Influences Veille Microcosme Couveuse Culture 100% Bio Blogs&Opinions

Bookmark and Share

La Conférence Sociale ou la rhétorique de l’auto-tamponneuse

dimanche 8 juillet 2012, par Philippe-Joseph Salazar

Demain il se tiendra une grande « conférence sociale » dont le secrétaire général de la CGT félicite le gouvernement. C’est son chant du cygne. Même si le sujet est austère à la veille des Grands Départs je voudrais esquisser ce qu’est cette bête rhétorique, le « dialogue social ».

GIF - 64.8 ko
(Source Klincksieck)

Le « dialogue social » jouit, à gauche comme à droite (enfin, ce qui reste du parti post-gaulliste) [1], d’un prestige que les anthropologues, qui comme les politiciens ont l’art d’inventer des mots, appellent « mythème » – un mythème est un récit fait d’actions en apparence diverses mais qui expriment une structure d’ensemble qui, à vue d’œil, n’existerait pas. Cette unité de signification permet de comprendre des comportements ou des croyances essentielles qui, toujours à vue d’œil, sont disparates et que rien ne relie. C’est l‘image des auto-tamponneuses : sur le bord d’un stand de forain vous regardez des autos se tamponner, dans une apparence de chaos. Restez un peu plus, sirotez le pastis que vous avez dissimulé dans une canette de coca, et vous verrez que telle auto tamponne telle autre ; bref un pattern va apparaître et vous pourrez même, si vous êtes écrivain, monter une histoire extraordinaire de rencontres et de ruptures amoureuses. Vous aurez découvert un mythème. Ou plutôt vous vous imaginez, doctrinaire, avoir découvert une structure.

Le « dialogue social » c’est un peu ça ; ça veut faire jaillir une cohérence cadrée hors des relations sociales créées par les relations de travail. Et de l’ensemble des procédures réglementaires et législatives qui désormais « encadrent » le Travail, une réalité générale. C’est la version soft de la lutte des classes, l’autre mythème du Travail dont je déplore l’extinction car celui-ci au moins donnait du ressort à la politique, intérieure et étrangère – la vraie, pas la version managériale du politique dont l’oligarchie qui nous gouverne (droite et gauche) a fini par nous persuader que c’est la seule forme possible de la démocratie républicaine.

C’est donc une rhétorique, et une doctrine. Les pratiques du dialogue social sont des rituels du droit du travail, fixant les qualités des partenaires sociaux, leur vocabulaire, leurs procédures et leur calendrier. Cette Conférence sociale, avant l’été, a deux buts : un but machiavélien, à savoir fixer à l’avance le calendrier de septembre et désamorcer le rituel des mouvements sociaux qui, chaque rentrée, redouble le rituel de la reprise des travaux parlementaires ; un but idéologique, en s’alignant sur les « conférences du travail » qui préconisent un dialogue social permanent.

Notre nouveau gouvernement, qui est doctrinaire, entend rajouter à son contrôle absolu de la souveraineté nationale le contrôle absolu de la souveraineté-Travail. Dit autrement, le dialogue social, élevé à une rhétorique générale, crée deux peuples au sein de la souveraineté et de la représentation nationales : le peuple qui vote, et délègue son pouvoir aux députés ; le peuple qui travaille, et délègue le pouvoir qu’il n’a pas, à des délégués – bref un « hyper-peuple », dont le dépositaire est le gouvernement.

La rhétorique du dialogue social, par un gouvernement qui « y croit » (c’est un élément de sa doctrine), par comparaison avec le précédent qui n’y croyait pas (quand M. Hortefeux se gargarisait de « démocratie sociale ») [2], rappelle une différence de fond entre la droite (enfin, ce qui reste du parti post-gaulliste) et la gauche : à droite, il existe une rhétorique des relations qui créent du travail, à gauche une rhétorique des relations que crée le travail. Je m’explique : pour une mentalité de droite, la relation employeur-employé fabrique le travail (on cherche un emploi, on passe une entrevue, on signe un contrat d’embauche, on gagne un salaire : le travail est le produit de cette relation) ; pour une mentalité de gauche, la relation est inverse (le travail préexiste au processus décrit, puisqu’il est organiquement lié au capital investi – un patron qui ne peut pas faire travailler son capital par le travail d’un salarié n’est pas un patron, c’est à la limite un rentier, tant que la rente rapporte). Le « dialogue social » est une vaste mise en scène de la deuxième interprétation, un mythème de gauche. Un rapport de 2006, écrit je suppose par un agrégé des lettres, le formule ainsi : « Dans ce théâtre, sans unité ni de temps, ni de lieu, ni d’action, il devient, en effet, plus qu’urgent de redéfinir le rôle de chacun ainsi que les règles du jeu » [3]. Ça c’est une formulation de droite, en termes de rôles et de contraintes dramatiques qui permettent une mise en scène des acteurs sociaux (version Sarkozy). Une formulation d’agrégé de gauche, aurait remplacé « théâtre, règles du jeu » par ceci : « Autre chose serait d’inscrire dans la Constitution une nouvelle articulation entre le législateur et les moyens qu’il se donne pour que sa décision soit assise sur une concertation ou une négociation avec les partenaires sociaux » [4]. Vous avez reconnu ? M. Thibault, dixit. Et dixit, vir bonus dicendi peritus [5].

De quoi le secrétaire général de la CGT se fait-il le défenseur sinon de deux choses : d’une part il prend ses distances envers la schize (désolé, c’est le mot !) entre peuple-souverain et peuple-travail, en rappelant au gouvernement doctrinaire actuel que la Souveraineté ne se fractionne pas, qu’il y va de la Représentation du peuple en démocratie républicaine ; et d’autre part qu’il existe un danger à transformer, par doctrine, la définition même du peuple. Quand le move venait de droite, peu importe car clairement M. Hortefeux s’en moquait. Quand la manœuvre exprime une volonté doctrinaire de quadriller la représentation nationale, le patron de la CGT se souvient de ses lectures, même en extraits, du Capital – que le travail est lié au capital et que, par le nombre, le peuple qui travaille « excède » les capitalistes, donc que le Législateur est, logiquement, son véritable représentant, donc qu’il s’agit pour ce gouvernement doctrinaire de se rendre compte pleinement que si l’Assemblée est truffée de profs et d’avocats ou de politiciens professionnels qui ont pour cri de ralliement la remarque indécente du premier ministre osant déclarer qu’il avait siégé pendant 26 ans (ah ! mais alors quand avez-vous vraiment travaillé, M. Ayrault ?) [6], eh bien c’est au Législateur de représenter effectivement le travail.

On peut ne pas être d’accord avec M. Thibault. Je me contente de montrer comment le plus vrai des syndicats, le seul qui ne soit pas tourne-casaque, a bien vu que le mythème du gouvernement doctrinaire à qui nous avons remis, domino après domino, les pleins pouvoirs (et dont il ne semble pas quoi faire) est de créer une rhétorique générale qui lui permette de jouer une fois sur le clavier du peuple-souverain, une autre sur le clavier du peuple-travail, le gouvernement ayant donc tout sous son contrôle dans le but d’éviter tout tamponnage. Le Travail défini comme un réseau de relations prééxistantes s’imposera alors au Législateur, révélant du coup ce que veut vraiment dire le patron de la CGT, que le peuple-travail est en réalité la condition du peuple-souverain – un mythème.

Après l’hyper-présidence nous risquons de passer sous la coupe de l’hyper-gouvernement, qui, comme le spectateur au bord de la piste des auto-tamponneuses, s’imagine imposer des cohérences dans les passages chaotiques des voitures, et s’imagine, en maître du jeu, pouvoir en réguler les relations depuis son poste de contrôle, au mépris de la réalité – que les choses de la vie publique, comme les auto-tamponneuses, n’obéissent pas à une doctrine ni à une rhétorique.


[1Pour une modernisation du dialogue social. Rapport au Premier ministre, 2006 (http://lesrapports.ladocumentationfrancaise.fr/BRP/064000351/0000.pdf).

[2Son discours de ministre du travail (ah ! vous l’aviez oublié ?), lors de l’installation du Haut conseil du dialogue social, en mars 2009 (www.travail-solidarite.gouv.fr).

[3Pour une modernisation du dialogue social, p. 13.

[4Interview du 4 juillet, dépêche de la CGT (http://www.cgt.fr/Interview-de-Bernard-Thibault-a-l,39408.html).

[5Comme disait Cicéron.

[6Déclaration de politique générale du Gouvernement à l’Assemblée nationale, 3 juillet 2012.


Poster un nouveau commentaire
Don Quichotte de Wozniak
En librairie


«  Un traité d'antimondialisation qui explique clairement pourquoi
il n'est de vin juste que géographique
et non technologique  » 
Marianne
Nous ! | | CGU | Archives | Administration
Copyright © 2009 - 2014 Cicero| Tous droits réservés
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.