Accueil Influenceurs Idéathèque Couveuse Panorama

Silicon Valley silicosée par la crise

jeudi 11 mars 2010, par Charlotte Cabaton

Influence. La Silicon Valley, en chute libre de financements publics et privés et moins attractive, va t-elle être supplantée par Austin ou Huntsville, comme nouveaux pôles d’innovation ?

Silicon Valley ou Sunset Valley ?« Sur-diplômé cherche job à pourvoir dans une start-up de la Silicon Valley. Rémunération facultative. » Ce qui, sous le soleil high tech de Californie, aurait pu passer pour un canular il y a encore quelques mois n’étonne plus personne. Touchée de plein fouet par la crise, la région a perdu 90 000 emplois entre les deuxièmes trimestres de 2008 et 2009 et vu son taux de chômage grimper à près de 12 % pendant l’été.

En cause, un assèchement des financements publics et privés en direction des entreprises du secteur pour qui embaucher au prix du marché devient problématique. D’autant que la priorité doit rester l’innovation.
Et sur ce point, la tendance est plutôt au pessimisme : les indicateurs de l’index annuel de la Silicon Valley tirent vers le rouge, menaçant le dynamisme, l’attractivité, en un mot, le statut de la région. Outre l’emploi, tout semble en effet être sur la pente descendante : les dépôts de brevets – en repli de 1 % sur un an –, la générosité des fonds de capital risque, le revenu par tête – en baisse de 5 % par rapport à 2007 – et même la capacité à attirer étudiants et talents étrangers sur laquelle le modèle de développement de la zone est pourtant construit. Si certains sont encore prêts à consentir des sacrifices – notamment raser gratis – pour une place sous le soleil californien, c’est indéniablement moins le cas qu’avant.

Le nouveau filon des clean tech

La marque ferait-elle moins rêver ? Il est en tout cas certain que ses 20 milliards de dollars de déficit annuel ne sont pas le plus convaincant des arguments de l’Etat gouverné par Schwarzenegger. En pâtissent directement les investissements en infrastructure et, plus grave, le système éducatif. Principal atout et actif de la région, l’éducation supérieure, qui a pour principale vocation d’alimenter les entreprises du cru en cerveaux, a ainsi vu en 2009 ses financements publics réduits de 17 % par rapport à l’année précédente. 2010 devrait voir une amélioration sur ce front mais cela ne suffira probablement pas à inverser une tendance à l’œuvre depuis plusieurs années.

Alors l’heure est-elle venue pour Austin (Texas) ou Huntsville (Alabama) de ravir à San José la place tant convoitée de capitale de l’innovation ? Si le risque n’est pas nul, rien n’est encore joué. Le climat de la baie de San Francisco s’avère en effet plutôt propice aux entreprises du secteur des clean tech qui fleurissent sous les bons soins prodigués prudemment mais surement par le capital risque, créant au passage des milliers d’emplois. A l’heure de la révolution verte, le royaume du silicium en déclin s’est trouvé un nouveau filon.


Repères :

A lire sur notre site :
Les cleantechs


Poster un nouveau commentaire
Nous ! | | CGU | Archives | Administration
Copyright © 2009 - 2016 Cicero| Tous droits réservés
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.