Accueil Influenceurs Idéathèque Couveuse Panorama



Mademoiselle Maurice + Snez (Emes Crew) : Mauricettes, riesling et p’tits papiers

A la môme Maurice, il suffit de quelques feuilles colorées, découpées, pliées pour qu’un arc-en-ciel disperse les nuages de béton gris.

dimanche 24 septembre 2017, par Jean-Luc Hinsinger

D’un séjour nippon ponctué du traumatisme Fukushima, écho nucléaire au Little Boy d’Hiroshima et de l’incommensurable propension humaine à l’autodestruction, elle était revenue porteuse d’une ambition : redonner corps au message de Sadako Sasaki. Au Japon, la légende dit que quiconque pliera mille grues de papier verrait son vœu exaucé. La jeune Sadako, victime des radiations atomiques n’eut le temps d’en réaliser que 644 !

Ces dernières années, à Paris, Marseille ou ailleurs, des origamis, Mademoiselle Maurice en a plié des centaines, que dis-je des milliers et pouvait donc, si l’on en croit les oracles, envisager positivement les multiples sollicitations et les projets plus formalisés.

Le dernier en date s’est concrétisé à Kaysersberg dans les sous-collines vosgiennes, à l’initiative de l’association des Amis de l’abbaye d’Alspach qui organise deux expositions annuelles sur le thème de l’art papier, lien entre art contemporain et culture industrielle. L’abbaye, une bâtisse du XIIe siècle miraculeusement préservée au sein d’une usine de fabrication d’emballages, se niche au centre d’une Olympe de papiers et cartons imprimés, froissés, déchirés, collectés : recyclables !

Arrivée à destination, lestée de bouts de ficelles, de rouleaux d’adhésifs et de quelques vis, le tout tenant dans une seule valise, l’artiste n’avait plus qu’à fouiner dans ces montagnes de fibres cellulosiques en quête de quelque merveille.

C’était déjà, il y a près d’un siècle, cette idée de récupération, de seconde vie, que dispensait l’enseignement de Josef Albers à ses élèves du Bauhaus. La visite d’une cartonnerie s’apparentait à celle d’un musée des arts vivants. Tout objet usagé, abandonné, jeté, pouvait, devait générer un geste créatif tout en lui conservant ses caractéristiques d’origine. Les étudiants témoignent d’étonnantes structures réalisées en cours à partir de lames de rasoir abîmées et d’allumettes au soufre noirci.
Albers a également théorisé l’interaction des couleurs, la perception et le ressenti particulier de chacun, la manière dont celles-ci peuvent enrichir notre « vision », du monde et de la place que nous y occupons.

Voilà c’que c’est, mon vieux Josef
Que d’avoir pris la plus créatrice
Parmi les filles de Haute-Savoie
Celle qu’on appelait Maurice

A la môme Maurice, il suffit de quelques feuilles colorées, découpées, pliées pour qu’un arc-en-ciel disperse les nuages de béton gris, que la chrysalide déploie ses éventails soyeux, que feuilles et fleurs s’émancipent des bourgeons, que la fusée illumine le ciel de lucioles versicolores, que le pissenlit sème à tout vent, que les énergies renouvelées se libèrent.

Subodorant l’ampleur de la tâche, mamzelle Maurice – « Momo » dans la vie de tous les jours –, est arrivée flanquée de son alter-ego du Emes Crew, le « Globe painter au grand cœur », mister Snez, graffistolero historique de « La Firme assos familiale » et figure de l’art néo-palettéolithique. Satchmo et Sidney en free jazz, impro, lignes créatives ; tout en dialogue pour un sacré recyclage !

Palettes éventrées, film doré, assiettes cartonnées, mandrins désœuvrés se métamorphosèrent en colonnes dialoguant avec les arches, origamis et autres pliages ponctuant l’espace sous les voussoirs romans… En trois jours de plus de 24 heures, l’abbaye se transforme en temple abritant un rituel païen avec à son trône le divin Recyclacionis.

A l’heure des mauricettes et du riesling, tout est en place pour la cérémonie inaugurale, les Amis de l’abbaye arborent un sourire à la hauteur de la pression des jours antérieurs. Ils se réjouissent de l’instant tout autant que des prochains rendez-vous : le 22 octobre pour le finissage de l’expo et le retour envisagé du Emes Crew pour une nouvelle installation en 2019 !


Repères :

« Recyclage sacré », Mademoiselle Maurice + Snez (Emes Crew), Abbaye romane d’Alspach, Kaysersberg (Haut-Rhin), jusqu’au 22 octobre 2017, les samedis et dimanches de 14h à 18h.
http://www.amis-abbaye-alspach.org/
http://www.mademoisellemaurice.com/


Poster un nouveau commentaire

idees numero 1

La revue papier.
Soutenez-nous, commandez-le
à votre libraire, faites-le connaître,
ou abonnez-vous en cliquant ici.

Nous ! | | CGU | Archives | Administration
Copyright © 2009 - 2016 Cicero| Tous droits réservés
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.