Accueil Influenceurs Idéathèque Couveuse Panorama

Le Wikipataquès de Houellebecq

mercredi 1er décembre 2010, par Emmanuel Lemieux

Même s’il a pioché dans Wikipedia, les emprunts du Goncourt 2010 Michel Houellebecq ne constituent pas un délit de plagiat selon la spécialiste Hélène Maurel-Indart.

JPEG - 21.4 ko
Michel Houellebecq (Darius pour Lesinfluences.fr)

Après l’émoi et la colère chez l’éditeur Flammarion, l’apaisement juridique : le blogueur Florent Gallaire a supprimé tous ses liens rendant possible le téléchargement du roman Goncourt 2010. Depuis une dizaine de jours, Michel Houellebecq a fait l’expérimentation sauvage et juridique du copyflet. Partant du principe que l’auteur avait pioché des textes sur Internet, Florent Gallaire avait donc mis en ligne gratis La Carte et le Territoire, parce que de facto relevant de la logique creative commons en modifiant les textes originaux. Le blogueur a ouvert le débat et s’est fait mousser, des milliers de téléchargements du livre auraient ainsi été effectués au nez et à la barbe de l’éditeur et de l’auteur.

Le lièvre a été débusqué par Vincent Glad, journaliste du site Slate.fr. L’auteur de La Carte et le Territoire en effet a méticuleusement recopié des extraits de fiches du site Wikipedia, mais aussi du ministère de l’Intérieur et d’un guide de châteaux et hôtels : bref cinq passages dédiés au CV de Frédéric Nihous, le président de “Chasse, pêche, nature et traditions”, à la description de la mouche (domestique), de la bonne ville de Beauvais, du métier de commissaire de police et de l’Hôtel particulier à Arles. Un jeu de collages, un clin d’œil, s’est-il mollement défendu.

"Une fausse drôle histoire de plagiat"

"Autant dire que si la lecture de tels passages au fil du roman est plutôt ennuyeuse, la révélation qui nous est faite d’un plagiat est vraiment rassurante : ah ! ce n’est pas du Houellebecq !" s’amuse sur son site (www.leplagiat.net) Hélène Maurel-Indart, universitaire et spécialiste reconnue du plagiat littéraire.

Et de préciser, amusée : "Vous me direz qu’il fut une époque où les clins d’œil entre écrivains et lecteurs se faisaient via des citations cachées de l’Enéide ou de Flaubert. Les Oulipiens, si souvent invoqués pour justifier de bas larcins, savaient y faire et ils s’y connaissaient en matière de réécriture inventive et récréative !"
Quoi qu’il en soit, Michel Houellebecq, même s’il copie-colle mal, n’a pas réalisé ici un plagiat, selon l’expertise de l’universitaire :

"Pourvu que personne en tout cas n’ait l’idée d’encombrer les tribunaux avec cette fausse drôle histoire de plagiat... Car, rappelons-le : pour qu’il y ait contrefaçon, il faut au moins que le texte recopié soit original pour mériter une quelconque protection." Or Wikipédia est collaboratif et anonyme, un quasi collage de textes et de précisions perpétuel.


Repères :

A lire
sur notre site, la chronique littéraire d’Arnaud Viviant :
Michel Houellebecq à la carte

Pour suivre les arguments de Florent Gallaire :
www.fgallaire.flext.net/houellebecq-creative-commons/


Poster un nouveau commentaire
Nous ! | | CGU | Archives | Administration
Copyright © 2009 - 2016 Cicero| Tous droits réservés
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.