Influences Veille Microcosme Couveuse Culture 100% Bio Blogs&Opinions

Bookmark and Share

Olivier Ferrand, disparition d’un météore politique et intellectuel

samedi 30 juin 2012, par Emmanuel Lemieux

A peine élu député PS des Bouches-du-Rhône, le fondateur du think tank Terra Nova et théoricien des primaires socialistes est décédé à l’âge de 42 ans

JPEG - 22.1 ko
Photo : Claude Germerie

Est-ce la dûreté d’une très longue campagne présidentielle et l’intensité d’une élection législative triangulaire ? Est-ce cette vie d’homme pressé depuis un quinquennat ? Olivier Ferrand, 42 ans, est décédé en faisant son jogging, samedi matin. La disparition subite de ce tout frais député PS des Bouches-du-Rhône a laissé comme une sidération douloureuse dans le monde politique et intellectuel.

Ex conseiller pour les affaires européennes du Premier ministre Lionel Jospin à Matignon, membre du groupe des conseillers politiques du Président de la Commission européenne Romano Prodi, proche de Michel Rocard et de Dominique Strauss-Kahn, Olivier Ferrand cultivait avec énergie l’ambition d’une gauche intellectuellement rénovée et prête pour la présidentielle de 2012. Depuis 2008, il avait créé un think tank, Terra Nova. Objectif : être le think tank de combat de «  la gauche progressiste française ».
A l’exception de la Fondation Jean-Jaurès, animée elle aussi par un proche de DSK, Gilles Finchelstein, la gauche française en effet ne faisait et ne fait toujours pas vraiment le poids dans ce type de montage d’institution intellectuelle. La droite libérale aligne quant à elle le flambant Institut Montaigne (Claude Bébéar) et le think tank proche de l’UMP, la Fondapol ( Fondation pour l’Innovation Politique).

Des notes et des polémiques

Le think tank associatif ( Olivier Ferrand n’aura jamais réussi à réunir le capital nécessaire permettant d’obtenir un statut de fondation) s’est efforcé de marquer des points d’influence, avec ses notes d’actualité (« policy briefs » calqués sur les notes de cabinet ministériel), ses analyses, ses interventions dans les médias (une double page mensuelle dans Libération, notamment). Le think tanker Olivier Ferrand, fort de 3 permanents, aux activités financées à 80% par quelques mécènes (Areva, EADS, la Caisse des Dépôts) et doté d’un impressionnant collège scientifique européen et vivier d’intellectuels, scientifiques et élus, présidé par Michel Rocard, se démenait avec un certain volontarisme. Il lègue quant à lui, L’Europe contre l’Europe (Hachette Littératures, 2009) un essai sur le thème d’une Europe politique et régénérée. mais surtout, il fut l’une des ombres influentes de la théorie et de la mise en place des Primaires socialistes.
Son allure techno, ce mélange de timidité et d’ arrogance, et son ambition qu’il ne camouflait pas ont pu heurter. Ainsi, le politiste Laurent Bouvet, membre de Terra Nova, s’en était violemment pris à son président lorsque celui-ci accepta de participer à la Commission Rocard-Juppé sur le Grand Emprunt. Une note de Terra Nova a également mis le feu à une partie de la gauche durant la campagne présidentielle : celle-ci préconisait de se délester de l’électorat traditionnel des classes populaires et de s’orienter vers de nouveaux viviers (femmes, jeunes de banlieues, non-catholiques). Reste le sentiment d’un météore trop vite consumé et rare dans la bataille des idées. Une bataille dans laquelle Olivier Ferrand ne se contentait pas d’attendre le pas de travers de l’adversaire pour défendre ses points de vues et expérimenter.


Repères :

www.tnova.fr

Sur notre site :


Poster un nouveau commentaire
Don Quichotte de Wozniak
En librairie


«  Des articles percutants  »  ; «  un ouvrage exhaustif  »  Nonfiction.fr
Nous ! | | CGU | Archives | Administration
Copyright © 2009 - 2014 Cicero| Tous droits réservés
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.