Influences Veille Microcosme Couveuse Culture 100% Bio Blogs&Opinions

Bookmark and Share

Il voulait libérer les femmes mariées

dimanche 1er novembre 2009, par Emmanuel Lemieux

Le député des Deux-Sèvres Léopold Goirand a été à l’initiative de la première loi en 1907 sur l’égalité homme-femme. A l’époque, c’était pour que la femme mariée puisse bénéficier librement de son salaire. En 2009, une loi proposée par Jean-François Copé devrait donner aux femmes la possibilité de partager équitablement le pouvoir dans les conseils d’administration.

Un pas de plus vers l’abolition des genres ? Pour la chercheuse Janine Mossuz-Lavau, l’indifférenciation complète du féminin et du masculin est inéluctable. La secrétaire d’Etat Nathalie Kosciuokso-Morizet s’en amuse et remarque qu’avec la pollution, les espèces se féminisent.

JPEG - 9.9 ko
Jean-François Copé, chef de file des députés UMP, veut proposer une loi sur une meilleure parité homme-femme dans les conseils d’administration.

Le député et chef de file des parlementaires UMP, Jean-François Copé, a l’intention de déposer une proposition de loi prévoyant que 40%, puis à terme 50%, des sièges aux conseils d’administration des entreprises soient réservés à des femmes. Un vieux serpent de mer de la parité, déjà pointé en juillet par le rapport de Brigitte Gresy. Pour l’heure, moins de 10% de femmes sont à la tête de grandes entreprises.

Le principe de l’égalité salariale entre hommes et femmes, même s’il parait avoir mille ans, lui, ne remonte qu’à la loi du 23 février 2006. Et ce n’est pas gagné : Le rapport "Partage de la valeur ajoutée, partage des profits et écarts de rémunération remis au président de la république par Jean-Philippe Clotis, directeur général de l’INSEE, indique l’accroissement de plus en plus fort des inégalités.

Pourtant l’époque semble mure pour un meilleur partage du pouvoir. Le patron des députés de la majorité sait-il qu’il est que le lointain descendant de Léopold Goirand, député de la gauche républicaine complètement oublié par les annales ? Sous la houlette de l’écrivain Bruno Fuligni, par ailleurs responsable des éditions de l’Assemblée nationale, sa figure a été exhumée dans un opuscule : "1907, le libre salaire de la femme".

Contre "les maris débauchés et paresseux"

JPEG - 27.3 ko
Léopold Goirand, député des Deux-Sèvres et précurseur de la première loi sur la parité Homme-Femme.

Le 13 juillet 1907 voyait une loi d’origine parlementaire, reconnaissant aux femmes mariées la libre disposition de leur salaire. Une pécadille ? Une révolution démocratique ! A l’initiative de cette loi, Léopold Goirand, un député de la région des Deux-Sèvres. Avoué à Niort, fils d’ouvrier et pur produit de la méritocratie républicaine, il entre à l’âge de 42 ans au Palais-Bourbon en 1887 après avoir battu sur le fil le royaliste Aymé de la Chevrelière.

Lors de son troisième mandat, en 1893, il prend l’initiative d’une proposition de loi "ayant pour objet d’assurer à la femme mariée la libre disposition des fruits de son travail." Autant par conviction politique que par observation directe des moeurs : dans son étude, il voit trop souvent défiler les situations dramatiques d’un patriarcat transformant le mari en maître absolu.

Dans ce combat juridique, il est soutenu par les associations philanthropiques et la féministe Jeanne Schmahl, sage-femme d’origine anglaise et fondatrice du mouvement L’Avant-Courrière, qui depuis les années 1880 ne cessent de réclamer de telles dispositions.

"Si l’on suppose le mari débauché, paresseux, dissipateur, la femme honnête, laborieuse, économe, les conséquences apparaissent dans toute leur injustice, plaide Léopold Goirand. Dans les familles pauvres, cette omnipotence du mari peut être un obstacle insurmontable aux efforts de la femme et la cause déterminante d’une irrémédiable misère."

La politique rend unisexe, La pollution féminise

Las, cette proposition de loi votée en 1896 par les députés réformistes se retrouve dans un tiroir : Léopold Goirand perd son siège en 1898 face à son vieux rival le baron de La Chevrelière.
Elu en janvier 1906 au titre de sénateur, il reprend la main et parvient à faire inscrire sa proposition de loi à l’ordre du jour de la Haute Assemblée. Soutenu par les associations féministes et les députés tels Maurice Viollette (futur ministre du Front Populaire), le projet devient loi le 13 juillet 1907. Certes, la loi est écornée. Ainsi les femmes mariées n’obtiennent qu’un pouvoir d’affectation de leur salaire. Une fois l’argent dépensé, les biens acquis retombent sous la coupe du mari. Les sénateurs ont également installé des chicanes juridiques "en cas d’abus par la femme".

Reste que la brèche dans le Code Civil Napoléon est ouverte. En 1919, les députés voteront pour le vote des femmes. La loi sera toujours différée par les sénateurs jusqu’à la fin de la Troisième République.
En 2009 se pose la question de la représentativité et du partage du pouvoir au sein des conseils d’administration. Un pas de plus vers l’abolition des genres ?

"Le harem inversé"

JPEG - 16.1 ko
Janine Mossuz-Lavau, directrice de recherches politiques de Sciences-Po. L’indifférenciation du masculin et du féminin est en cours.

Pour Janine Mossuz-Lavau, directrice de recherches au Centre de recherches politiques de Sciences-Po, ce mouvement est inéluctable. L’indifférenciation est l’avenir même de la femme (et de l’homme). L’auteur de "Guerre des sexes : stop !" démontre avec conviction que les hommes et les femmes ne sont pas radicalement différents, contrairement à la ligne théorique construite par la philosophe Sylviane Agacinski. Le désir n’est pas menacé, rappelle avec force Janine Mossuz-Lavau, la biologie distinguera toujours l’homme de la femme mais l’indifférenciation constitue une chance pour l’humanité de se débarrasser des rôles et des patrons millénaires.

Dans son sympathique essai bazar, réflexion XXL sur l’écologie et le numérique à l’oeuvre, intitulé "Tu viens ?", la secrétaire d’Etat Nathalie Kosciusko-Morizet semble rejoindre cette tendance à l’indifférenciation.

Pour "NKM", être une femme politique n’a aucun genre. "Il y a autant de fourbes dépourvues de scrupules, d’agressives, de lâches, de dépressives ou de perverses parmi les femmes politiques que parmi les hommes. La comparaison quantitative des populations montre sans doute que les femmes sont excessivement moins nombreuses que les hommes à exercer le pouvoir ; mais la comparaison qualitative des tempéraments ne peut servir de plaidoyer pro domo."

JPEG - 9.9 ko
Nathalie Kosciusko-Morizet

L’élue de Longjumeau rappelle, c’est sans doute du vécu, que "bien des femmes politiques font le vide autour d’elles", écartent avec cruauté leur rivale, cherchant à "être seule dans leur genre" et à donner libre cours au fantasme du "harem inversé".

C’est un mouvement social inéluctable, à moins que, ne doute en s’amusant Nathalie Kosciusko-Morizet, l’indifférenciation des genres deviennent féminisation à cause de la pollution. L’ancienne secrétaire d’Etat à l’Ecologie rappelle que "le caractère viril est souvent le plus exposé, sinon le plus faible". La preuve ?"Les espèces animales, lorsqu’elles sont attaquées par des pollutions se féminisent. L’espèce humaine n’y échappe pas. Déjà le foetus mâle paraît plus sensible aux pollutions chimiques transmises par la mère." L’indifférenciation ne laissera pas indifférent.


Repères :
A télécharger : 1907 le libre salaire de la femme

www.tuviens.fr

Lire également l’article d’Isabelle Germain sur le site Les nouvelles news


Poster un nouveau commentaire
Don Quichotte de Wozniak
En librairie


«  Un traité d'antimondialisation qui explique clairement pourquoi
il n'est de vin juste que géographique
et non technologique  » 
Marianne
Nous ! | | CGU | Archives | Administration
Copyright © 2009 - 2014 Cicero| Tous droits réservés
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.