Accueil Influenceurs Idéathèque Couveuse Panorama

La moisissure Drieu La Rochelle sur la Pléiade

vendredi 27 avril 2012, par Arnaud Viviant

Peut-on célébrer un écrivain fasciste français au même titre qu’une romancière anglaise et pacifiste ?

Fallait-il publier Drieu La Rochelle dans la Pléiade ? Au vu des résultats du premier tour de l’élection présidentielle, on serait tenté de répondre oui. Il serait en effet tartuffe de parler de réhabilitation du fascisme et de l’antisémitisme dans nos bibliothèques, quand les mêmes pulsions de mort explosent à plus de six millions de voix dans nos urnes. Au cœur du pays moisi, la pente semble naturelle ; à quoi bon vouloir donc en censurer ses bordures culturelles ?

A-t-on fait exprès de publier ce volume en période électorale ? C’est fort possible. La Pléiade peut bien être la plus belle collection au monde, elle a aussi besoin de faire parler d’elle de temps en temps. C’est réussi. Cette élection de Drieu au second tour de la postérité fait beaucoup jaser. Il y a ceux qui s’en offusquent pour des raisons politiques et morales, ceux qui ne sont pas contre pour des raisons littéraires (ceux-là insistant sur «  le charme » de l’écriture du collabo — c’est le mot peu scientifique et assez curieux qu’ils emploient).
Au même moment, paraissent dans la Pléiade deux tomes consacrés aux œuvres de Virginia Woolf : on peut gager qu’ils feront couler beaucoup moins d’encre. Pourtant, la romancière britannique s’est elle aussi suicidée pendant la guerre, en partie à cause du désespoir qu’elle lui causait. Du seul point de vue de la technique littéraire, c’est un écrivain nettement supérieur à Drieu ; côté humain, n’insistons même pas. Un de ses derniers écrits publiés de son vivant, en 1938, s’intitule « Trois guinées ». Virginia Woolf s’y demandait comment éviter la guerre, c’est dire. Il est hélas absent de la présente édition [1].

"On ne lit plus guère les fascistes français du XXe siècle, et l’on a raison car ils méritent d’être oubliés"

Malgré tout, quitte à créer l’événement et la polémique, on peut se demander si, plutôt qu’un volume au demeurant incomplet (ça commence à devenir une fâcheuse habitude dans la collection de prestige) des œuvres romanesques de Drieu, une anthologie à la manière des « Libertins du XVIIe siècle » ou encore de « Conteurs français du XVIe siècle » (dont l’argumentaire commencent ainsi : « On ne lit plus guère les conteurs du XVIe siècle, et l’on a tort car ils méritent de n’être pas oubliés  ») et qui se serait intitulé « Fascistes français du XXe siècle  », n’aurait pas été en tous points préférable. Après tout, on vient d’apprendre que les Allemands s’apprêtaient à publier une édition commentée (déminée ?) par des historiens de Mein Kampf . Pourquoi pas nous ? Ne serait-ce que d’un point de vue électoral ?

Cette anthologie contiendrait alors quelques romans encore actifs de Drieu (Gilles , et évidemment Le feu follet qu’un cinéaste norvégien, Joachim Trier, vient tout juste d’adapter librement), quelques petites choses ignobles de Rebatet, du Brasillach évidemment (que Jean-Marie Le Pen citait il y a peu à la fin d’un de ses discours) et, pourquoi pas, les pamphlets de Céline. Tout ça soigneusement, scientifiquement préfacé, annoté, remis en odieuse perspective, serré dans une boîte en carton, sous une couverture d’un beau brun havane, avec deux signets frivoles en tissu rouge.

Il faut absolument croire qu’un tel volume existera dans un siècle ou deux, peut-être trois ou quatre, quand le fascisme nous sera devenu quelque chose d’aussi étranger et abscons que la notion de libertinage au XVIIe siècle. La Pléiade sera alors beaucoup moins mercantile qu’elle ne l’est aujourd’hui, et elle pourra écrire : « On ne lit plus guère les fascistes français du XXe siècle, et l’on a raison car ils méritent d’être oubliés  ». Mais oublier sera alors devenu le contraire de censurer.


Repères :

[1Par chance, les éditions Blackjack proposent ces jours-ci une nouvelle édition de « Trois Guinées » scrupuleusement préfacée, annotée et retraduite par Léa Gauthier.


Par maurice ronetle 24 mai 2014 : La moisissure Drieu La Rochelle sur la Pléiade

Monsieur ( là je suis gentil ) je ne vous salue pas , vous êtes le digne representant de ce que j’ exècre . Vous êtes tellement obnubilé par la haine que vous en oubliez la qualité d’ ecriture de ces écrivains ! mais je n’ irai pas plus loin , tout a été dit sur vous dans les commentaires que je viens de lire et qui prouvent amplement que l’ on ne peut plus désormais prendre les gens pour des c...s . N’ en vous déplaise les " hussards " ont encore de beaux jours devant eux ! "la moisissure Drieu" ... on ne peut pas tomber plus bas ...

- yves GERARD

Répondre a ce message
Par le Vengeur masquéle 15 novembre 2012 : La moisissure Drieu La Rochelle sur la Pléiade

à l’usage des brosses à reluire, l’incendie de la maison de Louis-Ferdinand Céline à Meudon, suite à l’agissement de crétins en mai 1968
et aux donneurs de leçons, de bonnes notes... qu’est-ce que la littérature vient faire avec le charabia de M . Viviant ? M. Viviant donne des bonnes notes et des mauvaises notes !

http://www.youtube.com/watch?v=3TUleDRy5eE

- du bon emploi des brosses à reluire

Répondre a ce message
Monique,  le 26 juillet 2012 : La moisissure Drieu La Rochelle sur la Pléiade

Nous avions eu Daenincks, M. Viviant est le nouveau commissaire du Peuple !
Article consternant de connerie et d’inculture et de suffisance.
Vous avez bien revendu votre exemplaire de la Pléiade M. le commissaire du peuple ?


Répondre a ce message
Par aramisle 1er juillet 2012 : La moisissure Drieu La Rochelle sur la Pléiade

Article idiot, crétin, parfaitement imbécile. Mérite le podium du littérairement correct.


Répondre a ce message
Par Francis Mouryle 4 juin 2012 : Drieu La Rochelle à la Pléiade

Débat rance qui resurgit périodiquement, tel un phoenix débile de ses cendres : Faut-il rééditer un écrivain dont la pensée politique ne correspond pas à celle que vous défendez vous-même aujourd’hui ? Et pendant qu’on y serait, faut-il visionner un film réalisé par un cinéaste dont etc... ? Ecouter une symphonie composée par un muscien dont etc ?

Esthétique et politique sont deux choses différentes. L’une ressort de l’éternité, l’autre de la contingence. Gallimard et la NRF sont des éditeurs, la Pléiade est une collection littéraire prestigieuse réunissant de grands écrivains de la littérature mondiale, des Grecs et des Romains de l’antiquité à nos jour en passant par quelques écrivains des autres continents.

L’esthétique ressort de la représentation, la politique ressort de la volonté, comme eût dit Schopenhauer que je lis en ce moment. Confondre les deux ordres de réalité est la marque d’une confusion intellectuelle "per se".

On peut donc - on a toute latitude intellectuelle pour ceci ! - rééditer les oeuvres d’art d’un écrivain fasciste, communiste, royaliste, radical de gauche ou même démocrate ou anarchiste ou situationniste - que sais-je encore ? - et même d’un écrivain n’ayant jamais adhéré à un quelconque parti politique ou n’ayant jamais manifesté un quelconque intérêt pour la politique ! - s’il fut un bon écrivain, si l’histoire de la littérature le reconnaît comme tel.

L’histoire de la littérature et la critique littéraire sont des disciplines qu’il ne faut pas confondre avec l’histoire générale ni l’histoire des régimes politiques.

PS d’histoire du cinéma :
LE FEU FOLLET a déjà été adapté au cnéma en 1963, et admirablement adapté, par Louis Malle avec Maurice Ronet dans le rôle principal : action transposée des années 1920 à 1963. Le meilleur film de Malle avec ASCENSEUR POUR L’ECHAFAUD, si on fait le compte esthétique de sa filmographie. Georges Sadoul, historien et critique communiste du cinéma mondial, n’avait pas hésité une seconde à consacrer une fiche au FEU FOLLET dans son DICTIONNAIRE DES FILMS, éd. du Seuil, coll. Microcosmes, Paris 1965, p. 89.


Répondre a ce message
le 28 mai 2012 : La moisissure Drieu La Rochelle sur la Pléiade

Oui, c’est un peu expéditif comme procès.


Répondre a ce message

    Frank,  le 4 juin 2012 : La moisissure Drieu La Rochelle sur la Pléiade

    Il ne s’agit pas de procès, juste d’un rappel. Bernanos était peut-être contre le régime de Vichy, mais assurément antisémite, il ne faut pas l’oublier (ce qui n’enlève rien à son oeuvre).

    Répondre a ce message
le 26 mai 2012 : La moisissure Drieu La Rochelle sur la Pléiade

Dans ce cas là je propose de retirer les œuvres de Jules Verne (qui entrera dans la collection de prestige d’ici la fin de l’année et qui écrit beaucoup moins bien que Drieu La Rochelle soit dit en passant) ... Jules Verne, antisémite notoire, victime des clichés de son époque peut-être, mais pas plus que Céline et Drieu La Rochelle ... Ou que vous même d’ailleurs qui mélangez fascistes et électeurs du front national (auquel je n’appartiens absolument pas, je ne prêche pas ici pour ma paroisse ) ... J’ajoute en outre pour répondre à une remarque précédente que Bernanos était contre le régime de Vichy (il a d’ailleurs fui en Amérique du Sud et n’a pas publié pendant la guerre à la différence de Sartre et Camus ...) et se trouve être un des plus grands écrivains français du XXème siècle ...


Répondre a ce message
Frank,  le 5 mai 2012 : La moisissure Drieu La Rochelle sur la Pléiade

Merci pour cet article.
Il ne faut pas oublier de joindre à ces noms l’infect Bernanos, pléiadisé lui-aussi...


Répondre a ce message
le temps d’aimer et le temps de mourir,  le 28 avril 2012 : La moisissure Drieu La Rochelle sur la Pléiade

Les Mémoires de Dirk Raspe est un grand bouquin, que même Malraux soutenait.
Comment mettre sur le même plan Rebatet, auteur de pamphlets aussi nuls, insipides, mal informés, que dangereux (Les Tribus du Cinéma et du Théâtre) et Drieu ? Rebatet et Brasillach ?
Quel rapport entre les 6 millions de voix actuelles pour le F.N. (pour ne pas le nommer - ce qui est aussi lui faire de la publicité) et l’édition Pléiade de D.l.R. préparée, on peut penser, de longue date.
Quant à faire une édition prestige réunissant tous les faschos, c’est une idée tout aussi nauséabonde.


Répondre a ce message
le 28 avril 2012 : La moisissure Drieu La Rochelle sur la Pléiade

Le fait est que DLR est d’une lecture à tomber des mains, sans qu’il soit au demeurant nécessaire de lever le bras.


Répondre a ce message
Poster un nouveau commentaire
Nous ! | | CGU | Archives | Administration
Copyright © 2009 - 2016 Cicero| Tous droits réservés
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.