à la Commission européenne auprès de Romano Prodi, les Etats et la réaction des Européens m’inspirèrent des envies assez anti-démocratiques, s’amuse Olivier Ferrand, président de l’association Fondation Terra Nova, un think tank de « gauche progressiste ». Le PS est traumatisé par l’Europe, et ce depuis longtemps. Il est grand temps de reprendre la main à gauche. Et pour ce chantier, il faut recruter du sang neuf chez les intellectuels et les politiques. »

Olivier Ferrand a commencé le chantier. Dans le livre qu’il vient de publier, un peu sec, un peu timide mais pédagogique et finalement convaincant, « L’Europe contre l’Europe », Olivier Ferrand reprend la rhétorique d’un autre livre, best-seller des années 1990, « Capitalisme contre capitalisme » (Le Seuil, 1991).

A l’époque, son auteur, Michel Albert, voyait la guerre des mouvements et des idées entre le modèle capitaliste rhénan (social-démocratie) et le modèle capitaliste anglo-saxon dont on mesure aujourd’hui la trajectoire désastreuse. Avec l’Europe, le modèle comparatiste tient.

Selon Olivier Ferrand, trois scénario s’ouvrent devant le (pas encore) citoyen de la communauté européenne : une « Europe-Suisse » (statu quo), une « Europe-monde » (frontières indéfinies, et préfiguration régionale d’un gouvernement mondial) et « Europe-puissance » (système fédéral, et Président de la Commission européenne issu des rangs d’une majorité politique au Parlement).
Ces élections européennes de 2009 ont comme un goût de frustration citoyenne, de cendres politique et de papier mâché bureaucratique. Trop technique, pas assez politique.
« L’UE a été historiquement a-européenne pour devenir aujourd’hui anti-européenne : les acteurs européens se sont retournés petit à petit contre l’Europe » analyse Olivier Ferrand pour IDEE @ JOUR.

« Jacques Delors a pactisé avec le diable »

Comment en est-on arrivé là ? L’Acte Unique Européen (AUE), entré en vigueur en juillet 1987,intégrait pour la première fois, dispositions communautaires et intergourvernementales, et approfondissait les objectifs, ouvrant la voie à la réalisation du marché unique. La Commission prévoyait la libre circulation des marchandises, ses services, des capitaux et enfin, des personnes.
Or, « Pour obtenir cet Acte Unique, Jacques Delors a pactisé avec le diable, estime cet ancien conseiller politique du Président de la Commission européenne Romano Prodi . La construction européenne patinait du fait de « l’euroscepticisme », et il a dû faire des concessions aux éléments les plus libéraux. Au fil des années, la Commission s’est retournée contre l’Europe politique. L’Europe technique a été nécessaire, elle fut même un coup de génie de Jean Monnet pour que cette idée puisse avancer. Mais en chemin, on a oublié le second objectif de sa feuille de route : cette fameuse Europe politique.
Insidieusement, s’est installée, s’est confortée même l’idée d’une Commission européenne toute puissante et strictement technicienne, ce qui est faux. Cette idée est partagée aussi bien à droite qu’à gauche. De Pascal Lamy à Michel Barnier, on estime qu’il vaut mieux rester dans l’entre-soi des experts, « loin des passions citoyennes » comme il a été dit. Aujourd’hui, cette Europe là est devenu un déni démocratique. »

En 2009, José-Manuel Barroso, reconductible président de la Commission européenne, est considéré par Olivier Ferrand, comme le symbole de cet enlisement politique. « Le Parlement européen a une grande faiblesse. Il lui manque le pouvoir principal dévolu aux parlements nationaux dans les démocraties parlementaires : le pouvoir d’investir, et de censurer, le gouvernement. Or en Europe, le gouvernement, c’est la Commission : un exécutif technique nommé par les Etats, et qui n’est pas démocratiquement responsable devant les citoyens européens. »

La boussole personnelle d’Olivier Ferrand, c’est l’Europe comme « modèle d’irréductibilité de la dignité humaine », ainsi que le formulait l’ancien intellectuel de Solidarnosck et pilier du Parlement européen, disparu à l’été 2008, Bronislaw Geremek. « Cette irréductibilité là est passée par l’abolition totale de la peine de mort, ou la non-commercialisation du corps humain », rappelle Olivier Ferrand. L’Europe a encore quelque chose à dire.



Repères :

A lire :

Terra Nova, Europanova et Fenêtre sur l’Europe organisent une soirée-débat le lundi 8 juin à 19h30 à SciencesPo
 : « Lendemains d’Europe : Quelles analyses et quelles perspectives à l’issue des élections européennes ? ».
 
Olivier FERRAND, président de Terra Nova et Guillaume KLOSSA, président fondateur d’Europanova, analyseront les résultats de la veille en compagnie de Yves BERTONCINI, enseignant à Sciences po Paris et auteur de la note « législation communautaire : briser le mythe des 80% » pour la Fondation Robert Schumann et Bruno JEANBART, directeur des études politiques d’Opinionway. Le débat sera animé par Jean-Philippe MOINET, fondateur de La revue civique et européenne.
 
Au lendemain du scrutin, nos intervenants analyseront les résultats de la veille ainsi que les conséquences au niveau national et européen.



Poster un nouveau commentaire


Le Caoua des idees L'article du jour
L'Europe en livre. 1/12 L'idée : Dans Carnets de la Strandja (Buchet-Chastel), le journaliste Alexandre Lévy explore une nouvelle frontière totalement inconnue des Européens, celle qui sépare les Bulgares des Turcs. Lire l'article

ABONNEZ-VOUS, C’EST NOTRE TOURNÉE !

Le Caoua des idées est notre projet de quotidien numérique des idées, disponible par abonnement, que nous lancerons en mars 2019.

En attendant, abonnez-vous gratuitement à notre newsletter : au fil des jours, vous bénéficierez en premium de nos contenus et découvrirez l’état d’esprit d’un beau projet éditorial.