Influences : n.f.
1. Emprunté du latin médiéval influentia, « action attribuée aux astres sur la destinée des hommes ».
2. Action qui s'exerce entre des personnes ou des substances.
3. Autorité, crédit, ascendant, en parlant des personnes

Les Influences

Lagence de presse des Idées

#CRID #Les Amis de la Terre #Politique #prix Pinocchio

Le prix Pinocchio met la honte durable

Publié le 1 décembre 2011 par

Le constructeur Vinci, la Société Générale et le betteravier Tereos, lauréats des gros pollueurs 2011

Pour la 4e année consécutive, les Amis de la Terre et le Crid (Centre de recherche et d’information pour le développement) ont remis leurs Prix Pinocchio (décernés suite aux votes d’internautes militants), le 17 novembre, aux entreprises jugés particulièrement polluantes en 2011. Areva a échappé à la pluie acide cette année. Dans la catégorie “Plus vert que vert”, distinguant la propagande du développement durable la plus éhontée, c’est Vinci qui s’est vue plébiscitée par près de 13 000 voix.

Le constructeur pour faire oublier les quelques 1700 hectares de terres agricoles nécessaires à l’aménagement du très controversé aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique), offrirait une dotation substantielle pour la création d’une Association pour le maintien de l’agriculture paysanne (Amap) ainsi qu’une ferme témoin. Un petit village de Schtroumpfs verts au milieu des tarmacs en somme.

Tereos se sucre au Mozambique, La Société Générale veut financer des centrales nucléaires sur une faille sismique, Vinci mécène une ferme contre un aéroport tout autour

“Mains sales, poches pleines”, c’est la catégorie dans laquelle flambe la Société générale. Les écologistes lui reprochent le financement de deux projets de centrales nucléaires particulièrement redoutables : d’une part, Angra 3 au Brésil (trente ans de blocages, des normes de sécurité très en dessous des standards actuels), d’autre part, deux EPR à Jaïtapur en Inde conçus sur une faille sismique.

Last but not least, l’entreprise sucrière française Tereos en catégorie “Une pour tous, tous pour moi”. Elle a arraché au Mozambique, un contrat d’exploitation portant sur 98 000 hectares de terres. Objectif à partir de 2013 : la culture intensive de la canne à sucre pour produire des agrocarburants, au détriment, plaident les écologistes, des terres fertiles et d’une diversité agricole nécessaire à la sécurité alimentaire du pays. L’accord passé en juillet 2010 entre l’Union Européenne, le Brésil et le Mozambique prévoit que 4,8 millions d’hectares soient utilisés pour le biocarburant. Tereos pourra exploiter ces terres jusqu’en 2023, et renouveler l’accord pour une durée de cinquante ans. Avec notamment une réduction de 80% de l’impôt sur le revenu, les conditions fiscales lui sont très favorables.

Des entreprises dauphines accompagnent les championnes de l’année telles que le géant de l’huile de palme Sime Darby, la Bluecar de Bolloré et sa pollution chilienne du lithium, Veolia Eau, le pétrolier franco-anglais Perenco : autant de firmes qui utilisent les ressources cosmétiques de la communication et du lobbying pour faire passer leurs projets industriels en utopies durables.

Abonnez-vous ! Partager sur Twitter Partager sur Facebook

Laisser un commentaire

Ce site web utilise ses propres cookies et ceux de tiers pour son bon fonctionnement et à des fins d analyse. En cliquant sur le bouton Accepter, vous acceptez l utilisation de ces technologies et le traitement de vos données à ces fins. Vous pouvez consulter notre politique en matière de cookies.   
Privacidad