Accueil Influenceurs Idéathèque Couveuse Panorama

Un flop de Super Jack Lang

jeudi 16 décembre 2010, par Arnaud Vojinovic

C’est Bernard Debré qui par l’intermédiaire de son blog nous apprend quelles seront les suites données au voyage qu’a effectué Jack Lang en Corée du Nord l’an passé : aucune.

Super Jack Lang avait été mandaté en tant qu’émissaire spécial par Nicolas Sarkozy pour étudier les possibilités d’établir avec Pyongyang d’éventuelles relations diplomatiques, rompues en 1950 lors de la guerre de Corée. La lettre de mission qui a été remise au diplomate d’occasion était explicite : « Une analyse sur les circonstances qui pourraient conduire la France à envisager l’établissement de relations diplomatiques avec la République Populaire Démocratique de Corée. »

Après avoir fait le tour des grandes capitales (Séoul, Tokyo, Pékin, Moscou, Washington) et un séjour de 4 jours à Pyongyang où il ne fut pas reçu par le Cher Leader mais le n°2 du régime, Kim Yong-nam et le ministre des Affaires étrangères Pak Ui-chun, la mission se transformait en une simple ouverture d’un bureau de liaison.

Jouant de malchance, en mars 2010, après ses piètres résultats, Super Jack Lang allait voir tous ses efforts anéantis. Les États-Unis et ses alliés demandent à la France de surseoir à l’ouverture de ce bureau, de peur de renforcer la position du régime de Kim Il-song. Les Américains veulent relancer les négociations à six sur le nucléaire.

Plus d’un an après ce road-show diplomatique très médiatisé dans la région, Bernard Debré, frère jumeau de Jean-Louis Debré, nous apporte un éclairage nouveau sur ce voyage. Éminent urologue et député de Paris il a l’habitude de soigner des dignitaires nord-coréens mais de se rendre aussi dans des pays « difficiles » pour apporter des soins à ceux qui n’ont pas les moyens financiers pour se déplacer. Il s’est donc rendu en octobre dernier en Corée du Nord. Le compte rendu qu’il fait de la mission médicale sur son blog est l’occasion d’apporter des éléments qui viennent conclure la virée diplomatique languienne. Au-delà de l’opposition américaine, Jack Lang a surtout commis un faux pas diplomatique auprès des officiels nord-coréens compromettant sa mission. Bernard Debré de préciser : « Je ne suis pas sûr que cette mission ait été couronnée de succès, d’après ce que l’on a pu me dire. Jack Lang avait une lettre du président Nicolas Sarkozy qu’il devait remettre à M. Kim Jung Il qu’il n’a pas pu voir. Il a donc gardé la lettre, ce qui a vexé les autorités. »

En un voyage, se mettre à dos le quai d’Orsay, la diplomatie américaine et Pyongyang n’est pas donné à tout le monde. Super Jack Lang ou pas, n’est pas diplomate qui veut.


Repères :

A lire :


Poster un nouveau commentaire
Nous ! | | CGU | Archives | Administration
Copyright © 2009 - 2016 Cicero| Tous droits réservés
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.