Accueil Influenceurs Idéathèque Couveuse Panorama

Menace d’un méchant court-circuit à EDF

mardi 4 décembre 2012, par Christian Harbulot

Des collectivités locales aimeraient réduire leur financement solidaire de distribution d’électricité des départements les plus démunis. Vers une France à deux vitesses ?

Tags : EDF, ERDF, Les Echos

JPEG - 25.6 ko

La parution d’un article dans Les Echos (Le torchon brûle entre les collectivités locales et EDF par Véronique Le Billon, daté du 27 novembre 2012) relance le débat sur la question de la distribution de l’électricité en France. Jusqu’à présent l’électricité est distribuée sur la base d’un principe de solidarité entre les zones peuplées et les zones moins peuplées. Autrement dit, les grandes agglomérations contribuent au financement de la distribution d’électricité dans des départements comme la Creuse. Or, un certain nombre d’élus de ces grandes agglomérations cherche à réduire la part de ce financement solidaire pour utiliser cet argent dans leurs métropoles urbaines. Ils n’osent pas présenter les choses ainsi pour éviter un débat public frontal et préfèrent masquer leurs objectifs derrière le principe de service public local en plaidant pour un essor et un élargissement des prérogatives des régies locales. Leur argumentation est limpide en apparence : il est plus facile de gérer les besoins du citoyen en étant au plus près de leurs préoccupations.

Mais dans la réalité que se passe-t-il ? L’émiettement des moyens n’est pas toujours un signe d’efficacité. Lors de la grande tempête de la fin 1999, la régie locale de Bordeaux a été incapable de réparer le réseau compte tenu de l’étendue des dégâts. EDF a dû la racheter en processus d’urgence en y greffant ses équipes pour venir au secours de la population touchée. Plus récemment, lors des forts coups de vents qui ont touché une partie de la France les 28 et 29 octobre derniers, l’intérêt d’un service public national a été encore démontré sur le terrain. Les techniciens d’ERDF, filiale d’EDF et appliquant un mandat de service public, ont réparé en un temps record les lignes coupées en Provence côte d’Azur, dans les Alpes et en Languedoc Roussillon.
L’efficacité de la concentration des moyens n’est possible que dans le cas d’un service public national. La récente tempête qui a affecté la côte Est des Etats-Unis a démontré une fois de plus les carences d’un système dispersé. Les onze entités qui gèrent la distribution de l’électricité dans l’Etat de New York ont mis plusieurs semaines à rétablir le courant à cause de la structuration initiale du système local. La coordination des efforts de onze entités dont la compétence d’intervention varie d’un territoire à l’autre est difficilement gérable et provoque de nombreux dysfonctionnements. La transplantation d’un tel système en France sous couvert d’un plaidoyer pour un service public local risque d’aboutir à l’effet contraire de l’objectif souhaité. Notons à ce propos que les régies locales actuelles ont parfois beaucoup de mal à s’entendre pour résoudre des problèmes dès qu’elles entrent en conflit dans des secteurs géographiques mitoyens.

Bien au-delà de la simple distribution d’électricité, c’est la question de l’égalité des Français qui est en cause par rapport à des questions aussi élémentaires que la distribution du courrier, les soins médicaux ou l’entretien des routes communales et départementales.


Poster un nouveau commentaire
Nous ! | | CGU | Archives | Administration
Copyright © 2009 - 2016 Cicero| Tous droits réservés
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.