Accueil Influenceurs Idéathèque Couveuse Panorama



Jean Pisani-Ferry pense à Matignon

samedi 4 mai 2013, par Emmanuel Lemieux

L’intellectuel Jean Pisani-Ferry dirigera à la fin du mois de mai, le nouvel organisme de prospectives et de concertations dépendant du Premier ministre.

Politique. Matignon a trouvé son super-héros pour diriger le think tank de la république : le 30 mai, Jean Pisani-Ferry sera à la tête du Commissariat général à la stratégie et à la prospective (CGSP) qui remplacera l’actuel Centre d’analyse stratégique (CAS). Créé par décret le 22 avril dernier, l’organisme est conçu pour apporter "son concours au Gouvernement pour la détermination des grandes orientations de l’avenir de la nation et des objectifs à moyen et à long termes de son développement économique, social, culturel et environnemental." Le 30 juillet 2012, Jean-Marc Ayrault commandait un rapport sur la nécessité d’un tel organisme de réflexions à Yannick Moreau. Un aréopage de hauts fonctionnaires et d’intellectuels fabriquèrent le projet de nouvelle entreprise intellectuelle gouvernementale. Sous l’égide de la Présidente de section au Conseil d’Etat, se réunirent l’ex-présidente de l’Inra et possible ministre de l’Agriculture d’un Nicolas Sarkozy II, Marion Guillou, l’économiste et conseiller de François Hollande, Philippe Aghion, l’historien, fondateur du site La vie des idées et professeur au Collège de France, Pierre Rosanvallon, un second économiste proche de Terra Nova, Henri Rouilleault et l’ancien dir-cab de Laurent Fabius et actuel président d’Initiative France, Louis Schweitzer.
Le résultat est là et suit dans les grandes lignes le rapport Moreau. Sous tutelle du Premier ministre, le CGSP est défini comme un "lieu transversal d’échanges et de concertation". Obligation et charge au Commissariat de communiquer ses travaux au public.
Le Commissaire Pisani-Ferry semblait être l’oiseau rare pour un tel perchoir d’observation : né en 1951, fils d’Edgar Pisani, professeur associé à l’université de Paris-Dauphine, directeur de Bruegel, (un centre d’analyse et de débats sur les politiques en Europe, à Bruxelles), ancien conseiller économique de DSK à Bercy, membre du Haut Conseil des finances publiques, essayiste.. et aussi candidat malheureux à la direction de Sciences-Po au début de l’année. Bref, comme l’indique le site de l’encore CAS "le premier Ministre fait le choix d’un homme au parcours international et issu du monde de la recherche et du débat économique."

Sous tutelle du Premier ministre, le CGSP est défini comme un "lieu transversal d’échanges et de concertation"

Son rôle sera de " renouveler l’approche de la stratégie et de la prospective économique et sociale afin d’éclairer les pouvoirs publics sur les trajectoires possibles à moyen et long terme pour la France en matière économique, sociale, culturelle et environnementale" et aussi de "redonner vigueur à la concertation avec les partenaires sociaux et développer le dialogue avec les acteurs de la société civile". Cette définition suit les recommandations du rapport Moreau qui soulignait que pour diriger l’ambitieux Commissariat au plan new look devrait s’imposer "une personnalité de grand talent" qui serait "capable de mobiliser une expertise de qualité et d’articuler les travaux avec la décision publique", sans oublier de "pratiquer l’ouverture à l’international et établir des liens solides avec la recherche".
Sous son autorité, huit organismes à compétences sectorielles sont prévus dans cette réforme : il s’agit du Conseil d’analyse économique, du Conseil d’orientation des retraite, du Conseil d’orientation pour l’emploi, du Haut Conseil de la famille, du Haut Conseil pour l’avenir de l’assurance maladie, du Haut Conseil du financement de la protection sociale, du Conseil national de l’industrie et enfin, du Centre d’études prospectives et d’informations internationales.

Pour la petite histoire, la réforme du CAS aura congédié un autre intellectuel, le philosophe et ancien ministre de l’Education Luc Ferry qui animait depuis un quinquennat, une coquille parfaitement vide du CAS, l’inutile Conseil d’analyse de la société.


Repères :

Lire Rapport Moreau sur le nouveau CGSP :
http://www.lesinfluences.fr/Le-grand-retour-de-la-Republique.html


Poster un nouveau commentaire

idees numero 1

La revue papier.
Soutenez-nous, commandez-le
à votre libraire, faites-le connaître,
ou abonnez-vous en cliquant ici.

Nous ! | | CGU | Archives | Administration
Copyright © 2009 - 2016 Cicero| Tous droits réservés
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.