Influenceurs Le dico Idéathèque Couveuse Panorama

Un an après, la Corée du Sud pleure toujours ses morts

jeudi 16 avril 2015, par Arnaud Vojinovic

Le naufrage du Sewol, drame national, est devenu le symbole d’une société coréenne gangrénée par ses trafics d’influence et un pouvoir autiste à la souffrance des familles.

JPEG - 11.4 ko
Le Sewol gisant à 44 mètres de profondeur.

Le 16 avril 2014, un ferry surchargé s’abime en mer. Les secours tardent à intervenir, le capitaine quitte le premier le navire en caleçon en ayant ordonné au préalable aux passagers de ne pas bouger. L’essentiel des passagers sont des lycéens de la ville d’Ansan, proche de Séoul partant en voyage de classe sur l’île paradisiaque de Jeju. Issues des milieux populaires, les familles ne sont pas riches, le bateau est préféré à l’avion. Le bilan est lourd : 304 morts sur 476 passagers. Des vidéos prisent par les adolescents avec leur smartphone relatent de l’intérieur le drame et surtout la confiance aveugle des lycéens pour l’autorité. Quelques jours après, accompagnateur et survivant, le Directeur adjoint du lycée se donne la mort par pendaison se sentant responsable du drame car organisateur du voyage.

C’est une véritable bombe émotionnelle qui explose dans la société coréenne. Le pays pleure ses enfants. La jeunesse coréenne se sent trahie par ses ainés, hésitant entre tristesse et rage. Des chapelles ardentes sont dressées à travers tout le pays. Celle de Séoul dressée à l’extérieur de la Mairie est maintenue jusqu’en décembre. Lorsqu’elle est démontée les familles décident de camper sur le parvis, sous les yeux de la statue de l’Amiral Yi près de l’ancien palais royal à Gwanghwamun réclamant une commission d’enquête indépendante qui jusqu’à aujourd’hui n’a pu encore travailler.

Une société malade de ses dysfonctionnements

Quelques heures après le drame, très vite de multiples dysfonctionnement sont relevés :

Des attentes d’éclaircissement

Devant l’incapacité du politique à gérer la crise, le ruban jaune devient le symbole de l’espoir du retour des adolescents disparus. Origami du bateau et ruban jaune se diffusent largement à travers la société via les médias sociaux. Ruban que le Pape portera lors de sa visite officielle. En effet les familles désemparées ont trouvé une oreille attentive à leur souffrance auprès du Pape François lors de son séjour en Corée en août 2014 ; certains sans être catholiques ayant traversé le pays à pied pour aller à sa rencontre.

Touché par leur détresse, le Pape va jusqu’à porter le ruban de ralliement lors de la messe qui a réuni 50 000 personnes à Daejon [1] .

Au delà de la douleur, la mobilisation populaire est massive mais le gouvernement reste sourd tandis que le parlement affronte une nouvelle crise qui va durer des mois afin de s’entendre sur une commission d’enquête indépendante. Si des peines lourdes de prison sont prononcées contre les membres d’équipage, les véritables responsables semblent pour les familles complètement intouchables. Après 8 mois d’occupation de la place Gwanghwamun la détresse est profonde. L’ultime manifestation du 5 avril où les familles se sont rasées publiquement les cheveux pour protester ne suffit pas à faire réagir la présidence qui reste de marbre.

JPEG - 33.6 ko
© Kim Il-woo, The hankyoreh

Le mépris

Depuis le début du mois des témoignages bouleversants sont diffusés dans la presse ; des familles dans une grande détresse demandant toujours que toute la lumière soit faîte sur les événements. Mais depuis un an le gouvernement reste sourd à toute demande, allant même jusqu’à torpiller la commission d’enquête votée après d’âpres discussions au parlement, censée faire la lumière sur les dysfonctionnement des institutions. Ultime camouflet aux familles, le 16 avril jour de la commémoration, la Présidente Park part pour un voyage officiel en Colombie et ne sera donc pas présente. Veille de son départ, la presse a dévoilé une note interdisant aux ministres de son gouvernement d’assister à toute célébration commémorative, plus de 300 prévues. Afin de mettre fin à la crise qui s’annonce, elle donne enfin son accord au renflouement du bateau réclamé depuis un an par les familles.

Le 18 avril prochain à travers le monde sont organisés des rassemblements en souvenir des naufragés du Sewol [2]. En France la manifestation est à l’initiative des Coréens de France et se déroulera place du Trocadéro ce samedi à 18h.


Repères :

http://www.insight-korea.fr/


[1L’engagement du Pape auprès des familles a été très apprécié : le nombre de baptêmes a augmenté de 5% en 2014.

[2Tokyo (16 avril), New York, San Francisco, Los Angeles (11, 16 et 18 avril), Londres, Berlin, Toronto etc ...


Poster un nouveau commentaire
Disponible en librairie ou sur notre boutique

Boutique
Nous ! | | CGU | Archives | Administration
Copyright © 2009 - 2016 Cicero| Tous droits réservés
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.