Accueil Influenceurs Idéathèque Couveuse Panorama

Rapport de l’ACBD 2012 : Bulles au bord de l’explosion sociale

mercredi 26 décembre 2012, par Emmanuel Lemieux

Bédéaste, un métier de plus en plus fragile sur fond de crise et de mutation des usages de lecture, selon le rapport annuel de l’Association des critiques de BD

Tags : ACBD, Titeuf, Lucky Luke, Largo Winch, XIII, Blake et Mortimer, Le Chat

JPEG - 4.7 ko

"2012 : prolifération et polarisation" résume le rapport annuel de l’ACBD (Association des Critiques de Bande Dessinée). Selon son principal rédacteur, Gilles Ratier, la bande dessinée " dans un contexte difficile et morose, tant sur le plan économique (où les parts de marchés sont de plus en plus dures à maintenir et à conquérir) que social (où les relations entre auteurs et éditeurs n’ont jamais été aussi tendues)" a vu la production d’albums augmenter pour la 17e année consécutive. Toujours plus de Bd (5565 livres, + 4,9%) générée par 4 grands groupes ( Delcourt, Glénat, Média-Participations, Gallimard-Flammarion) et une limaille de 322 autres éditeurs, pour un lectorat toujours plus fragmenté (Bd franco-belges, mangas, comics, romans graphiques). Mais cette année, les locomotives du secteur s’embourbent commercialement, les nouveaux supports numériques balbutient et les tirages sont en baisse, tandis que les liseuses se font attendre.

1510 bédéastes vivent à peu près correctement de leur art

Sur le territoire francophone européen, cette activité a été exercée par 1 951 auteurs qui ont publié au moins un album en 2012, 1 510 d’entre-eux " réussissent encore à vivre, souvent difficilement, de la création de bande dessinée"note encore le rapport. Les journalistes de l’ACBD ont recueilli "des témoignages démontrant que ce métier est en voie de paupérisation". Et d’étayer : " À noter que 188 de ces 1 510 auteurs sont des femmes, soit 12,45% (183 et 12,3% en 2011), et que 280 sont scénaristes sans être également dessinateurs, soit 18,54% (273 et 18,36% en 2011). À ce nombre, il faut ajouter 191 coloristes ayant travaillé sur au moins 2 albums dans l’année (169 en 2011), dont 93 sont des femmes. Tous, ils continuent à se mobiliser pour valoriser leur métier et obtenir un vrai statut d’auteur, même s’ils doivent accepter, bien souvent, d’autres travaux dans divers domaines pour survivre ; les places étant de plus en plus rares et mal rétribuées." La fronde des dessinateurs de Flammarion-Casterman contre le repreneur Gallimard et son "mépris" aura été l’un des symptômes de cette crise sociale.

1 million : le tirage du dernier Titeuf

De source Livres Hebdo/Electre, la production de bande dessinée représente 7,38% de la production éditoriale globale pour le marché français (contre 7,45% l’an passé). Sur les 65 500 nouveautés et nouvelles éditions publiées en 2012. les livres pour la jeunesse, les sciences humaines et sociales, les romans sont plus productifs (respectivement 13,5%, 12% et 11,7% de la production totale).
Les jeunes lecteurs ont été la cible privilégiée de l’édition en 2012, remarque l’ACBD, "alors que 90% des 11-14 ans ont déclaré lire des bandes dessinées" (enquête nationale lancée par la BPI et le DEPS) étude qui met aussi l’accent sur le délaissement progressif du médium : 1 Français sur 3 (32%) en est actuellement consommateur, mais 44% de cette population se considère comme anciens lecteurs, 24% déclarant n’avoir jamais lu de BD.
Dans les détails collectés, le rapport annuel retient que le marché de la Bd tourne essentiellement sur 89 séries ou oeuvres d’auteurs à forte notoriété.
En 2012, 60% du chiffre d’affaires des principaux éditeurs se serait constitué avec :

- 1 000 000 d’exemplaires pour le tome 13 de Titeuf par Zep (éditions Glénat).

- 450 000 ex. pour le 5ème Lucky Luke par Daniel Pennac, Tonino Benacquista et Achdé (Lucky Comics).

- 440 000 ex. pour le tome 18 de Largo Winch par Jean Van Hamme et Philippe Francq (Dupuis).

- 440 000 ex. pour le tome 21 de Blake et Mortimer par Yves Sente et André Juillard (Blake et Mortimer).

- 350 000 ex. pour le tome 21 de XIII par Yves Sente et Iouri Jigounov (Dargaud Benelux).

- 250 000 ex. pour le tome 17 du Chat par Philippe Geluck (Casterman), pour le tome 13 de Kid Paddle par Midam (Mad Fabrik) et pour le tome 6 de Lou ! par Julien Neel (Glénat).

- 240 000 ex. pour le tome 16 du Petit Spirou par Tome et Janry (Dupuis).

- 200 000 ex. pour le tome 9 des Blagues de Toto par Thierry Coppée (Delcourt).
Viennent ensuite XIII Mystery t.5 par Fabien Nury et Richard Guérineau (180 000), Marsupilami t.25 par Stephan Colman et Batem (165 000), Les Légendaires t.15 par Patrick Sobral (160 000), Les Bidochon t.21 par Christian Binet, Tintin : Le Secret de la Licorne, en cases et en bulles d’après Hergé et Steven Spielberg ou Les Tuniques bleues t.56 par Raoul Cauvin et Willy Lambil (150 000), Le Cycle de Cyann t.5 par François Bourgeon et Claude Lacroix ou Cédric t.26 par Raoul Cauvin et Laudec (140 000), Les Légendaires Origines t.1 par Patrick Sobral et Nadou, Les Schtroumpfs t.30 par Alain Jost, Thierry Culliford et Jeroen De Coninck ou Les Mondes de Thorgal : Kriss de Valnor t.2 et 3 par Yann et Giulio De Vita (130 000), Les Sisters t.7 par Christophe Cazenove et William (122 065), Les Profs t.15 d’Erroc, Pica et Mauricet (120 205), L’Élève Ducobu t.28 par Godi et Zidrou (120 000), Les Mondes de Thorgal : Louve t.2 par Yves Sente et Roman Surzhenko ou Yoko Tsuno t.26 par Roger Leloup (115 000), Lanfeust Odyssey t.4 par Christophe Arleston et Didier Tarquin, Moi, René Tardi prisonnier de guerre au Stalag II B par Jacques Tardi, Le Scorpion t.10 par Stephen Desberg et Enrico Marini ou Trolls de Troy t.16 de Christophe Arleston et Jean-Louis Mourier (110 000)…

Pour les mangas, ce sont toujours les 10 mêmes séries (publiées chez 5 éditeurs) qui assurent 50% des ventes dans leur globalité : Naruto avec 3 nouveaux tomes tirés à 225 000 ex. par Kana, One Piece (5 tomes entre 135 000 et 165 000 ex. par Glénat, auxquels il faut rajouter 2 adaptations du film Strong World à 45 000 ex. et un guidebook à 40 000 ex.), Fairy Tail (6 tomes tirés à 85 000 ex. par Pika), Black Butler (3 tirés entre 66 000 et 72 000 ex. par Kana), Bleach (5 tirés entre 50 000 et 60 000 ex. par Glénat), Bakuman (4 tirés entre 35 000 et 55 000 ex. par Kana), Hunter X Hunter (2 tirés entre 39 000 et 50 000 ex. par Kana), Judge (2 tirés à 40 000 ex. par Ki-oon) et 1 Pokémon noir et blanc ou 3 Soul Eater tirés à 36 000 ex., chacun, par Kurokawa.
Tendance 2012, selon l’analyse de Gilles Ratier : Force est de constater, qu’à quelques rares exceptions près, " les chiffres de tirage des locomotives du secteur sont tous fortement en baisse".

Les nouvelles technologies (liseuses), les débats sur les droits d’auteur n’auront pas fait d’avancée décisive cette année. Reste pour l’ACBD, la satisfaction de voir le médium toujours plus reconnu par la presse notamment celle des beaux-arts ou de la culture chic, par les musées, par les communiqués officiels de la rue de Valois ou encore par la boucle du marché du dessin contemporain. La BD n’est pas encore la sidérurgie.


Repères :

- Pour consulter le site de l’ACBD et télécharger le Rapport 2012 :
www.acbd.fr


Poster un nouveau commentaire
Nous ! | | CGU | Archives | Administration
Copyright © 2009 - 2016 Cicero| Tous droits réservés
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.