Influenceurs Le dico Idéathèque Couveuse Panorama

Séoul découvre le modèle pluriethnique

lundi 6 juillet 2009, par Arnaud Vojinovic

En 2020, les « kosian » (métis) devraient atteindre 30% des naissances de la population sud-coréenne qui depuis toujours se vit ethniquement pure. Au pays du matin calme, facilement raciste, on se prépare à cette donne majeure.


La sortie le 25 juin dernier dans les salles coréennes de « Bandhobi » (« mon amie » en bengali) du réalisateur coréen Shin Dong-il est symptomatique d’une transformation profonde de la société coréenne. Le pays que l’on qualifie encore parfois de « pays ermite » est en train de devenir une société pluriethnique. Pourtant la double nationalité n’est pas reconnue, sauf cas particuliers et de façon temporaire. Et les conditions pour obtenir la nationalité sont tellement contraignantes (à part pour les footballeurs de haut niveau) qu’aujourd’hui on dénombre 1 million d’étrangers (dont 200 000 qui seraient des illégaux) résidant plus de 3 mois en Corée. Cela n’est pas sans poser un certain nombre de problèmes pour un pays qui il y a à peine dix ans se considérait comme ethniquement homogène.

La Corée avait pour habitude de fournir des contingents de migrants essaimant des communautés à travers le monde au fil de son histoire : en Chine, en URSS, au Japon pendant l’occupation (1910-1945), en Allemagne (en grande partie des infirmiers et des mineurs dans les années 1970), aux Etats Unis (dans les années 1980 afin d’assurer à leurs enfants l’accès aux meilleures universités) et en Amérique du Sud, pays auxquels on ajoutera les 200 000 enfants adoptés, du fait d’une natalité défaillante, le flux migratoire s’est inversé.

Ces étrangers sont des femmes asiatiques appelées afin de résorber le déséquilibre démographique dans les campagnes mais aussi des Philippins, Indonésiens, Bengali, Vietnamiens et Chinois d’origine coréenne venant grossir des bataillons d’une main d’œuvre bon marché dans les secteurs de l’industrie, de la construction et de la restauration. Les visas de longue durée viennent d’être étendus de 3 à 5 ans. Au delà le travailleur étranger doit retourner dans son pays d’origine et y résider au moins un mois avant de pouvoir revenir en Corée.

Tous rêvant d’un avenir meilleur auront une grande chance de ne connaitre que pauvreté et racisme au mieux, violence sexuelle ou domestique dans les pires des cas.

Une bombe démographique à retardement

JPEG - 14.1 ko
Ida Daussy

Le divorce d’Ida Daussy, l’icône française des télés coréennes, vient de mettre en lumière crûe la difficulté pour un couple mixte de pouvoir s’installer dans la durée au Pays du matin calme et de l’acceptation par l’ensemble de la société des enfants métis qui sont issus de ces unions. Les mariages sont systématiquement prédits au désastre alors que l’union n’est pas encore consommée. Pourtant en 2007 les mariages mixtes totalisaient 11% des unions. Il existe même des groupes de soutien pour aider ses « familles multiculturelles » dont Happy 21st Century. Son ambassadrice n’est autre qu’une ancienne Miss Korea (Kim So-yeong ) et elle avance qu’en 2010, 10% des familles coréennes seront « multiculturelles », et les enfants, la plupart du temps, promis à un avenir misérable car de basse extraction. La moitié de ses familles vivent sous le seuil de pauvreté.

Véritable bombe à retardement démographique, ces kosians (enfant dont un des parents est coréen et l’autre d’un pays asiatique) devraient selon les projections atteindre 30% des naissances en 2020. Et l’enjeu est majeur car aujourd’hui dans la culture populaire, la notion d’une Corée ethniquement homogène est fortement ancrée et le fait que les familles concernées soient pauvres n’aide pas à leur acceptation par le reste de la population.

Alors que les sondages montrent une société coréenne ouverte et tolérante acceptant sans difficultés ces enfants métis, la réalité est tout autre dans une société profondément raciste : absence de statut en cas de divorce avant d’avoir obtenu la nationalité coréenne, violence conjugale (avec une victime considérée par la société comme fautive), rejet et refus d’une mixité sociale avec des enfants métis quand ils ne sont pas maltraités à l’école [1].

Un programme d’accompagnement de 40 millions d’€

Pour essayer de prévenir une crise qui pourrait s’avérer destructrice, la langue étant la première barrière, le gouvernement à travers le Ministère de l’Education, des Sciences et des Technologies a développé un programme d’accompagnement pour ses familles qui s’étalera de 2009 à 2012. Doté d’une enveloppe budgétaire de 40 millions d’€uros le programme comporte des évaluations, des accompagnements scolaires et selon la nationalité de la mère l’édition du livret de vie scolaire des enfants en chinois, japonais, vietnamien ou encore mongole avec la possibilité de rencontrer un enseignant accompagné d’un interprète. 20 000 familles sont concernées par le programme.

Pour le bien de tous depuis les années 2000 de nombreuses associations civiques ont vu le jour et travaillent sur le terrain pour aider les « expats ». Mais elles attendent plus des régions et du gouvernement, de véritables programmes afin que la société coréenne acceptent enfin ses « familles multiculturelles » en leur faisant jouer par exemple un rôle notable dans le tissu local.


Repères :

Les candidats à la naturalisation sont passés de 1 818 en 2003 à 23 911 en 2005. En 10 ans 50 000 étrangers (souvent des réintégrations) ont accédé à la nationalité coréenne tandis que 170 000 coréens y renonçaient.

En octobre 2008, le Ministère de l’Immigration a remis au cours d’une cérémonie le certificat de nationalité coréenne à 26 étrangers. Ils résidaient tous depuis plus de 5 ans en Corée. On compte parmi eux un physicien et mathématicien russe, deux sœurs pharmaciennes taïwanaises, un pianiste chinois.

En février 2010, une prison dédiée aux étrangers a ouvert ses portes. Les gardiens parlent russe, chinois ou anglais etc ... 27 nationalités différentes y sont incarcérées.


[1Le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale des Nations Unies (CERD) relevait dans son rapport 2007 pour la Corée « la persistance d’une discrimination sociale généralisée à l’encontre des étrangers, notamment des travailleurs migrants et des enfants nés d’unions interethniques, dans tous les domaines de la vie, notamment l’emploi, le mariage, le logement, l’éducation et les relations sociales ».


Poster un nouveau commentaire
Disponible en librairie ou sur notre boutique

Boutique
Nous ! | | CGU | Archives | Administration
Copyright © 2009 - 2016 Cicero| Tous droits réservés
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.