Accueil Influenceurs Idéathèque Couveuse Panorama



Les jovialistes veulent s’éclater dans la crise

dimanche 21 mars 2010, par Emmanuel Lemieux

Le mouvement Jovialiste, philosophie hédoniste et underground des années 1970, ressurgit au Québec en pleine crise financière et sociale mondialisée.

JPEG - 26.6 ko
André Moreau, inventeur du mouvement Jovialiste

Slogan : " Le Mouvement Jovialiste, le génie est une fête !" Mi-guru farfelu, mi-philosophe de l’underground, André Moreau (1941), ancien étudiant de la Sorbonne passé de la philo à la sexologie, avait lancé en 1969, le mouvement du "Jovialisme (né de Jupiter), à la faveur de son premier livre au nom éponyme. Officiellement lancé le 14 décembre 1970, le Mouvement Jovialiste a revendiqué jusqu’à 3 000 membres prônant "une existence forte, stimulante, joyeuse, riche, cultivée et chaleureuse". Il a surtout compté sur la personnalité d’A. Moreau : Polygame, provocateur, allumé, auteur d’une cinquantaine d’opuscules de sexologie, de métaphysique et d’une philosophie très personnelle, il se définit essentiellement "non pas comme un spiritualiste ou un médium, mais comme un homme heureux, un homme au bonheur océanique." Las, ce mouvement s’est arrêté, suite à des querelles internes, des déchirements et une grande fatigue collective à la fin des années 1990. L’époque n’était plus à l’hédonisme et à la fête foraine.

Les " néo-jovialistes" comme ils se définissent eux-mêmes ont surgi sur la scène québecoise en organisant un banquet d’idées et de poésies, en 2008, soit en pleine crise financière mondialisée. Justement le désastre offre du grain à moudre aux jovialistes. Tout cela est une question de regard. "Le Jovialisme est la seule philosophie qui ne soit pas sur la défensive, car elle ne cherche pas à se rebeller contre la violence, le matérialisme, le stress, l’inflation. Toutes ces choses peuvent devenir amusantes ; tout dépend du point de vue où l’on se place. Au contraire, c’est une philosophie offensive, en pleine expansion, qui pense son développement en fonction de la propagation de la fête" explique son nouveau chef de file, Nicolas Lehoux, auteur également d’un livre ésotérique et psychédélique, intitulé Le Bonheur absolu. Tandis qu’André Moreau a organisé à Paris des conférences, semblables à des one-man-show et aimerait bien y voir la publication de ses livres, Nicolas Lehoux, 35 ans, lui, fait circuler les informations du mouvement jovialiste sur MySpace.

Deux éléments peuvent expliquer cette résurrection. Outre la dimension québécoise et libertarienne du "jovialisme", ses nouveaux promoteurs l’intègrent à la lutte altermondialiste :

"Au moment où le Nouvel Ordre Mondial menace d’enlever toute liberté aux individus, la poussée en avant de ceux qui assument leur être sous la lumineuse sauvegarde de la loi d’exception est sur le point de mettre en échec cette tentative de soumission des consciences à grande échelle, écrit Nicolas Lehoux qui aimerait bien "jovialiser" les pays francophones. Que dire ? On ne peut tout simplement pas venir à bout de la liberté." Pas sur que les propos du nouveau chef de file des jovialistes sur une nouvelle spiritualité adaptée aux temps modernes, les enfants indigo, l’apocalypse de 2012 et l’aura qui se dilate ne soient vraiment pris au sérieux.


Repères :

www.andremoreau.ca

Julie Snyder fâchée contre André Moreau au Poing J


Poster un nouveau commentaire

idees numero 1

La revue papier.
Soutenez-nous, commandez-le
à votre libraire, faites-le connaître,
ou abonnez-vous en cliquant ici.

Nous ! | | CGU | Archives | Administration
Copyright © 2009 - 2016 Cicero| Tous droits réservés
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.