Accueil Influenceurs Idéathèque Couveuse Panorama

Malaparte cinéaste

lundi 23 avril 2012, par Alexandre Mathis

Le Christ Interdit, l’unique film de l’écrivain Curzio Malaparte, revient en dvd

Saluons la sortie en dvd de l’unique film réalisé par Curzio Malaparte, Le Christ interdit. Réédité en salle à Paris, le 7 mars dernier, le film a disparu du cinéma Arlequin peu de temps après.
Esprit libre, associé aujourd’hui encore à un passé fasciste (1920 à 1941) par ceux surtout qui ne l’ont pas lu (certains, faute de dire autre chose, aiment à le rappeler), la mauvaise réputation qu’avait le film de Malaparte dès sa présentation au festival de Cannes et sa sortie à l’Impérial boulevard des Italiens, le 6 juin 1951, n’est pas effacée. Le film a eu plus de succès au festival de Berlin, la même année, avec un prix spécial.

Georges Sadoul, qui ne fait pas dans la dentelle, donne le ton il y a plus d’un demi-siècle, traitant dans Les Lettres françaises le film de néo-fasciste, heure où l’adhésion au parti communiste est refusée à Malaparte. André Bazin, tout en commençant par une mise en garde se distançant de l’homme Malaparte lui inspirant peu de sympathie tient-il à préciser en employant la pincette du « nous », tient le film pour un chef-d’œuvre, dans le n°4 des Cahiers du Cinéma, où il lui consacre six pages.

Pour l’homme, Malaparte, rappelons cette page irrésistible de Kaputt (1944), roman crépusculaire, flamboyant, halluciné, inadaptable à l’écran où l’auteur dédicace à Oswald Mosley Technique du coup d’état, en lui écrivant sur la page de garde ces deux phrases prises dans son livre : « Hitler, comme tous les dictateurs, n’est qu’une femme  » suivi de « la dictature est la forme la plus complète de la jalousie ».
Malaparte, pour le grand public, c’est la villa, à Capri, construction de la plus singulière modernité, perchée sur la pointe d’un rocher face à la mer, dont on voit une partie dans Le Mépris de Jean-Luc Godard, centre autour duquel gravite le film. L’intransigeant Roger Vailland a séjourné dans cette villa en 1950.

Le nom Malaparte, officialisé en 1929, antinomie phonétique répondant à Bonaparte, année où l’écrivain prend ses distances avec Mussolini, est une autre image de l’homme. Malaparte rompt avec le fascisme en 1941. Malaparte, c’est un art du récit inoubliable. Des visions comme on en a pas lu ailleurs, celles, entre autres, sur ce front russe, pris dans un froid polaire, où naîtront des images prises au reportage vécu, dignes de Goya.

Parabole autour du pardon

Ce qui donne un ton irréel au village du Christ interdit est l’absence de désir de la population de vouloir tenir un coupable, la loi du silence qui y règne.
Comme Curzio Malaparte (qui, lui, cachait le manuscrit de Kaputt à travers l’Europe, lorsqu’il était correspond de guerre envoyé par La Stampa, avant d’être arrêté par les Allemands), Bruno était sur le front de l’Est.
Histoire éternelle du soldat rentrant, comme Ulysse, dans sa Toscane natale, découvrant la trahison, après une longue absence. Le frère de Bruno a été exécuté comme résistant par les Allemands, suite à une dénonciation. Maria, ancienne amie de Bruno, sublimissime Anna Maria Ferrero, son troisième film, elle a 16 ans, silhouette, erre et légèreté d’écureuil, a partagé la dernière nuit le lit du frère de Bruno, qu’elle croyait mort, et personne, dans le village, pas même la mère de Bruno ne veut lui dévoiler le nom de celui qui a dénoncé son frère. Un tonnelier, joué par Alain Cuny, lui fait croire que c’est lui.
À partir d’un prétexte qui pourrait donner naissance à un film de vengeance de plus, Malaparte réalise une parabole sur le pardon.

Le film se situe dans la lignée classique du cinéma italien. Post néo-réalisme – digérant le film néo-réaliste à sa fin, plus proche par ses images d’Eisenstein, la fête du 15 août dans le village, la procession, suivies de l’épisode païen «  bénissez les jambes de ces jeunes filles  » qui piétinent le raisin dans la cuve de Bacchus, de Lattuada, voire de John Ford dans le traitement des scènes d’intimité, filmées latéralement, le film touche au baroque, auquel se mêle la vision du quotidien.
Le cinéaste d’un film a l’air d’avoir fait du cinéma toute sa vie (Bazin mettait l’accent sur la maîtrise du récit et de la mise en images).
Le Christ Interdit alterne images presque documentaires et dramaturgie. Fluidité. Concision. Tout est noblesse, dans le film, la gestuelle. Le Christ interdit est un film tout en retenue, et l’émotion vient de là.

«  Tourné à Sienne, et dans sa région où les habitants pratiquent le jeu traditionnel de la Croix  », il s’ouvre sous l’égide de Minerva Films. Décor de rocaille, aride, servi par un noir et blanc superbe, on ne voyait plus ce film âpre, oublié, qu’à la cinémathèque, rue d’Ulm, dans les années soixante, et quelques fois, sur l’unique chaîne de la télévision. Il a été naguère édité en vhs par René Château en version française. Il était devenu invisible.
Raf Vallone y trouve son plus beau rôle, mais peut-être aussi Alain Cuny. La distribution comprend Rina Morelli (la mère de Bruno), Elena Varzi, Philippe Lemaire, Gino Cervi.
Musique de Curzio Malaparte.
Images de Gabor Pogany, qui signera celles du Passé d’une mère, pour son premier film avec Riccardo Freda, la même année.


Repères :

Édition Tamasa video. DVD Zone 2. VO ST Français.
Noir et blanc. 1h32 (à signaler que imdb donne comme sources une version de 99 min.) Le film fait 1h32 à sa sortie en France en 1951.
Livret illustré par Jean A. Gili, 12 pages.
Parution le 3 avril 2012. 16,98 euros.


Par Francis Mouryle 24 avril 2012 : Malaparte cinéaste

Passionnante mise au point, à la fois historique, esthétique et critique ; elle donne envie de redécouvrir ce film rare, oublié, qui était introuvable.

Autre cinéaste d’un seul film mais ayant l’air d’avoir filmé toute sa vie : Leonard Kastle (LES TUEURS DE LA LUNE DE MIEL)...

Je suis content qu’Influences offre enfin à Mathis l’occasion de chroniquer / critiquer - écrire sur un film, et plus seulement (ne pas prendre ce "seulement" comme qualitativement limitatif, naturellement : il n’a pas d’autre sens que quantitatif ) sur des livres. Une autre facette de son talent nous est disponible à nouveau, de la sorte !

PS : 1 coquille plastique (2 fois la même capture de générique) et 1 coquille qui n’en est peut-être pas une ("erre" au lieu de "air" d’écureuil, concernant l’actrice Anna-Maria Ferrero ? )car elle peut errer et [avoir la] légèreté d’un écureuil...

PS2 Cela va sans dire mais l’absence de VF concernant un titre semblable laisse penser qu’il n’a été distribué qu’en VOSTF en circuit Art et essais, qu’aucune VF n’existe donc et qu’il est inutile de la regretter ?


Répondre a ce message

    Alexandre Mathis,  le 24 avril 2012 : Malaparte cinéaste

    Non,cher Francis, erre n’est pas une coquille, bien au contraire, mais un mot que j’aime particulièrement (démarche).
    Qui n’est plus usité. Mais je l’utilise régulièrement depuis Maryan L. Et surtout pour elle. J’avais écrit L. (ce qui nous renvoyait à Romain Goupil et son très beau film Lettre pour L je crois... mais je m’égare).
    J’ai oublié le reste de la question, donc à suivre.

    Répondre a ce message
    Alexandre Mathis,  le 24 avril 2012 : Malaparte cinéaste

    Oui, il y a eu une vf puisque Chateau l’a édité en vhs. (en vf ! à l’époque il n’y avait pas le choix des 2 versions).
    Je pense que lorsqu’il passait à la TV dans les années 1960 (il a fait la couverture de différentes revues de télé à des années d’écart) il devait être en vf.
    Il est sorti à l’Impérial, qui, en principe, ne présentait que des vf.
    Autre salle en vo inconnue, n’ayant pas tous les programmes, mais le film a fait une très brève exclusivité. Impérial dernière trace.

    Répondre a ce message
    Alexandre Mathis,  le 24 avril 2012 : Malaparte cinéaste

    Je ne vois pas de "coquille plastique".
    Il n’y a pas deux fois la même capture du générique.

    Répondre a ce message

      Par Francis Mouryle 25 avril 2012 : Malaparte cinéaste

      En effet.... au temps pour moi concernant les deux captures du générique qui sont en effet différentes : observées trop vite !

      Merci pour la précision stylistique sur "erre" qui m’intéresse et aussi pour celle sur la VF d’époque que l’édition DVD aurait dû présenter... enfin je sais qu’il arrive que les VF d’époque soient dures à retrouver, voire impossibles à retrouver.

      La qualité transversale de l’homme Malaparte et de l’oeuvre (réalisme, symbolisme, baroque, futurisme, surréalisme : tout le XXe siècle) est frappante lorsqu’on lit l’article, telle que symbolisée par la villa du MEPRIS, en effet point plastique nodal du Godard, absolument. Point nodal dont j’ignorais l’origine !

      Répondre a ce message

        Alexandre Mathis,  le 25 avril 2012 : Malaparte cinéaste

        Vrai que la présence de la VF d’époque aurait été également appréciée, d’autant qu’Alain Cuny, seul acteur français du film, a dû se doubler lui-même.
        Pour la villa de Malaparte, conçue par Malaparte, et construite en 1937, elle n’est accessible que par la mer ou après 40 minutes de marche par la terre.
        On n’en voit qu’une petite partie dans "Le Mépris".
        Il y a de belles photos de Roger Vailland (sur internet) ancien résistant et communiste, avec sa compagne en 1950 invité par Malaparte sur la terrasse.

        - VF
        Répondre a ce message

          Par Francis Mouryle 4 mai 2012 : Malaparte cinéaste

          J’ai relu tout ce qui concerne LE MEPRIS dans la monographie de Collet sur JEAN-LUC GODARD, éd. Pierre Seghers, coll. Cinéma d’aujourd’hui, Paris 1963 et.. Collet semble absolument ignorer - sauf omission de ma part mais je crois avoir bien relu tout ce qui s’y rapportait ? - la nature de la villa. Il se contente d’indiquer que le tournage a eu lieu "à Rome et Capri" dans la fiche technique détaillée du MEPRIS.
          Il y a pourtant un extrait du découpage du MEPRIS dans la monographie, prouvant que Godard avait collaboré d’une manière assez poussée à la monographie.
          Godard ne lui avait donc pas tout dit - peut-on tout dire, d’ailleurs, sur quoi que ce soit ? - conservant alors certains secrets, certaines références non-dites : celle-là en serait une, à l’époque celée par Godar à son premier commentateur livresque.

          Elle irait assez, à la réflexion et rétrospectivement et à la lumière apportée par l’article de Mathis, dans le sens d’Antoine de Baecque concernant la jeunesse de Godard et les références politiques "Hussards" de la Nouvelle Vague
          Cf. ma recension du livre d’Antoine de Baecque L’HISTOIRE-CINEMA, éd. Gallimard, NRF coll. Bibliothèque illustrée des Histoires, Paris 2008 et de son chapitre concernant la Nouvelle Vague française ici :
          http://www.juanasensio.com/archive/2008/12/07/antoine-de-baecque-et-l-ontologie-historiale-du-cinema-par-f.html

          - D’une référence celée par Godard
          Répondre a ce message

            Par F.M.le 5 mai 2012 : Malaparte cinéaste

            corrigendum à mon commentaire précédent :
            Il faut lire : A. de Baecque, L’HISTOIRE-CAMERA, éd. Gallimard, NRF, Bibliothèque illustrée des Histoires, Paris 2008.

            - corrigendum à mon commentaire précédent
            Répondre a ce message
            Alexandre Mathis,  le 5 mai 2012 : Malaparte cinéaste

            Je crois Godard être assez secret. Il laisse dire, souvent. C’est une marque d’humour, secrète... (que je partage assez).
            A l’époque de la première publication du livre de J. Collet (je crois le premier sur JLG, sf erreur) le tournage sur le lieu même où vécut Malaparte était bcp moins connu qu’aujourd’hui (où le nombre de livres sur Godard ne se comptent plus)... mais pourquoi serait-il allé le dire !
            Cela reste à l’image de ses films. Avec leur part de mystère... ce silence est séduisant.

            Répondre a ce message
Poster un nouveau commentaire
Nous ! | | CGU | Archives | Administration
Copyright © 2009 - 2016 Cicero| Tous droits réservés
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.