Accueil Influenceurs Idéathèque Couveuse Panorama

Tintin : la controverse du Congo

jeudi 1er mars 2012, par Emmanuel Lemieux

Une rencontre entre les éditions Casterman et le Conseil Représentatif des Associations Noires n’a pas permis de régler une longue polémique sur Tintin au Congo

Rencontre au sommet mercredi 29 février à Paris entre Louis-Georges Tin, essayiste et enseignant à l’Ecole des Hautes-Etudes en Sciences Sociales, président depuis 2011 du Cran (Conseil représentatif des associations noires) et Louis Delas, pour les éditions Casterman (Groupe Flammarion-Rizzoli). Objet du débat : vider l’abcès de controverse et de poursuites en justice, notamment en Belgique, qui s’est formé depuis des années autour de l’album Tintin au Congo (1930-1931, redessiné et colorisé en 1946) de Hergé. Le président de l’association est ressorti "mitigé" et même "déçu" de l’entretien.
Faut-il insérer un avertissement dans cet album jugé raciste et colon-paternaliste par le Cran, insistant sur le contexte historique dans lequel cette histoire de Tintin fut créée ?
L’éditeur s’est borné à répercuter le refus de la Fondation Moulinsart, qui gérant les droits du héros à la houppe, est la seule habilitée pour ce genre de décision. Louis-Georges Tin estime que c’est bien à Casterman d’insister et de se faire le relais plus convaincu auprès des héritiers d’Hergé.

Michel Wieviorka : " Accélérer la ringardisation de Tintin au Congo"

En 2009 déjà, Les influences interrogeait le sociologue Michel Wieviorka, conseiller scientifique du Cran au sujet de la polémique Tintin au Congo : « Sur le CRAN et Tintin : j’ai indiqué à Patrick Lozès (Président du Cran à l’époque/Ndlr) qu’une comparaison peut l’aider dans sa réflexion, avec Bécassine : ce qui fut un immense best seller est aujourd’hui totalement ringardisé, et ce personnage qui condense les éléments d’une sorte de racisme anti-Breton en fait est démonétisé, ce qui est une bonne chose. (...) Mon conseil est donc de contribuer à la "ringardisation" accélérée de Tintin, avant tout, ce qui n’interdit pas d’en dénoncer le racisme, y compris en demandant un avertissement en page de garde. Mais j’ajoute que le racisme de Tintin n’est pas le même que celui qui ronge notre société : il est colonial, il est condescendant, il vise de toutes autres figures que l’immigré ou le Noir aujourd’hui en France, et avec d’autres préjugés. Ce racisme lui-même est également ringard."

L’édition en anglais de Tintin au Congo comporte ainsi un avertissement aux lecteurs, recommandant de ne pas oublier le contexte dans lequel Hergé a créé son histoire. A plusieurs reprises, des associations ont réclamé la même mesure pour les éditions en français et en néerlandais vendues en Belgique. Refus catégorique de la Fondation Moulinsart.
"Demander à un tribunal de faire insérer un avertissement est une forme de censure", a notamment déclaré, lors du procès à Bruxelles en 2011, Alain Berenboom, pour la fondation Moulinsart et l’éditeur Casterman. Tintin chez les sourds, un feuilleton-fleuve.


Repères :

www.lecran.fr

Sur notre site :


Par Tintinle 11 juillet 2017 : Tintin : la controverse du Congo

C’était une autre époque... L’héritage de Tintin est immense mais c’est normal que cette controverse existe.

- https://tintin.collectionneur.xyz

Répondre a ce message
Poster un nouveau commentaire
Nous ! | | CGU | Archives | Administration
Copyright © 2009 - 2016 Cicero| Tous droits réservés
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.