Influences Veille Microcosme Couveuse Culture 100% Bio Blogs&Opinions

Bookmark and Share

Procrastination

vendredi 19 octobre 2012, par Emmanuel Lemieux

Avec l’essai de John Perry, cette manie de remettre au lendemain ce que l’on peut faire tout de suite devient un art d’existence.

Philosophie Procrastination : L’art de remettre au lendemain ce que l’on peut faire tout de suite… Ce mot a trituré l’angoisse estivale de l’opinion : après l’agitateur public, leur nouveau président de la République n’était-il pas un sacré procrastinateur de première ? Ce mode de constitution de commissions et de missions, ce recours à la démocratie sociale, aux corps intermédiaires et autres air bags sociétaux et effets-retard ne constitueraient-ils pas un instrument de l’impuissance ? Selon un philosophe américain qui en relève lui même, la procrastination n’est ni répréhensible ni incorrigible. Bien au contraire !

GIF - 3.2 ko

Une fois la décision puis l’acte d’acheter le livre, de l’ouvrir, de commencer les premières lignes, de s’accrocher à la première page, le lecteur procrastinateur se met ainsi à rêver : une autre procrastination est donc possible ! Comme le bon et le mauvais choléstérol. Perry liste ainsi les dangers logiques de la vie quotidienne. L’ordinateur et ses détours méandriques comme bénédiction du procrastinateur par exemple.
Dans un coaching parodique, le professeur émérite de Standford distille avec subtilité et jubilation, l’idée d’un temps inventif, fait de tris de ses objectifs, de fragmentations réfléchies des actes, bref, de stratégies pour mieux dompter sa procrastination. Base : « Ne jamais rien faire aujourd’hui qui puisse disparaître d’ici demain.  » Le hollandisme, au fond, est peut-être une forme politique de cette « procrastination structurée » que Perry théorise. Une slow philosophie qui permet de résister au présentisme médiatique et à l’urgence excédée. De toute façon, entre deux écueils, il faut choisir.
Car un autre concept grec s’invite souvent dans la décision politique : l’acrasie. C’est-à-dire, l’art cette fois-ci d’agir à l’inverse de ce que suggère son jugement.


Repères :

La Procrastination, de John Perry, traduit de l’anglais par Myriam Dennehy, Autrement (Paris), 139 pages, 14 €. Publié : septembre 2012.


Poster un nouveau commentaire
Don Quichotte de Wozniak
En librairie


«  Des articles percutants  »  ; «  un ouvrage exhaustif  »  Nonfiction.fr
Nous ! | | CGU | Archives | Administration
Copyright © 2009 - 2014 Cicero| Tous droits réservés
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.