Accueil Influenceurs Idéathèque Couveuse Panorama

Les nuits de sept ans

mercredi 30 mars 2016, par Arnaud Vojinovic

Jeong You-jeong nous livre dans son dernier roman traduit en français un huis clos digne de Stephen King mâtiné du naturalisme de Zola. La nuit, reine de l’intrigue, est la toile de fond de ce jeu de dupes entre des personnages qui ne peuvent échapper à leur destin.

L’eau est un élément primordial de l’imaginaire collectif coréen. Ce lien à l’eau trouve écho dans ces nombreux réservoirs de retenue qui constellent les régions vallonnées de la Corée. Ces plans d’eau calmes sont à la fois envoutants et mystérieux ; le calme apparent cache difficilement les turbulences qui les habitent. C’est dans ce décor que dans Les nuits de sept ans, Jeong You-jeong va situer son huis clos. Méticuleusement elle va tisser sa toile autour de ce lac artificiel pour y faire évoluer ses personnages. Face public et face privée, jour et nuit, chacun des trois hommes révélera la part sombre de lui-même selon les circonstances ; du notable bien sous tous les aspects qui est en privé un père et mari autoritaire et violent, au brave gardien qui est un ancien plongeur d’une unité spéciale de la marine.

Un ancien joueur pro de baseball raté, Hyon-su, s’est reconverti dans la sécurité. Nommé chef de sécurité d’un barrage de province, il tue accidentellement une préadolescente alors qu’il vient simplement repéré les lieux et prendre contact avec son collègue de travail avant une installation définitive avec sa famille. Pris de panique, il immerge le corps dans le réservoir du barrage. Mais quelques jours plus tard le corps de l’enfant sera repêché. A la fois coupable et victime, il ne peut échapper à la voie que lui a tracé la destinée. Mais la nuit si tous les chats sont gris, au lac Seryeong où les nuits sont « trop silencieuses, trop sombres et trop longues », des ombres rôdent et il y a un témoin non pas de l’accident mais de l’immersion du corps.

Le père de la jeune fille, Yeong-je, tyran domestique dont la femme a fui en France veut absolument se venger de l’assassin de sa fille. Si au départ ses soupçons se portent sur Seung-hwan, un écrivain qui a pris ce poste de gardien pour avoir le temps d’écrire, il a néanmoins besoin de preuves avant d’ourdir sa vengeance. Il est une incarnation du cynisme absolu, pour lequel la vie humaine n’a aucune valeur face à la jouissance personnelle de pouvoir se venger de la personne qui a osé toucher à son bien, sa fille.

Seung-hwan a été le premier à constater les maltraitances que Yeong-je faisait subir à sa fille. Dans une impasse narrative pour son roman, d’observateur de la vie autour du lac Seryeong il en viendra au final à en porter le dénouement. Il s’occupera du fils de Hyeon-su lorsque son père sera arrêté et condamné. Son roman, roman dans le roman, offre une mise en abyme de ces quinze jours où les protagonistes vont se jauger et se préparer pour le dénouement. Un jeu de « je sais que tu sais que je sais » se met petit à petit subtilement en place entre les personnages.

JPEG - 36.1 ko
7년의 밤 ( 7nyeon-ui bam), sortie annoncée en 2016

L’auteure talentueuse, Jeong You-jeong, tient à la fois de Stephen King et de Zola. De Stephen King, elle sait construire une intrigue et en quelques mots créer des situations de tension qui vous donnent envie de dévorer l’ouvrage pour assouvir votre curiosité. De Zola, avant de partir dans des précises descriptions - elle s’est fortement documentée sur la gestion des réservoirs, la plongée en eau douce etc. - elle prend plaisir à construire ses scènes et faire évoluer ses personnages dans son décor. Un plan du réservoir est même disponible à la fin de l’ouvrage. Mais c’est bien le naturalisme de Zola qui est ici au cœur de chacun des personnages. Hyon-su, sa femme, Eun-ju et son fils, Seo-won ne peuvent échapper à leur destin. Hyon-su emprisonné par le souvenir de son père, sombre dans l’alcool pour oublier sa médiocrité. Eun-ju qui avec détermination s’est échappée du cloaque dans lequel évoluait sa famille, voit ses efforts souvent réduit à néant par un mari alcoolique. Si Seo-won est une des figures de l’innocence, le crime de son père le marquera pour sept ans et l’obligera à errer sans pouvoir se construire d’attache ; il n’est plus maître de son destin et endosse la culpabilité de son père.

Le roman connaît une adaptation au cinéma, sortie prévue courant 2016. Hyon-su, le joueur de baseball malheureux est interprété par Ryoo Seung-ryong et le dentiste pervers est joué par le séduisant Jang Dong-un connu en France pour son rôle dans Frères de sang.


Repères :

Les nuits de sept ans, Jeong You-jeong, Decrescenzo éditeur. 516p, 19€.
En librairie le 21 avril 2016.


Poster un nouveau commentaire
Nous ! | | CGU | Archives | Administration
Copyright © 2009 - 2016 Cicero| Tous droits réservés
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.