Influenceurs Le dico Idéathèque Couveuse Panorama

Okinawa comme source d’inspiration de la littérature japonaise

lundi 17 février 2014, par Arnaud Vojinovic

Tags : Japon , Okinawa , Zulma

Shun Medoruma décrit en six nouvelles la vie des habitants, de gens simples dont la vie est parfois emprunt de fantastique tiré du folklore de l’île, mais souvent au destin remarquable marqué par la candeur du quotidien.

L’âme de Kôtarô contemplait la mer de Shun Medoruma est un recueil de nouvelles édité par le éditions Zulma. L’occasion de découvrir un auteur majeur de la littérature moderne japonaise. Lauréat du prix Akutagawa en 1997 mais aussi lauréat du prestigieux prix Kawabata en 2000 avec une nouvelle qui introduit l’édition française, Mabuigumi, l’âme relogée, et aussi scénariste, Medoruma restait inconnu en France jusqu’à ce jour. Les éditions Zulma nous offrent ainsi une occasion unique de le découvrir. C’est finement écrit ; le lecteur se laisse porter par un style élégant qui donne vie à n’importe quelle anecdote.

La spécificité de Shun Medomura n’est pas d’être sensu stricto japonais. En effet il est originaire d’Okinawa. Cet archipel a une histoire singulière. Carrefour commercial et culturel entre le pacifique et la Chine, véritable trait d’union entre Taïwan et l’archipel nippon, le royaume de Ryukyu est tombé sous le joug japonais au cours de son histoire pour être finalement annexé à la fin du XIXième siècle par le Japon, devenant la préfecture d’Okinawa. Parent pauvre du développement économique d’après guerre japonais, par l’intermédiaire entre autre de Shun Medoruma, Okinawa se retrouve, et se rappelle son passé glorieux et commerçant.

L’œuvre de Shun Medomura est fermement liée à ses origines. Parfois fantastique puisant dans le folklore local comme L’âme relogée, Okinawa est sa source d’inspiration principale. Souvenirs d’enfant qui se confronte à la vie, découvre sa sexualité et s’affirme en tant qu’individu. Les soldats américains ne sont toujours pas très loin car Shun se plait dans cette période charnière des années soixante-dix qui a vu la rétrocession d’Okinawa au Japon après son administration américaine. Les vieux se rappellent la guerre quand il fallait se méfier à la fois des japonais - on se faisait vite accuser d’espion et occire, et des américains. Au milieu de ses baleines que sont le Japon et les Etats-Unis évoluent les crevettes, ses adultes et enfants figés dans des pauses millénaires, Shun sait tellement bien nous les décrire qu’une seule amitié entre deux garçons devient matière à nous emporter par la puissance de l’écriture et la beauté de la poésie de la vie, même si parfois elle peut être amer.

Un livre magnifique. Une belle introduction à l’année 2014.


Repères :

L’âme de Kôtarô contemplait la mer de Medoruma Shun, Ed. Zulma, janvier 2014. p280. 21€.


Poster un nouveau commentaire
Disponible en librairie ou sur notre boutique

Boutique
Nous ! | | CGU | Archives | Administration
Copyright © 2009 - 2016 Cicero| Tous droits réservés
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.