Influenceurs Le dico Idéathèque Couveuse Panorama

L’Illustre théâtre de Monsieur Levalet

lundi 21 avril 2014, par Jean-Luc Hinsinger

Après deux années de théâtre de rue, porté par les trompettes de la renommée, Levalet pose son castelet à l’abri des intempéries.

Tout en poursuivant sa tournée aussi bien parisienne, poitevine, grenobloise, charentaise ou (« téléphone maison ! ») guadeloupéenne que berlinoise ou danoise, le théâtre ambulant de Levalet [1] pose ses valises pour une quinzaine de jours en un charmant petit théâtre sis dans une rue calme et discrète de l’est parisien.
Les dernières représentations de ce grand magic circus tutoient sans vergogne ironie, absurdité, décalage, incongruité, avatars et coquecigrues (cf. le collage Promenade guest-starring Mr Bault), jouant la comédie allégorique des vices et des vertus [2] comme ligne d’horizon.

Ses scènes de papier miment, sans autorisation aucune, le film noir (Le Casse, Sécurité), le casse-tête européen (Frontière, Le départ), la sinusoïdale ligne politique gouvernementale (Inventaire, Rhizomes), la valls-attitude (Surveillance, Les autres, Ascension sociale), la montebourgitude (Autoproduit, Travail contre-nature), le docteur Folamour (Le bouton rouge) ou encore le développement durable (Transition énergétique) [3]

Découvrant ces saynètes au hasard déambulatoire, le passant-spectateur ne reste pas de marbre, exprime surprise, étonnement, plaisir, par un franc sourire, un tonitruant éclat de rire ou le rare maugréement du négationniste des circonvolutions humaines… Les plus intrépides témoins, pris au jeu, agrémentent l’attraction de commentaires et de suites imaginaires !
Ces spectacles iconoclastes abritent jalousement un être sensible, à la discrétion receleuse de mystère : Repentir, Jardin secret, mâtiné de l’once d’égocentrisme indispensable à toute ambition artistique (Exhibition)… Œil introspectif, qui observe, surveille, épie… qui de la tombe regarde Caïn [4].

https://www.youtube.com/watch?v=HcFS9DtzTsA

Ce petit théâtre de la comédie humaine, Levalet a décidé de le mettre en mémoire par compression en divers cabas tel l’apothicaire parti conquérir le grand Ouest américain, portant en sa sacoche le nécessaire à… tout : dentisterie, médicaments, fioles multiples et poudre de perlimpimpin… Un homme-valise, carambolage improbable entre la dramaturgie d’Eugène Ionesco [5] et le burlesque de Buster Keaton, si ce n’est remake de « l’homme à tête de chou, Moitié valise et moitié mec » [6] !

C’est à la galerie du Cabinet d’amateur transformée pour l’occasion en hall de gare que Levalet posera pour la deuxième année consécutive ses bagages, une trentaine de « tableaux » originaux, dans l’attente d’un train qui peut-être sifflera trois fois…


Repères :

Exposition « Bagages », du 29 avril au 11 mai 2014.
Vernissage le mardi 29 à partir de 18h.

Le catalogue de l’exposition sera présenté le dimanche 4 mai de 15h à 19h, avec signature et dédicace de l’artiste. Une exceptionnelle mise en abîme de ses travaux de rue et de leur reprise indoor. Indispensable !

Le Cabinet d’amateur, 12 rue de la Forge-Royale 75011 Paris. Mardi-samedi 14h-19h. Dimanche 14h-17h. 01 43 48 14 06. www.lecabinetdamateur.com


[1Pour en savoir plus sur le mode opératoire de Levalet : www.lesinfluences.fr/Levalet-reveille-la-rue.html

[2« Allégories des vices et des vertus », exposition à la galerie Nunc de Grenoble en mai-juin 2013.

[3Toutes ces saynètes font l’objet de reportages photographiques sur http://levalet.overblog.com/

[4La légende des siècles, Victor Hugo, 1859.

[5L’homme aux valises, Eugène Ionesco, 1974.

[6L’homme à la tête de chou, Serge Gainsbourg, 1976.


Poster un nouveau commentaire
Disponible en librairie ou sur notre boutique

Boutique
Nous ! | | CGU | Archives | Administration
Copyright © 2009 - 2016 Cicero| Tous droits réservés
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.