Accueil Influenceurs Idéathèque Couveuse Panorama

Voir sur le Net des travailleurs invisibles

vendredi 9 novembre 2012, par Pascale Colisson

Un web-documentaire dédié aux conditions de vie des temporaires du travail

GIF Emploi. Les chercheurs du travail les nomment les « outsiders ». On ne les voit pratiquement pas dans les représentations sociales et médiatiques : un webdocumentaire financé par le Fonds d’action sociale du Travail Temporaire leur est dédié. Les quelque 7,5% de travailleurs du secteur manufacturier et les 9% du BTP sous intérim ont fait les frais des licenciements massifs depuis 2009. Les intérimaires de l’automobile ont été licenciés sans aucune mesure spéciale d’accompagnement. Variable d’ajustement avant que la crise et le chômage ne s’approfondissent. Deux millions de personnes réalisent chaque année au moins une mission de travail temporaire.

Sabrina, assistante de direction bilingue : « J’ai choisi de travailler en intérim car cela m’a permis d’avoir diverses expériences dans diverses sociétés.  » Ludovic, manutentionnaire : « Je n’ai jamais eu de voiture et utiliser le bus est contraignant car je commence le travail à 6h30. Alors, je prends le vélo.  » Nicolas, conducteur d’engins et de poids lourds : « Si vous êtes intérimaire et que vous demandez un prêt, c’est « Niet !  ». »Lydia, credit manager : « En ce moment, le marché est plus calme et je suis en attente d’un poste. Si j’ai la possibilité d’intégrer une grande structure, c’est mieux. Avec des enfants, on est plus sécurisé. Continuer en intérim, c’est trop risqué.  »

Ces tranches de vie se donnent à voir dans un documentaire multimédia interactif, intitulé « Regards d’intérimaires », financé et diffusé par le Fastt (Fonds d’Action Sociale du Travail Temporaire) à l’occasion de ses 20 ans. Le webdoc a été réalisé par Manuel Jardinaud, journaliste multimédia et Magali Delporte, photographe.

Six intérimaires témoignent ainsi de leurs réalités professionnelle et sociale sur les questions d’emploi, de logement, de mobilité, de crédit, de santé et d’avenir. L’intérim représente un véritable tremplin vers l’emploi. Parfois choisie, souvent subie, cette forme d’emploi influe sur l’organisation et la gestion de leur vie quotidienne : nouvelle mission, nouveaux horaires, changement de lieux de travail et de collègues, variation des revenus… De nombreux salariés en intérim composent avec ces éléments mouvants inhérents au statut d’intérim. « Nous avons voulu montrer des parcours singuliers qui mettent en exergue les difficultés qu’ils rencontrent, explique Manuel Jardinaud. Certaines sont liées au niveau de diplôme, d’autres au fait d’élever ses enfants sans compagnon, la plus grande étant sans doute l’accès au logement.  » Sabrina vit encore chez sa mère à 41 ans. Lydia a dû renoncer à une mission trop éloigné de chez elle. Stéphane doit gérer sa mobilité dans le cadre d’une famille recomposée. Il y a ceux qui attendent le CDI, et ceux qui trouvent la multiplicité des missions intéressantes.

Mais tous ont la volonté d’avancer. « J’ai été impressionné par leur capacité à ne pas baisser les bras, malgré leur forte précarité, raconte Manuel Jardinaud. Ils sont toujours en mouvement. » Certains rêvent de se reconvertir, comme Nicolas, qui songe à devenir professeur de yoga ou Stéphane qui aimerait s’installer à son compte comme chauffeur de taxi ; pour d’autres, l’avenir c’est le CDI. Même si ces parcours restent difficiles, ils sont porteurs d’un vrai message d’espoir. Comme pour Ludovic, qui a trouvé une formation dans la climatisation et qui pense enfin pouvoir réaliser le rêve de sa vie : avoir un vrai métier et surtout, un poste.


Repères :

www.fastt.org/Regards-d-interimaires.html


Poster un nouveau commentaire
Nous ! | | CGU | Archives | Administration
Copyright © 2009 - 2016 Cicero| Tous droits réservés
La reproduction totale ou partielle sans permission est interdite.