Accueil Influenceurs Idéathèque Couveuse Panorama

Bookmark and Share

Sylvain Fort, responsable de la république des intellectuels

dimanche 4 juin 2017, par Les influences.fr

Chargé de la com’ du candidat Macron, il devient à l’Élysée, le responsable des "discours et de la mémoire" et le lien officiel avec les intellectuels.

Politique. Cette année, il aura vu son candidat accéder à l’Élysée et sa traduction du Don Carlos de Friedrich Schiller consacrée en mars à Strasbourg par la compagnie Epik-Hotel.
Pourtant au yeux de nombreux journalistes, Sylvain Fort, qui géra la communication du candidat Macron, est urticant, avec une pointe d’arrogance. Les premiers jours à l’Élysée ont été houleux. Le tri sélectif des journalistes accompagnant le nouveau président au Mali a choqué et soulevé de nombreuses protestations. Selon M, le magazine du Monde, l’éruptif communicant suite à ce qu’il a estimé être une mauvaise manière de l’émission Quotidien rendant compte de la séquence dite de la Rotonde, aurait ainsi insulté au téléphone Yann Barthes, le traitant de « débile profond  » et de « gros connard  »,( il reconnait la première insulte, pas la seconde). Au cabinet du président, Sylvain Fort (né en 1972) est désormais le responsable des « discours et de la mémoire ». Il s’occupera également de la relation avec les intellectuels. Le poste semble taillé sur mesure.

L’ancien normalien (Ulm promotion 1991) devrait y tenir un rôle plus apprécié. Sylvain Fort a une vie professionnelle qui s’est déployée entre l’enseignement à la Sorbonne et l’Institut d’Études politiques, l’écriture ( 8 essais, dont deux sur Puccini et une biographie imaginaire et remarquée de Von Karajan, autre homme de pouvoir « jupitérien »), l’édition ( direction de la collection « Tête-à-tête » aux éditions L’Arche), la critique d’opéra, la traduction ( son chantier sur les grandes pièces de Friedrich Schiller), mais aussi la banque à Rome, le think tank Montaigne (pas vraiment de gauche) et l’écriture de discours.

En 2015, il n’hésita pas à s’insurger contre la réforme du collège de Najat Vallaud-Belkacem par une tribune dans Valeurs actuelles.

En 2015, ce germaniste, traducteur de Plutarque et de textes en grec ancien a fait aussi partie de la bronca contre la réforme du collège, notamment la mise à mal des classes bilangues, de l’enseignement du grec et du latin. La ministre Vallaud-Belkacem aura pu apprécier cette tribune de Sylvain Fort publié dans le très droitier Valeurs actuelles. S’il a rejoint l’équipe d’Emmanuel Macron le 30 août 2016, c’est sur une recommandation de l’économiste libéral Mathieu Laine. Sylvain Fort, tout comme Emmanuel Macron, a eu son passage bancaire où l’intellectuel s’est transformé en communicant.
Recruté en 2007 par le cabinet de Michel Pébereau -dont on ignore s’il partageait son goût pour la SF- alors président de BNP Paribas, Fort devient lui-même vice-président au sein de BNP Paribas Corporate and Investment Banking avant de rejoindre en Italie, l’équipe d’intégration BNL-BNP Paribas. En 2008, le chroniqueur d’opéra pour Diapason, Classica ou encore Opéra magazine ou Forumopera.com (rédaction en chef) intègre à son tour DGM Conseil, une agence de communication comptant parmi ses clients Vincent Bolloré et Bernard Arnault. Le CV, comme le carnet d’adresses des influenceurs, s’étoffe en 2010 d’une direction des affaires publiques et de la communication de Scor, puis en 2012 de celle du développement chez Sia Conseil avant de co-fonder en 2013 avec Daphné Claude, sa propre agence spécialisée dans la communication d’entreprise et financière, Steele and Holt ( principe de base : « On ne convainc que si l’on est convaincu. On ne communique bien que ce qu’on comprend bien. Le conseil en communication n’est pas une recette, c’est une expertise. »)
On retrouve son expertise et sa signature au sein du très libéral think tank Institut Montaigne, pour lequel en 2005, il conduit un groupe de travail sur le patrimoine immobilier de l’État. et participe l’année suivante aux travaux menés par Philippe Wahl, intitulés « Avoir des leaders dans la compétition universitaire mondiale ». En 2011, pour le compte de l’Institut de l’entreprise, présidé par Michel Pébereau, il est le rédacteur d’un rapport sur les dirigeants d’entreprise et la haute fonction publique. Ces dernières années, il aura fréquenté les milieux intellectuels libéraux et sarkozystes, avant de faire le choix macronien dès les premières heures du mouvement en 2016.

La plume officielle désormais du président devrait passer aux travaux pratiques dès le samedi 10 juin : Emmanuel Macron se rend à l’anniversaire du massacre d’Oradour-sur-Glane. L’occasion sans doute pour le président « jupitérien » de rajouter une pierre à sa construction d’un récit national qu’il entend conduire tout le long de ce quinquennat, et à Sylvain Fort de révéler sa touche néo-classique.


Poster un nouveau commentaire
Nous ! | | CGU | Archives | Administration
Copyright © 2009 - 2016 Cicero| Tous droits réservés
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.