Accueil Influenceurs Idéathèque Couveuse Panorama



Sinfonia en noir et blanc majeurs

jeudi 7 janvier 2016, par Jean-Luc Hinsinger

Faire grise mine, broyer du noir, faire chou blanc, ce fut 2015 !

En 2016, changement de décor – c’est du moins ce que nous espérons tous –, le noir est annonciateur de lumière, éclaireur du blanc, géniteur d’une palette de gris, révélateur d’une poignée d’artistes confirmant leurs talentueuses promesses, toujours prêts à surprendre et faire partager de nouveaux horizons : Philippe Hérard, Levalet, Saint-Oma, Tetar Max, David Veroone et Lyyst.

Philippe Hérard au pinceau

http://www.lesinfluences.fr/Philippe-Herard-peintre-en-l-etre.html

Levalet à la brosse et à l’encre de Chine

JPEG - 289.8 ko
Idées noires, 2014
Photo Jean-Philippe Dullin

http://www.lesinfluences.fr/Levalet-reveille-la-rue.html
http://www.lesinfluences.fr/L-Illustre-theatre-de-Monsieur.html

Lyyst au stylo bille et marqueur

http://lyyst.tumblr.com/

Saint-Oma à la pointe fine et au pinceau

JPEG - 835.2 ko
Les uns conscients, 2014
Poska et acrylique sur bois

http://www.lesinfluences.fr/Saint-Oma-taquin.html

Tetar Max au marqueur et au rouleau

JPEG - 1.1 Mo
Sans titre. Marqueur sur papier.
Photo Karl Lagerfeld par Helmut Newton.
pour The passions of the fan, Paris, automne 1982.

http://www.lesinfluences.fr/Tetar-Max-le-champ-du-signe.html

David Veroone aux techniques mixtes

JPEG - 149.2 ko
Sans titre, papercut, 2014

http://www.lesinfluences.fr/David-Veroone-graffitologue.html


Ces six artistes animeront les cimaises du Cabinet d’amateur à partir du 14 janvier prochain jusqu’au 31. Après le mois du jouet en novembre, la galerie s’adonne au traditionnel mois du blanc de janvier ! L’exposition Du noir au blanc présentera un ensemble de travaux positifs-négatifs, noir sur blanc, noir au blanc, ton sur ton et nuances de gris, tout en « élégance et modernité » !

Du noir au blanc
Exposition collective 14 au 31 janvier
Vernissage jeudi 14 janvier à partir de 18h

Le Cabinet d’amateur
12 rue de la Forge-Royale 75011 Paris
Mardi-samedi 14h-19h. Dimanche 14h-17h
01 43 48 14 06
www.lecabinetdamateur.com


Repères :

Hissons le pavillon noir et sabre au clair, partons à l’abordage de
vaisseaux amiraux et leurs cargaisons colorées !

Noir : Histoire d’une couleur , Michel Pastoureau
Noir. Couleur des ténèbres, de la mort et de l’enfer, le noir n’a pas toujours été une couleur négative. Au fil de sa longue histoire, il a aussi été associé à la fertilité, à la tempérance, à la dignité, à l’autorité. Et depuis quelques décennies, il incarne surtout l’élégance et la modernité. Du noir des moines et des pirates au noir des peintres et des couturiers, Michel Pastoureau retrace la destinée européenne et la symbolique ambivalente de cette couleur pas comme les autres. Avec clarté et précision, il s’attache à cerner sa place dans les faits de langue, les pratiques sociales (teintures, vêtements, vie quotidienne), la création artistique et le monde des symboles. Couleur à part entière jusqu’à ce que l’invention de l’imprimerie puis les découvertes de Newton lui donnent un statut particulier, au point de devenir une non-couleur, le noir dévoile ici une histoire culturelle extrêmement riche, depuis les mythologies des origines jusqu’à son triomphe, dans tous les domaines, au XXe siècle.

Le Noir , Annie Mollard-Desfour
Ancien ou contemporain, le noir s’infiltre dans le langage, dans notre relation au monde, dans notre expérience et notre imaginaire : de l’ombre et de la nuit, des Enfers et du diable, du mal à la violence, du danger à la mort ; de l’humeur à la mélancolie, au pessimisme, au désespoir ou à la colère et la folie ; de l’anarchie à la révolte, du racisme au fascisme ; mais aussi de la clandestinité au trouble, au mystère et au secret…
Ce voyage dans le noir, à travers textes et mots, nous invite à la réflexion et au rêve en nous plongeant dans cette « couleur » contradictoire et paradoxale, à la fois ombre et lumière, tradition et modernité, classicisme et provocation, devenue la toile de fond du xxe siècle. Il nous aide à percer « cette lumière secrète venue du noir » évoquée par Pierre Soulages dans la préface.

Le Blanc , Annie Mollard-Desfour
Du « blanc parfait » du « corps blanc », de la couleur de la neige ou du lis, à l’éclat de l’ « arme blanche », du diamant et du cristal …, le blanc hésite entre absence ou somme de toutes les couleurs, éclat ou pâleur, opacité et transparence, et s’éloigne ou se rapproche de son origine étymologique (blank : « brillant »).


En multipliant les associations symboliques, le blanc se révèle tour à tour absolu, idéal, lumière et matière, hygiène du corps et pureté de l’âme, neutralité, paix, mais aussi vide et silence, espace libre de tous les possibles !
Il témoigne d’une quête obsédante de la blancheur qui est encore celle de notre société contemporaine.

Le Gris , Annie Mollard-Desfour
Couleur-caméléon aux frontières incertaines, ni noir ni blanc, le gris fusionne les couleurs et les matières. Jouant de ses mille nuances, il se fait tour à tour lumineux comme la lune ou poussiéreux comme la cendre. Gris argent, béton, étain, fer, flanelle, perle, pierre, prison, zinc… gris fumée, plomb, poussière, muraille… gris chartreux, éléphant, souris, tourterelle… gris brouillard, brume, orage, nuage, ciel de Paris… gris de Payne ou deperle, gris gustavien, gris Dior ou Montaigne… gris administratif, industriel… Âme grise, éminence grise, enfant à cheveux gris, point gris, révolution grise, théorie grise, en voir de grises… Grisaille, griserie, griseur, feldgrau…
De Aragon à Goldman, en passant par Beckett, Yourcenar, Godard, ou encore Philippe Claudel, préfacier de l’ouvrage, le gris décline ses associations : gris de la sagesse et de la connaissance, gris de la mélancolie et de la solitude, gris de l’effacement et de l’humilité. Couleur de la ville, de l’industrie, de la standardisation, le gris est aussi celle du sobre et du bon ton, de l’élégance et du luxe, du zen ou de l’ivresse !
Couleur de notre époque ?

C’est pour notre plus grand plaisir que sieur Coqalane apporte sa contribution à l’ouvrage !
http://www.lesinfluences.fr/L-elixir-de-jouvence-de-l-abbe.html

BONUS : le Traité de la couleur , Paul Cox 1996
Paul Cox est un artiste « polyvalent » dont le talent n’a d’égal que la gentillesse.
Petit ouvrage 10x15, aujourd’hui collector, ce Traité de la couleur tout en noir et blanc, de rayures, en zébrures et quadrillages, se donne en technicolor !

La bibliographie de Paul Cox est longue comme le bras, tant en albums jeunesse qu’en ouvrages « purement artistiques », tout comme sa production en tant que plasticien.
Nous ne désespérons pas de reprendre un article débuté il y a… une dizaine d’années pour feu le magazine Bachi Bouzouk ! À suivre …


Poster un nouveau commentaire

idees numero 1

La revue papier.
Soutenez-nous, commandez-le
à votre libraire, faites-le connaître,
ou abonnez-vous en cliquant ici.

Nous ! | | CGU | Archives | Administration
Copyright © 2009 - 2016 Cicero| Tous droits réservés
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.