Accueil Influenceurs Idéathèque Couveuse Panorama

Bookmark and Share

Repenser la gauche avec Edgar Morin

mardi 25 mai 2010

Le 3 juin, le philosophe publie "Ma gauche". Un recueil d’analyses et de réflexions politiques qui a l’énergie intellectuelle et la vitalité qu’il faut pour stimuler tous ceux qui s’efforcent de sortir de "la grande régression". Edgar président ?

«  LA gauche. J’ai toujours répugné à ce LA unificateur qui occulte les différences, les oppositions, et les conflits. Car la gauche est une notion complexe, dans le sens où ce terme comporte en lui unité, concurrences et antagonismes.
L’unité, elle est dans ses sources : l’aspiration à un monde meilleur, l’émancipation des opprimés, exploités, humiliés, offensés, l’universalité des droits de l’homme et de la femme. Ces sources , activées par la pensée humaniste, par les idées de la Révolution française et par la tradition républicaine, ont irrigué au XIXe siècle la pensée socialiste, la pensée communiste, la pensée libertaire.
 »
Ainsi débute l’avant-propos Ressourçons-nous du nouveau livre du philosophe Edgar Morin intitulé Ma gauche, à paraître chez François Bourin Editeur le 3 juin.

La disparition du peuple de gauche

Le trait le plus saisissant de ce recueil d’articles publiés dans Le Monde, Libération, des revues savantes, proposant aussi des textes inédits et des interventions dans des colloques, est son étonnante actualité. Son texte "La pensée socialiste en ruine : que peut-on espérer ?" publié dans Le Monde en 1993, et rebaptisé dans le livre "Les redresseurs d’espérance" témoigne ainsi cruellement de l’embourbement intellectuel toujours en vigueur du PS.

"Le parti communiste est devenu une étoile naine durcie, les mouvements trotskistes, en dépit d’une juste dénonciation du capitalisme, se sont enfermés dans l’incapacité d’énonciation d’une alternative. L’un d’entre ces partis
s’est dénommé anticapitaliste, par incapacité de formuler la moindre finalité positive. Le parti socialiste ne cesse d’osciller entre une rhétorique s’adressant aux masses populaires décomposées et une « modernisation » censée l’adapter au réel, alors que la modernité est en crise. Il a été, jusqu’au moment où j’écris (mai 2010), incapable de fournir un effort de pensée et s’est borné à des programmes remplis de promesses illusoires.
Son unique espoir est de bénéficier du discrédit de la droite au pouvoir pour lui succéder, laquelle droite avait déjà profité du discrédit socialiste pour lui succéder. Plus grave encore que la disparition d’une pensée de gauche est la disparition du peuple de gauche"
remarque encore E. Morin dans son avant-propos.

S’il était président

Relever les défis de la dégradation des solidarités, de la planète en crise et de la mondialisation, le livre passe en revue tout ce qui a mené à la "grande régression" des gauches, et doit être entièrement repensé tout en retrouvant les fondements perdus. Dans son article "Si j’étais candidat" (version longue de l’article publié en 2007 dans Le Monde), le philosophe déroule son programme liant, reliant, complexifiant le local et le global.

" Pour l’immédiat qui suivrait mon élection je susciterais comme l’ont indiqué d’autres candidats deux rencontres entre partenaires sociaux :
1. sur l’emploi et les salaires ;
2. sur les retraites.

Mais surtout je constituerais deux comités permanents visant à réduire les ruptures sociales :
1. un comité permanent de lutte contre les inégalités, qui s’attaquerait en premier lieu aux excès (de bénéfices et rémunérations au sommet) et aux insuffisances (de niveau et qualité de vie au bas de l’échelle sociale) ;
2. un comité permanent chargé de faire des propositions
afin de renverser le déséquilibre accru depuis 1990 dans la relation capital-travail.

Et, étant donné que les ruptures sociales s’inscrivent dans une rupture civilisationnelle (notamment la rupture nature/culture), je constituerais un troisième comité permanent qui traiterait des transformations sociales et humaines que devrait entraîner l’intégration de la nécessité vitale d’une poli-
tique écologique.
Je m’efforcerais de dégager la Voie d’une grande politique concernant tous les aspects de la vie (économique, sociale, indi- viduelle) afin de ressusciter les solidarités, faire reculer l’égoïsme, et plus profondément réformer la société, réformer nos vies
."

A 89 ans, Edgar Morin n’entamera pas une carrière de président de la république, ou de dictateur de la pensée. Mais il démontre qu’il est bien plus frais et percutant que ces maîtres à penser recuits au micro-ondes médiatique. Si le diagnostic global est sévère pour la gauche française, il reste celui d’un ami aux propositions aussi excitantes qu’un toni-cardiaque.


Poster un nouveau commentaire
Nous ! | | CGU | Archives | Administration
Copyright © 2009 - 2016 Cicero| Tous droits réservés
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.