Accueil Influenceurs Idéathèque Couveuse Panorama

Jérémy Rifkin éclaire la gauche française

samedi 11 février 2012, par Arnaud Vojinovic

L’économiste et futurologue américain, nouvelle égérie de la gauche et des écologistes, de passage à Paris pour donner la bonne parole sur les énergies alternatives

L’essayiste de best-sellers américain, Jéremy Rifkin de passage à Paris début février afin de faire la promotion de son dernier ouvrage, La troisième révolution industrielle (Les liens qui libèrent, 2012), s’est invité mine de rien dans la présidentielle 2012. Après avoir prédit la fin du travail (1991) dans l’ouvrage au titre éponyme qui fut préfacé par Michel Rocard pour son édition française et qui a assuré sa célébrité en France, il s’intéresse aujourd’hui à l’énergie. Selon lui, nous sommes à l’aube exacte d’une nouvelle révolution industrielle. Son credo : transformer tous les immeubles et bâtiments publics en autant de mini centrales de production électrique (éolien, solaire, géothermique, déchets...) dont le surplus pourrait être revendu. Cette production locale annoncerait une troisième révolution industrielle, aidée en cela par l’Internet, puissant outil d’une organisation collective rénovée. En effet, production d’énergie et communication sont intimement liées. Avec l’Internet, une information peut être collaborative et partagée. Jérémy Rifkin y voit la fin de la centralisation énergétique par une production et une distribution d’énergie décentralisée et mise en réseau où chacun individuellement pourrait revendre son surplus d’électricité ou acheter celle de son voisin continental si besoin.

Pas vu par Nathalie Kosciusko-Morizet et Eva Joly

Lors de son passage à Paris, s’il a été battu froid par la ministre de l’Ecologie et des Transports Nathalie Kosciusko-Morizet qui a décliné sa demande de rendez-vous, il en est autrement à gauche où chacun essaye de le gagner à sa cause et avoir ainsi la bénédiction du futuriste. Exercice auquel ce prosélyte de l’Europe et admirateur de Jean Monnet se prête volontiers. Jérémy Rifkin se place hors champ du politique et uniquement sur le plan du « business » et de la nécessité pour les entreprises d’anticiper cette troisième révolution théorisée. C’est d’abord Arnaud Montebourg qui lors du lancement de son mouvement "Mouvement Rose Réséda" a fait longuement référence, voire révérence appuyée, aux idées du prospectiviste. Le think tank de gauche Terra Nova a pris le relais et invité une vingtaine de journalistes à rencontrer Rifkin le mardi 7 février au Conseil économique et social. L’échange avait pour but de mettre en avant le travail du think tank portant sur l’énergie et la publication des travaux issus de son groupe de travail, "Maîtriser l’énergie, un projet énergétique pour une société responsable et innovante" (Terra Nova, 2011). Le clou du séjour à Paris aurait pu être un débat le jour suivant entre Jérémy Rifkin et Eva Joly, à la Bellevilloise. Déconvenue pour la candidate écologiste puisque Rifkin annula sa participation au débat.


Repères :

Poster un nouveau commentaire
Nous ! | | CGU | Archives | Administration
Copyright © 2009 - 2016 Cicero| Tous droits réservés
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.