Influenceurs Le dico Idéathèque Couveuse Panorama

Bookmark and Share

Tania Singer, neurobouddhiste

mardi 29 mars 2016, par Dimitri Lorrain

Neuroscientifique et figure montante du pouvoir intellectuel allemand, elle vient de publier un livre à trois voix avec Matthieu Ricard et le Dalaï-lama.

JPEG - 64.9 ko
© D-Kaotic pour Lesinfluences.fr

Neurosciences. Tania Singer (née en 1969 à Munich) est une chercheuse en neurosciences et en neuroéconomie. Fille de Wolf Singer, neurophysiologue de renommée internationale, elle est une figure montante de la vie intellectuelle allemande. Avec la publication en trois langues (anglais, allemand et français) de l’ouvrage Vers une société altruiste, auquel ont participé le Dalaï-lama, Matthieu Ricard et différents chercheurs importants de diverses nationalités et disciplines, elle s’affirme aussi comme une figure du débat public international. Jeune chercheuse de l’Allemagne contemporaine à la fois polycentrée et cosmopolite, elle se forme à Marbourg (dans la région de Hesse) et à Berlin, mais aussi à Zurich, Londres et Rome. Forte de ses compétences scientifiques nouvelles, et pouvant compter sur le fait que dans le monde germanique on aime à donner des responsabilités plus tôt qu’en France, elle cofonde en 2007, à 38 ans donc, le département de recherches sur les systèmes sociaux et neuronaux de l’université de Zurich. Actuellement, elle dirige l’Institut pour les sciences cognitives de la Société Max Planck (le CNRS allemand) de Leipzig, ville de Saxe (région située à l’est de l’Allemagne) très dynamique sur le plan économique, universitaire et culturel. Comme Tania Singer le dit elle-même dans une interview récente à l’hebdomadaire Die Zeit, elle doit son accession à un tel poste autant à ses compétences qu’au fait qu’elle est une femme. Sa nomination n’empêche pas, ajoute-t-elle, que la recherche allemande reste très masculine.

Singer est une chercheuse majeure du courant des neurosciences s’ouvrant à la question des émotions

Tania Singer collabore par ailleurs avec l’Institut Jean-Nicod de Paris spécialisé dans le cognitivisme. Elle a aussi intégré le board de l’institut américain Mind and Life auquel appartiennent le Dalaï-lama et Matthieu Ricard. Le projet qui a mené au livre Vers une société altruiste a d’ailleurs été soutenu par cet institut qui fait dialoguer science et méditation bouddhiste tout en développant une neuroscience contemplative.
Singer est une chercheuse majeure du courant des neurosciences s’ouvrant à la question des émotions. Même pour qui est critique du caractère simplificateur du cognitivisme, force est de reconnaître que les neurosciences sont devenues un champ de recherches si vaste qu’on y trouve bien des optiques différentes et inventives. Notre auteur étudie les mécanismes neuronaux et hormonaux liés à l’empathie, à la jalousie et au sens éthique. Cette étude sert une réflexion sur ce qui fonde la coopération et le comportement altruiste, afin de proposer une redéfinition plus humaine des pratiques économiques concrètes. La méditation bouddhiste est ici pratiquée et étudiée comme technique d’apprentissage de l’empathie. Parmi les nombreuses publications de Singer, qui prennent avant tout la forme d’articles, citons l’ebook collectif gratuit qu’elle a codirigé en 2013 avec Matthias Bolz, ­Compassion. Bridging practice and science.
La recherche allemande est le reflet d’une société contradictoire. Elle est à la fois dialogique et obsédée par le consensus. De plus, si elle est épargnée par la crise économique et si elle est le lieu de bien des réflexions fécondes, la recherche allemande n’échappe pas à la logique productiviste et à la bureaucratisation, à travers l’évaluation généralisée et les ambiguïtés de l’organisation par projets1. Tania Singer a réussi à se dégager de cette logique et du pluralisme réel mais limité en vigueur dans la recherche et dans la société allemandes. Cela est sans doute dû à la pluralité de ses domaines de recherches, ainsi qu’à sa participation aux projets de Mind and Life qui permettent la pratique d’une interdisciplinarité véritable. L’on regrettera juste l’absence dans ce travail collectif d’une réflexion littéraire sur l’empathie, alors que les littéraires sont pourtant largement associés aux recherches de neurosciences portant sur les émotions.

Engagée dans le débat public national et mondial, Tania Singer développe ainsi de nouvelles perspectives dans une forme permettant à la société d’en discuter. Ce faisant, elle incarne parfaitement l’universitaire allemand ayant un véritable pouvoir intellectuel dans un pays où cette figure est peut-être moins centrale qu’en France, mais joue un rôle non négligeable.


Repères :

À lire
Matthieu Ricard & Tania Singer, Vers une société altruiste, Paris, Allary Éditions, 20,90€.


Poster un nouveau commentaire
Disponible en librairie ou sur notre boutique

Boutique
Nous ! | | CGU | Archives | Administration
Copyright © 2009 - 2016 Cicero| Tous droits réservés
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.