L’euphorie Macron 2017 se dissipe

Le 9 juillet 2018, par Les influences.fr

Selon la 6e étude annuelle Fractures françaises, les besoins de justice sociale, de protection mais aussi la défiance pour la politique, la religion musulmane et les immigrés se maintiennent à haut niveau.

Mentalité. Retour à la case départ ? L’élection d’Emmanuel Macron en mai 2017 avait spectaculairement fait refluer le pessimisme massif des Français. Un an plus tard, les idées noires sont de retour. Même si elles ne recouvrent pas complètement le moral du pays, leur étendue élimine en grande partie la confiance donnée au président de la République.

L’étude Fractures françaises 2018 (Cevipof/ Le Monde/ Fondation Jean-Jaurès/ Ipsos/ Sopra Steria, sous la direction de Brice Teinturier et Mathieu Gallard ), réalisée du 27 juin au 2 juillet 2018, recèle pour cette sixième édition annuelle, un intéressant gisement d’état d’esprit sur divers sujets.

62% des Français, de droite compris, estime que « pour établir la justice sociale, il faudrait prendre aux riches pour donner aux pauvres ».

Le trait le plus saillant est celui de l’appréciation d’une France en déclin ou pas. Un tiers estime qu’elle ne l’est pas, 46% pense qu’elle l’est « mais ce n’est pas irréversible » et 24% (20% en 2017) affirme qu’elle l’est et que « c’est irréversible ». La confiance en l’avenir de la France retrouve son niveau d’avant la présidentielle.
Les institutions à qui l’on fait volontiers confiance sont les PME (80%), les maires (68%), les grandes entreprises (40%) et même l’UE (36%). Les syndicats et la présidence (34%), les médias (30%) et les députés (26%) se disputent les dernières places.
Politiquement, 73% des personnes interrogées affirment que «  les notions de droite et de gauche sont dépassées » et dans un même temps macronien, 48% estime qu’il existe « de vrais différences entre la gauche et la droite ». Un niveau très élevé de Français (62%), et même à droite, estime encore que « pour établir la justice sociale, il faudrait prendre aux riches pour donner aux pauvres ». La théorie du ruissellement ne séduit que 38% des sondés (notamment ceux se déclarant En marche ! ou LR). 49% pense qu’il faut relancer le rôle de l’État pour relancer la croissance. 52% ( notamment FI, PS et RN) estime qu’il est grand temps de « renforcer la protection des salariés ». En baisse de deux points, il reste un gros 60% à déclarer que « on évolue vers trop d’assistanat ».

Un mantra français : « On n’est jamais assez prudent quand on a affaire aux autres »

La géopolitique chaotique de ces derniers mois produit également cette exigence de sécurité : La France doit « se protéger davantage du monde d’aujourd’hui » (59%) qu’elle ne devrait « s’ouvrir davantage » (41%).

Terrorisme, religions, valeurs... Du Tradi ou du vintage ? C’est un sentiment à la hausse ( 69% contre 65% en 2017) : « Dans ma vie, je m’inspire de plus en plus des valeurs du passé  ». Les Français interrogés sont 78% à cultiver un sentiment de défiance interpersonnelle : « On n’est jamais assez prudent quand on a affaire aux autres » est leur mantra. Ils regrettent l’autorité mais ne veulent pas d’autoritarisme. La perception de l’immigration est toujours aussi négative : 66% dit qu’il y a trop d’étrangers et 62% qu’ils ne font pas d’efforts pour s’intégrer. 57% sont convaincus que réduire le nombre d’immigrés n’aurait aucune conséquence sur le nombre de chômeurs en France.
Seulement 42% des Français estime que la religion musulmane est compatible avec les valeurs de la société française. Conquérante dans ses objectifs, elle se démarque nettement du catholicisme (92%) et du judaïsme (81%) qui sont perçus comme des religions ayant compris les vertus de la laïcité. Même si une minorité a forci de 5 points en un an (20%), estimant que l’intégrisme religieux n’est pas un problème préoccupant et qu’il est instrumentalisé par la politique, 80% n’est pas du tout de cet avis. Le RN, lui, est considéré comme un parti « utile » à 47% mais qui « propose des solutions réalistes » pour 31%. 73% des Français veulent rester dans la zone euro.
68% des Français sont massivement favorables à la PMA (68%) mais clivés pour ce qui concerne la GPA (50% ).
La démocratie ? Un truc de dingue. Et pas vraiment indispensable. Il n’y a plus que 64 % de Français en 2018 a estimer que « le régime démocratique est irremplaçable, c’est le meilleur système possible  », soit une dégringolade de 12 points depuis 2014. Ce sont les plus jeunes qui tiquent le plus : 54 % des moins de 35 ans ont voté pour cette opinion.

ET SI VOUS VOTIEZ AUX EUROPÉENNES EN JUILLET 2018
France insoumise : 13%
Europe-Écologie Les Verts : 4%
Génération.s : 4%
Parti Socialiste : 4%
La République en marche-Modem : 26%
Les Républicains : 15%
Rassemblement national : 18%
Debout la France : 7%
LO, NPA, PCF, Asselineau, Lassale, Philippot : 1% chacun.

Télécharger l’étude.




Poster un nouveau commentaire