Le Courrier de l’Atlas : sur la piste des Harragas de Tunisie

Le 2 mars 2012

#Harraga #Le Courrier de l’Atlas #Nadia Lamarkbi


Harraga : "qui brûlent" en arabe. Le nom est communément attribué aux jeunes diplômés algériens qui au chômage et sans espérance, préfèrent volontairement brûler leurs papiers d’identité pour tenter leur chance ailleurs. Depuis la Révolution de jasmin en Tunisie, le terme Harraga concerne également tous ces jeunes évaporés du pays par centaines.

Le Courrier de l’Atlas, excellent mensuel de l’actualité du Maghreb en Europe, suit particulièrement ce phénomène massif depuis le début de l’année. Après avoir consacré un dossier important sur la question en février, il remet le couvert dans sa livraison de mars avec l’histoire emblématique de Bilal Elabed. La journaliste Nadia Lamarkbi restitue le parcours de ce jeune pêcheur qui, à la recherche de son cadet âgé de 18 ans, emprunte les mêmes filières clandestines et les mêmes galères vers l’Europe. Le gamin a t-il péri dans le naufrage d’un rafiot vers l’île de Lampedusa ? De l’Italie à Paris jusqu’à Berne, avec quelques signes de vie et l’ombre d’un grand doute, Bilel recherche son petit fantôme dans les circuits communautaires, humanitaires, ou bureaucratiques.



Repères :

Le Courrier de l’Atlas n°57, mars 2012, disponible en kiosques ou par abonnement. 3,20 euros.



Poster un nouveau commentaire


Le Caoua des idees L'article du jour
Paradoxe, alors qu'une industrie s'inspirant de la nature est en train de se développer, le changement climatique et le saccage de la planète détruisent le plus grand gisement naturel d'idées. Lire l'article

ABONNEZ-VOUS, C’EST NOTRE TOURNÉE !

Le Caoua des idées est notre projet de quotidien numérique des idées, disponible par abonnement, que nous lancerons en mars 2019.

En attendant, abonnez-vous gratuitement à notre newsletter : au fil des jours, vous bénéficierez en premium de nos contenus et découvrirez l’état d’esprit d’un beau projet éditorial.