Accueil Influenceurs Idéathèque Couveuse Panorama

Neon : volontaires du déclassement social

vendredi 23 mars 2012

Objectif : 80 000 ventes. Si la mayonnaise prend, le groupe Prisma Media fera passer la version française de Neon au rythme mensuel dès septembre, ou l’enterrera. Outre-Rhin, il s’agit d’un magazine pour les 25-35 ans, corsé et insolent. Le petit frère français de la génération Y, dirigé par Olivier Carpentier, venu de Ça m’intéresse, est un poil plus sage mais pas moins intéressant.

A signaler dans le numéro 1, au-delà de la sempiternelle performance journalistique ("4 jours sans dormir", "Manger des insectes") et du matos allemand adapté (un reportage un peu forcé sur de jeunes artistes russes nihilistes), un papier signé Julia Zimmerlich : "J’ai choisi de me déclasser". La petite enquête porte sur ceux, et ils seraient statistiquement non négligeables, qui ont opté pour "le déclassement social volontaire". Comment passer d’études longues, d’un CDI ou d’un salaire confortable aux joies du précariat assumé. Selon TNS Sofres en janvier 2012, 84% des moins de 25 ans et 78% des moins de 35 ans déclaraient "leur envie de changer un jour de métier ou de filière".


Repères :

En kiosque : Neon, n°1 avril-mai 2012, 148 pages, 1,50 euro (prix de lancement).
www.neonmag.fr

A ne pas confondre avec l’excellent webzine francophone et tokyoïte dédié à la culture et aux arts japonais :
www.neonmag.com


Poster un nouveau commentaire
Nous ! | | CGU | Archives | Administration
Copyright © 2009 - 2016 Cicero| Tous droits réservés
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.