Accueil Influenceurs Idéathèque Couveuse Panorama

Bookmark and Share

Julien Bonhomme, de la plante hallucinogène eboga aux voleurs de sexe

samedi 23 janvier 2010, par Emmanuel Lemieux

Initié au rite gabonais de la plante hallucinogène eboga, pisteur de rumeur sur les voleurs de sexes, l’anthropologue Julien Bonhomme en dit beaucoup sur "la sorcellerie de la modernité".

Julien Bonhomme. Anthropologue et directeur scientifique adjoint au musée du Quai-Branly. Aujourd’hui, recevant le visiteur dans le hall du musée du Quai-Branly, Julien Bonhomme vous sert courtoisement la main, même si un sourire d’ironie ne peut s’empêcher de venir aux lèvres. En effet, depuis 2001, ce jeune anthropologue, né en 1975, suit une étrange et persistante rumeur africaine, celle des « voleurs de sexe » : un étranger vous sert la main, et vous perdez vos attributs sexuels… Les hommes le plus souvent, même si les femmes ne sont pas exemptées de ce « vol de pièces détachées » par des inconnus malfaisants et sorciers, comme l’affirme le kongosa (potins gabonais) de la rue. Depuis les années 1970, cette rumeur, repérée la première fois au Nigeria, provoque lorsqu’elle se manifeste, suspicions haineuses, émeutes, lynchages et n’en finit pas de s’autoalimenter grâce aux médias. Julien Bonhomme a pris ce phénomène au sérieux et non à la gaudriole folklorique. Il a étudié « l’épidémiologie sociale » de cette rumeur qui rayonne désormais dans une vingtaine de pays subsahariens. « Cette rumeur est très riche pour comprendre les formes contemporaines de la sociabilité en milieu urbain », explique t-il. Et que nous dit-il, entre autres, ce chercheur ? Qu’une Afrique est en train de surgir à toute vitesse des eaux de la mondialisation, avec ses entassements urbains et ses angoisses fragmentées, sa révolution médiatique et ses vieux démons réveillés.

Un voleur de sexe est très souvent l’autre, l’étranger, celui que l’on frôle dans les villes et qui vous met en danger dans cette modernité débordante. « Souvent les accusés sont focalisés sur une autre nation ou une ethnie particulière, remarque le chercheur. Lorsque la rumeur des voleurs de sexe s’est propagée jusqu’au Darfour, c’est le mythe antisémite européen qui a ressurgi du côté de la péninsule panarabique : le voleur de sexe était juif. »

Certes, Julien Bonhomme met à jour une anthropologie africaine d’une rumeur protéiforme, mais il parle également de la société médiatique telle qu’elle se standardise dans le monde. Les rumeurs sur le bug de l’an 2000, la grippe A ou les portables qui explosent, sans oublier la classique rumeur d’Orléans (des jeunes filles enlevées par des marchands juifs et transportées en sous-marin remontant la Seine) ou l’implication du Pentagone, de la CIA et d’Israël dans les attentats du 11-septembre, ne sont pas que l’apanage de l’Afrique.
Depuis une quinzaine d’années, la presse tabloïd, sans oublier la radio, ont pris un poids considérable sur le continent noir. Et même les nouvelles pratiques sur Internet changent la donne, et contribuent à fortifier la rumeur des voleurs de sexe.

« Face à cette rumeur, le rôle des médias est ambivalent : ils allument, puis ils tentent d’éteindre le brasier. Il y a une modernité de la sorcellerie, mais également une sorcellerie de la modernité », formule Julien Bonhomme.

Divination et soins

La publication des Voleurs de sexe , enquête percutante dans son analyse, originale quant à ses techniques d’investigation, a eu également son effet de reconnaissance. L’ouvrage anthropologique a été consacré par la une du Monde des livres. La petite communauté scientifique avait déjà jeté en 2003, un œil expert sur son doctorat d’anthropologie avec mention très honorable. « Mes premiers contacts de chercheur se sont portés sur les sorciers gabonais de Port-Gentil, les seuls à pratiquer le rite initiatique masculin du Bwete Misoko, notamment sa sous-branche Ngonde qui concerne la divination et les soins, et qui se caractérise par l’utilisation de l’eboga, plante hallucinogène aux propriétés visionnaires et thérapeutiques. Le Gabon a été mon terrain initiatique de chercheur solitaire », raconte t-il pince-sans-rire.

Son ambition scientifique se révèle également dans ce premier travail qui, suite à son doctorat, a fait l’objet d’un livre à diffusion confidentielle en 2003. Le Miroir et le crâne entreprend le parcours initiatique complet, à partir d’une approche pragmatiste et fondée sur la « logique interactionnelle » du rituel.

JPEG - 18.4 ko
Rite du Bwete-Missoko, Gabon (Source : J. Bonhomme)

Le Bwete Misoko est une initiation forcée : celui qui va voir un nganga (devin-guérisseur) a été contraint par « une série d’infortunes » et de malheurs de toutes sortes. Le néophyte (« banzi ») passe par toute une série de rites préliminaires comme la confection d’objets-fétiches, le badigeonnage du corps de la « pommade des pygmées », ou encore l’échange purificateur de sang avec l’écorce rouge d’un arbre. Vient l’absorption des racines d’eboga, et le temps des rites visionnaires. Le banzi, à la (fausse) fin de ce parcours, se voit attribuer un miroir et d’un crâne, objets du père initiateur et objets d’examen pour l’initié qui doit alors vérifier par l’intermédiaire de ces objets, son parcours accompli et ses relations dans ce jeu toujours relancé de mensonges et de vérités. En définitive, « le Bwete, c’est soi-même » résument les initateurs du rite.

L’auteur a été lui-même initié. Il y a du Tintin épistémologue chez lui : « Ce n’est qu’en s’enfonçant aussi loin que possible dans le détail ethnographique d’un rituel que l’on peut espérer dégager ses propriétés générales ou généralisables concernant le rituel », écrit-il dans la préface de son étude.

Cette initiation du Bwete Misoko est un parcours de pièges, de ruses ironiques, de non-dit et d’impasses, de vérités mates ou même sans tain. Le contexte des relations avec autrui, le sorcier, les ancêtres, les femmes, et enfin soi-même, est plus éclairant que s’il s’agissait d’une classique étude anthropologique des croyances et des symboles. Il ne redoute pas non plus la situation border-line d’apprentissage mystique : « L’intégration au groupe des initiés permet ainsi d’accéder à un savoir secret, décrit-il. L’initiation n’est cependant pas un sésame magique : la transmission du savoir initiatique est plus une affaire de rétention organisée que de libre divulgation, puisque ce savoir forme l’assise du pouvoir des aînés. Opter pour l’initiation impose donc une soumission aux aînés sans garantie d’un effet effectif au savoir. Mais les ethnologues qui ont tenu à rester profanes ont dû se plier eux aussi avec exigences de leurs informateurs initiés. Profane ou initié, on n’échappe donc pas aux relations de pouvoir qui déterminent l’accès au savoir. Mais dès lorsque l’on cherche moins à accumuler les données d’un savoir initiatique abstrait qu’à comprendre la logique concrète de son usage et de sa transmission, être pris avec les cadets dans le piège de la rétention de l’information orchestrée par les aînés constitue moins une impasse qu’une épreuve pertinente. Se laisser prendre au piège de la relation initiatique offre ainsi une source précieuse d’informations objectives quant à la nature de cette relation. »

Pour Julien Bonhomme, même « embedded » par les devins-guérisseurs du Bwete Misoko, il n’a pas succombé pas au processus d’empathie ou d’identification, mais en éprouvant certains effets, il aura mieux saisi la structure relationnelle de ce rite. Le Mwiri, esprit qui protège coûte que coûte le secret initiatique, ne l’a pas avalé, et mieux encore, a autorisé Julien Bonhomme à mettre en cycle les savoirs du bwete et de la sorcellerie gabonaise dans la situation économique, sociale et culturelle actuelle du pays. Au XXIe siècle, « le recours aux nganga (devins-guérisseurs/Ndlr) ne fléchit pas, bien au contraire, conlut Julien Bonhomme. Il a pour lui les nouvelles infortunes liées aux épreuves de la vie urbaine, et symétriquement les opportunités de carrière qu’offre le métier de devin-guérisseur pour les chômeurs citadins. »

Saisissant et triple portrait au final d’un anthropologue en recherche de son art scientifique, d’un initié à l’eboga, « infortuné » au départ du Bwete Misoko, puis « homme compliqué » dans son accomplissement », et d’une Afrique toute entière qui se débrouillent chacun dans le labyrinthe de leurs symboles sorciers et de leurs codes de modernité.

Anthropologie de la sorcellerie

La tribu scientifique voit s’affirmer la présence d’un anthropologue qui, par ailleurs, depuis 2008, au côté de l’ethnologue Anne-Christine Taylor, est le directeur adjoint du département de la recherche et de l’enseignement, du musée du Quai-Branly. Nouvelle entité scientifique, concurrente sans le dire du vénérable Musée de l’Homme en pleine crise identitaire, elle se veut à l’offensive dans la recherche de pointe et dans la diffusion des savoirs.

Ancien normalien en philosophie, Julien Bonhomme a « préféré bifurquer vers l’anthropologie et le grand large, plutôt que de rester coincé dans les livres. » Asticoté par le travail de l’anthropologue Jeanne Favret-Saada sur la sorcellerie en Mayenne (Désorceler, L’Olivier, 2009), il a mis le cap sur l’EHESS, s’intéressant aux usages des psychotropes dans l’hallucination initiatique, sous la houlette de Philippe Descola, considéré avec Françoise Héritier, comme le successeur de Claude Lévi-Strauss. « Je suis d’ailleurs le petit-fils clanique de Claude Lévi-Strauss, s’amuse-t-il. Cette capacité à rendre compte à la fois de la formidable diversité humaine mais aussi de l’universalité est ce que je retiens de son œuvre monumentale. De ce point de vue et en ce qui me concerne, je ne crois pas à la grande division des aires culturelles. » Lui reste tout de même quelque chose de sa période de philosophie, période Spinoza : « le goût de ne pas succomber aux idées trop emballées. »


Repères :

Les voleurs de sexe, de Julien Bonhomme, Seuil (2009)

A lire

Le miroir et le crâne, de Julien Bonhomme, CNRS-Editions MSH, (2006).

Site :
julienbonhomme.ethno.free.fr


Par Alexisle 25 mai 2014 : Julien Bonhomme, de la plante hallucinogène eboga aux voleurs de sexe

Emmanuel Lemieux...
...a du faire de son mieux, mais malheureusement quand je vois certains articles de presse dont j’ai la chance ou le privilège d’en connaitre plus sur le sujet que celui qui l’a rédigé, je m’interroge sur ce qu’il doit en être au sujet des milliers d’articles dont les thèmes abordés me sont inconnus.

"Le Bwete Misoko est une initiation forcée"

^^

"celui qui va voir un nganga (devin-guérisseur) a été contraint par « une série d’infortunes » et de malheurs de toutes sortes"

... ou désire tout simplement s’initier pour entamer un chemin spirituel !

"Le néophyte (« banzi ») passe par toute une série de rites préliminaires comme la confection d’objets-fétiches, le badigeonnage du corps de la « pommade des pygmées »"

...merde, c’est du lourd !!

"Vient l’absorption des racines d’eboga, et le temps des rites visionnaires. Le banzi, à la (fausse) fin de ce parcours, se voit attribuer un miroir et d’un crâne, objets du père initiateur et objets d’examen pour l’initié qui doit alors vérifier par l’intermédiaire de ces objets[...]"

WHAT THE FUCKIN’ FUCK ???

[...]dans ce jeu toujours relancé de mensonges et de vérités. En définitive, « le Bwete, c’est soi-même » résument les initateurs du rite.

...la flemme

Manu, quand on ne connait pas un sujet, se taire est souvent la plus sage décision.

Je passe le reste de l’article, truffé de langage d’universitaire en manque de s’écouter parler, ou de se regarder écrire.


Répondre a ce message
Par dolbyle 13 novembre 2010 : Julien Bonhomme, de la plante hallucinogène eboga aux voleurs de sexe

Sur le même sujet ;à voir et à entendre :

- eboga.fr

Répondre a ce message

    le 12 janvier 2013 : Julien Bonhomme, de la plante hallucinogène eboga aux voleurs de sexe

    Bonsoir,
    Initiéee au Gabon ,il y a 6 ans, Un journaliste d’Arte m’a sollicité pour partir avec son équipe ,dans la forêt à la rencontre des pygmées.
    Avant de m’engager dans cette aventure, j’aimerais vous rencontrer.
    Merci de me répondre

    Répondre a ce message

      Par Salomonle 7 mars 2013 : Julien Bonhomme, de la plante hallucinogène eboga aux voleurs de sexe

      salut, avant de venir au Gabon faites le moi savoir et je peux vous donner toutes les informations et vous amener partout où vous voulez aller au Gabon, si vous voulez, je peux être votre guide, appelez-moi à ce numéro +24107009417,ao envoiyer moi un email tout ce qui concerne la tradition Bweti et iniciation et autre

      Répondre a ce message
Poster un nouveau commentaire

idees numero 1

La revue papier.
Soutenez-nous, commandez-le
à votre libraire, faites-le connaître,
ou abonnez-vous en cliquant ici.

Nous ! | | CGU | Archives | Administration
Copyright © 2009 - 2016 Cicero| Tous droits réservés
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.