Influences : n.f.
1. Emprunté du latin médiéval influentia, « action attribuée aux astres sur la destinée des hommes ».
2. Action qui s'exerce entre des personnes ou des substances.
3. Autorité, crédit, ascendant, en parlant des personnes

Les Influences

Lagence de presse des Idées

#Chine #Droits d’auteur #Editions Au Diable Vauvert #Editions de L’Olivier #Google #Miàn Miàn

Mian Mian réclame 6100 euros de dommages et intérêts à Google

Publié le 31 janvier 2010 par

Le géant américain du référencement est poursuivi par la star de la littérature chinoise: Mian Mian l’accuse d’avoir numérisé son roman Acid Lovers.

Bio-express: Mian Mian. Romancière chinoise. Née en 1970 à Shanghaï. Dernier livre disponible en français: Panda Sex (Diable Vauvert, 2009).
Bio-express: Mian Mian. Romancière chinoise. Née en 1970 à Shanghaï. Dernier livre disponible en français: Panda Sex (Diable Vauvert, 2009).
Pour une poignée de yuans. Certes la somme réclamée par la romancière sulfureuse de Shanghaï, peut paraître dérisoire et attendrissante, mais le symbole est fort : même une intellectuelle chinoise délurée n’a pas envie d’être avalée toute crûe par l’ogre Google.

Fin décembre, Mian Mian a poursuivi Google devant la justice et réclame depuis ses droits d’auteur détournés par une numérisation sauvage de son roman Acid Lovers, soit l’équivalent de 6 100 euros. Une paille par rapport aux sommes réclamés par la guilde des scénaristes et des auteurs américains à Google.

C’est une démarche très individualiste qui devrait déboucher sur une négociation en coulisses entre la romancière et le grand numérisateur mondial, comme l’a recommandé la justice chinoise. C’est qu’au pays de la contrefaçon de tout, et des droits d’auteur bafoués, si la démarche de Mian Mian retenait l’attention, elle pourrait donner quelques idées à bien d’autres écrivains non publiés dans leur propre pays mais diffusés sans vergogne en ligne.

Les romans de Mian Mian, chef de file des femmes écrivains de l’ère post-Xiaoping, eux aussi, se vendent sous le manteau. La France l’apprécie depuis 2001, avec la traduction des “Bonbons Chinois” (Editions de L’Olivier) qui fait le récit baroque et héroïnomaniaque d’une chinoise défoncée et border-line, chanteuse, tenancière de bordel.
Son deuxième roman, “Panda Sex”, a été publié en France en janvier 2009 aux éditions du Diable Vauvert.

Abonnez-vous ! Partager sur Twitter Partager sur Facebook

Laisser un commentaire

Ce site web utilise ses propres cookies et ceux de tiers pour son bon fonctionnement et à des fins d analyse. En cliquant sur le bouton Accepter, vous acceptez l utilisation de ces technologies et le traitement de vos données à ces fins. Vous pouvez consulter notre politique en matière de cookies.   
Privacidad