Influences : n.f.
1. Emprunté du latin médiéval influentia, « action attribuée aux astres sur la destinée des hommes ».
2. Action qui s'exerce entre des personnes ou des substances.
3. Autorité, crédit, ascendant, en parlant des personnes

Les Influences

Lagence de presse des Idées

#Campagne présidentielle 1974 #Jean Royer #Politique #Sex-shop #Tours

Jean Royer s’est retiré une dernière fois

Publié le 26 mars 2011 par

"Le père la pudeur" de la Ve république est mort ce 25 mars 2011. A moins que ce ne soit en 1995. Ou encore sous la chaux vive des années 1970.
Je m'abonne ! Partage Twitter Partage Facebook Imprimer

5 commentaires sur “Jean Royer s’est retiré une dernière fois

  1. Jean Royer s’est retiré une dernière fois
    Jean Royer était un homme droit et de convictions. Tout le contraire des opportunistes qui sont si nombreux au sein de la vie politique française. Il était contre la pornographie, et alors ? Certains préfèrent “l’ordre immoral”, c’est leur problème… Il n’avait pas fait mettre au fronton de la Mairie de Tours le pseudo drapeau européen et alors ? Il avait tout à fait raison, rien n’y oblige un maire (heureusement d’ailleurs). Mais ça, il est évident que des gauchos-bobos ne peuvent le comprendre…

  2. Jean Royer s’est retiré une dernière fois
    Vision très réductrice et caricaturale du travail du député-maire de Tours dans sa ville pendant plus de 30 ans. S’il avait été, comme ce papier le prétend ou le suggère, réellement autocratique, et pratiquement “fasciste”, croyez-vous que les électeurs l’auraient reconduits durant 6 mandats avec des taux à 75 % en 72 ? Royer c’était autre chose dont ce papier ne parle pas. Un homme au delà des courants qui fut considéré avant tout comme un humaniste. Un gaulliste social qui respectait l’humain et qui fut le premier à installer les jeunes et les anciens au coeur de la ville (Université sur les bords de Loire et foyers en plein centre.) Un homme profondément marqué par les horeurs et les désastres de la guerre qui devient maire de Tours en 59. La ville était dans un état lamentable et présentait de graves carences : la moitié de ses habitations avait été détruites en 45; 30 OOO personnes à reloger. Royer, bâtisseur zélé devait faire de Tours, l’une des plus belle cité de France. Un lutteur enfin qui n’avait pas peur d’afficher ses idées contre toute une palanquée de penseurs à la petite semaine et de planqués de la gauche caviard. La France allait bien à cette époque. Il y avait peu de chômage et Tours ne fut pas contaminée par les idées nauséabondes du FN. Ajoutez y de la droiture, de la noblesse dans les actes, et une grande intégrité qui faisaient de lui un homme très respectable au yeux de ces concitoyens. Je préfère ces hommes là qui avaient une parole et qui savaient s’y tenir, à ces grands hommes politiques qui incarnent la modernité et qui mentent tous comme des arracheurs de dents ! Dernier point : ce monsieur s’est fait tout seul, à la force du poignet, sans appui, et sans aucun réseau. Un tel parcours serait aujourd’hui impossible.

      1. Jean Royer s’est retiré une dernière fois
        Il semble pourtant bien que l’on s’y ennuie encore plus aujourd’hui que sous le règne du roi Jean…
        Je ne partageais pas les idées de JR mais votre article est vraiment partisan.
        Un peu d’honnêteté intellectuelle et de recul sur votre temps passé (20 ans à s’ennuyer dans la même ville, quel courage, j’aurais fui au bout de 6 mois) dans cette ville n’aurait pas nui à la qualité de l’article.
        Cordialement

Laisser un commentaire

Ce site web utilise ses propres cookies et ceux de tiers pour son bon fonctionnement et à des fins d analyse. En cliquant sur le bouton Accepter, vous acceptez l utilisation de ces technologies et le traitement de vos données à ces fins. Vous pouvez consulter notre politique en matière de cookies.   
Privacidad