Les lanceurs d’alerte tiennent salon

Le 16 novembre 2018, par Rédaction les influences

Pour sa 4e édition qui se tient à Paris ce week-end du 16-18 novembre, le rendez-vous est l’occasion de réfléchir sur la protection du lanceur d’alerte.

#Société

Démocratie. On pourra y voir un agenda ironique. Du 16 au 18 novembre, les emmerdeurs tiennent salon, pardon, les lanceuses et les lanceurs d’alerte. Quatrième édition d’un rendez-vous lancé à l’origine par un couple de libraires d’Argenteuil (Le Presse-papier) et Daniel Ibanez, un opposant emblématique à la ligne à très grande vitesse Paris-Turin, elle se tient à la Maison des métallos à Paris durant ce week-end constellé de gilets jaunes.
Sur sa page FaceBook, l’un des participants du Salon, le journaliste et écrivain Denis Robert qui vient de sortir une enquête sur la prédation financière, dédie d’ailleurs son gilet jaune à son tonton Gaby, ancien gazier de GDF et qui vota Le Pen. « Ce qui se prépare ici, c’est une Jacquerie. Le message est clair et éminemment politique, prévient Robert dans ce long texte savoureux. Les pauvres en ont marre d’avoir froid, de jouer du crédit le 15 du mois, de faire des demi pleins. Alors qu’à la télé, ils entendent chaque jour se raconter une histoire qui n’est plus la leur. Alors que leur président déroule le tapis rouge à ceux qui ne paient pas d’impôts, Frère, Desmarais, Bolloré, Arnault… Ceux qui font croire qu’ils nous sont indispensables, qu’ils sont des premiers de cordées. Foutaise. Demain, avec le fantôme de Gaby je serai gilet jaune à donf.
Les beaufs et les cols blancs de Saint Germain n’ont rien compris, ce n’est pas un mouvement marqué à droite. Ni vraiment à gauche. C’est punk. No future dans ce monde-là.
 » On jugera si les lanceurs d’alerte sont aussi des prophètes ou de fins analystes.

Cette année, le Salon réfléchit sur les principes fondamentaux de la République et le rôle du lanceur d’alerte dont il faut améliorer la protection

Entièrement bénévole, ouvert à tous et gratuit, ce salon offre l’occasion de rencontrer autour de livres, débats et projection de films, une belle ribambelle d’alerteurs très connus ou pas du tout. Le thème général de cette année est une réflexion sur les principes fondamentaux de la République. La protection des lanceurs d’alerte qui ne le sont pas toujours, et pas de façon efficace, alors que leur statut même a été reconnu par le législateur génère des problèmes d’insécurité et d’énormes difficultés de vivre.
Les organisateurs du Salon le martèlent : « Julian Assange, Edward Snowden, Reality Winner, et toutes celles et ceux qui sont victimes de représailles, d’emprisonnement et, de menaces pour avoir alerté, doivent pouvoir trouver refuge dans les pays démocratiques pour ne pas être victimes de meurtres. » Des enquêteurs solitaires mais obstinés sur la question de la corruption, Daphne Caruana Galizia, Jan Cuciak et Martina Kusnirova, ou Berta Caceres y ont perdu la vie.

- Samedi et dimanche de 13 h 30 à 19 h 30, 94, rue Jean-Pierre Timbaud, Paris XIe. Entrée libre et gratuite. Programme complet sur www.deslivresetlalerte.fr




Poster un nouveau commentaire


Le Caoua des idees L'article du jour
Paradoxe, alors qu'une industrie s'inspirant de la nature est en train de se développer, le changement climatique et le saccage de la planète détruisent le plus grand gisement naturel d'idées. Lire l'article

ABONNEZ-VOUS, C’EST NOTRE TOURNÉE !

Le Caoua des idées est notre projet de quotidien numérique des idées, disponible par abonnement, que nous lancerons en mars 2019.

En attendant, abonnez-vous gratuitement à notre newsletter : au fil des jours, vous bénéficierez en premium de nos contenus et découvrirez l’état d’esprit d’un beau projet éditorial.