Influences Veille Microcosme Couveuse Culture 100% Bio Blogs&Opinions

Bookmark and Share

Robin des Bois : un nouveau modèle économique mondial

lundi 18 avril 2011, par Emmanuel Lemieux

Qui partage la même passion pour le justicier de Sherwood ? Jacques Attali, Thomas Coutrot, Joseph Stiglitz, Paul Krugman et un millier d’économistes dans le monde entier. Ils le font savoir dans une pétition adressée au G20.

Quel est le point commun entre Jacques Attali, Jean-Hervé Lorenzi, directeur du Cercle des économistes, Michel Husson et Thomas Coutrot, deux chercheurs "atterrés" proches d’Attac ? Robin des Bois ! Ces économistes français rejoignent dans cette commune affection les prix Nobel Paul Krugman et Joseph Stiglitz, ou encore Jeffrey Sachs, directeur de l’Earth Institute, conseiller spécial de Ban Ki Moon et professeur à Columbia.
Le justicier de Sherwood est l’emblème d’un projet coordonné par l’ONG Oxfam et le nom d’une pétition internationale plutôt spectaculaire. Un millier d’économistes de 53 pays ont signé une lettre-pétition adressée aux ministres des Finances du G20. Ils réclament la mise en place d’une taxe sur les transactions financières afin de lutter contre la pauvreté, le changement climatique et soutenir les populations frappées par la crise économique. Cette lettre remise le 13 avril dernier aux ministres, en amont de leur réunion à Washington, est également adressée à Bill Gates. En effet, le pape de Microsoft est chargé par le G20 d’une mission sur les financements innovants.

Des centaines de milliards de dollars à la clé

"Des professeurs d’universités ou d’écoles aussi prestigieuses qu’Harvard, la Sorbonne, Polytechnique, Oxford, Cambridge, Berkeley, Kyoto ou encore le CNRS sont signataires de cet appel, notamment Dani Rodrik, professeur d’économie politique à Harvard, Ha Joon Chang de l’université de Cambridge, Christian Fauliau, ancien économiste de la Banque mondiale et une centaine d’économistes français" précise le site d’Oxfam France. La crise financière mondiale est sans doute passée par là, et l’acquiescement en faveur d’une telle taxe s’est considérablement élargi. La philosophie de cette pétition Robin des Bois a ses appuis auprès d’une majorité de députés européens, mais aussi des gouvernements allemands et français, ainsi que de la BCDE. Même son de cloche dans les opinions européennes.

"Même à des taux très bas de 0,05% ou moins, cette taxe pourrait collecter des centaines de milliards de dollars chaque année et tempérer les excès spéculatifs, explique la lettre-pétition. Le Royaume-Uni prélève déjà une taxe sur les transactions sur titre de 0,5%, c’est-à-dire dix fois ce taux, sans entamer outre mesure la compétitivité de la City de Londres."


Repères :

Prendre connaissance de la pétition :
www.oxfamfrance.org/Campagne-Taxe-Robin-des-Bois,1029


Par vévéle 2 mai 2011 : Robin des Bois : un nouveau modèle économique mondial

Un nouveau modèle économique ne consiste certainement pas a introduire une nouvelle taxe au modèle existant. C est juste du bricolage et un leurre et donc un mauvais titre.

Je crois surtout que personne n ose briser le tabou ou plus encore, lever le carcan qui pèse sur tous ces grand penseur du monde passé. A savoir la remise en question du paradigme socio-économique actuel. Sujet qu aborde Ignacy Sachs avec une grande conscience mais sans aller pour autant au bout pour rester audible.

La réalité est par exemple que le modèle économique actuel repose sur un monde en expansion. Autrement dit, avec toujours de nouveaux espaces a conquérir tant matériels qu immatériels. Mais ne correspond pas a un monde en gestion de son espace comme l entend un monde en developpement durable. Dans ce nouveau monde, il est clair que tous les pays du monde sont interdépendants. Que l on ne peut plus parler de concurrence mais d émulation. Que l on ne peut plus parler de propriété privé mais de responsabilité. Responsabilité collective parlant d un pays et individuelle parlant d un individu ;Chose qui ne change pas grand chose pour le commun des personnes dans la réalité mais tout dans le fond de la conscience humaine.

Que le traitement de l argent ne peut plus rester la meme. Disons que l argent est a l économie humaine ce que l électron est a la nature. Indispensable au bon fonctionnement de l économie et a la création de biens mais non acumulable ! Ainsi dans la nature, la source d énergie provient du soleil et celui ci brille pour tous. Pour cela, la nature n épargne pas en excès l énergie. Ainsi la dernière crise financière montre clairement qu au delà de la recherche d enrichissement par le "jeu" financier le problème réside dans le principe même de l accumulation de l argent "privé" (dans son principe de valeur qu est un temps travaillé).

Pour finir, toute société qui perd le sens de la vie plonge implicitement dans le néant. Ce qui menace le plus la société ou civilisation humaine n est pas tant les problèmes climatiques, pollutions ou de démographie mais véritablement la perte de sens. Par exemple que le temps est un principe fondamental de la vie, incluent en elle meme le principe de mort (ce qui est opposé a la vie est le néant et non la mort !). Or notre société actuelle cherchant a supprimer et le temps et la mort... Ne fait que se précipiter dans le néant.

-

Répondre a ce message
Poster un nouveau commentaire
Don Quichotte de Wozniak
En librairie

Nous ! | | CGU | Archives | Administration
Copyright © 2009 - 2014 Cicero| Tous droits réservés
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.