Influences : n.f.
1. Emprunté du latin médiéval influentia, « action attribuée aux astres sur la destinée des hommes ».
2. Action qui s'exerce entre des personnes ou des substances.
3. Autorité, crédit, ascendant, en parlant des personnes

Les Influences

Lagence de presse des Idées

#Editions Mille et une nuits #François L’Yvonnet #Homo Comicus #Laurent Ruquier #Nicolas Bedos #Politique #Sofia Aram #Stéphane Guillon

Guillon, Bedos, Ruquier, Aram : la nouvelle police de la pensée

Publié le 19 mars 2012 par

Le philosophe François L’Yvonnet dégomme “l’intégrisme de la rigolade”

veille.gifRien qu’à l’idée que cet essai, Homo comicus (Mille et une nuits), puisse susciter les ripostes au quart de tour outragées des grands narcissiques explosifs Stéphane Guillon, Nicolas Bedos, Sofia Aram ou Laurent Ruquier, on subodore que le philosophe François L’Yvonnet n’a pas la tête à rire, mais à une sérieuse opération de kamikaze social. Dans son texte météorique, à peine une soixantaine de pages, comme une bonne blague, ou plutôt comme un agacement face à une nuée de moustiques du débat public, il dégomme “l’intégrisme de la rigolade“.

Sa thèse : toute une joyeuse parade d’humoristes médiatiques imposeraient désormais ce mode de penser superficiel et rebelle en son miroir à la société tout entière. Ces fabricants de rire sont d’un nouveau genre, selon l’auteur qui les qualifie de représentants de “l’humorisme”. Il s’agit d’un humour faussement politique. Les rires ici ne sont pas pré-enregistrés, mais participent du prêt-à-penser contemporain, sans aucune prise de risque. “Il faut rire de tout mais avec eux. Le rire, “leur” rire est la norme. A les écouter, ils seraient l’actuelle incarnation de la liberté d’expression et de toutes les valeurs réunies de la démocratie” persifle ce proche de Jean Baudrillard et ami d’enfance -le texte lui est dédié- d’Albert Algoud, entre autres dialoguiste de Laurent Gerra et Karl Zéro, et chroniqueur au Canard Enchaîné.

L’humorisme politique produit de la dérision intégrée (à la manière de la “critique intégrée” ou de la “subversion intégrée” dont parlaient les Situationnistes). Tout cela est parfaitement inoffensif. Jean Baudrillard, une fois encore, voit juste lorsqu’il dit que l’acceptation des choses prend aujourd’hui la forme critique : “On avalise tout, sous un air critique !” C’est même devenu la pensée dominante“, estime encore François L’Yvonnet.
Le kamikaze s’est trouvé un soutien en la personne d’Alain Finkielkrault qui lui consacre un Réplique sur France Culture juste avant le 1er avril.

Abonnez-vous ! Partager sur Twitter Partager sur Facebook

Laisser un commentaire

Ce site web utilise ses propres cookies et ceux de tiers pour son bon fonctionnement et à des fins d analyse. En cliquant sur le bouton Accepter, vous acceptez l utilisation de ces technologies et le traitement de vos données à ces fins. Vous pouvez consulter notre politique en matière de cookies.   
Privacidad